Ce que j'ai vu et pourquoi j'ai menti de Judy Blundell

Quatrième de couverture

Floride, 1947. Un ancien soldat au passé trouble, une femme trop belle, un homme aussi séduisant qu'énigmatique... quel fil invisible les relie ? Dans un hôtel de luxe défraîchi et la chaleur étouffante de septembre, Evie surprend l'ombre de mensonges et de terribles secrets. Un roman sombre et haletant, qui décrit le brûlant passage à l'âge adulte.

Mon avis

Je tiens tout d'abord à remercier les éditions Gallimard pour m'avoir permis de lire ce livre. Cependant, je dois dire que je reste assez mitigée sur cette lecture (une première en soi, depuis que je reçois leur livre en tant que chroniqueuse).

Dès le début de ce livre, on sait que quelque chose s'est passé, une sorte de lente descente aux enfers que l'héroïne éprouve le besoin de nous raconter, pour bien comprendre comment cela à pu se passer. C'est ainsi qu'elle dévoile son histoire en commençant par le début, c'est-à-dire la veille de son départ pour la Floride. Nous sommes donc dans un contexte d'après guerre, en 1947 (assez important dans l'histoire) et l'on rencontre Evie, et sa famille, en la personne de sa mère, son beau-père et la mère de son beau-père, qu'elle considère comme sa grand-mère, même s'il existe quelques tensions. Evie nous raconte sa famille et on voit que tout n'est pas rose. Déjà, dans son passé, avant que sa mère ne rencontre Joe, son beau-père. Elle a eu une vie difficile et a enfin un équilibre avec lui, formant ainsi une vraie famille. Sur un coup de tête soudain, Joe décide de partir en vacances en Floride avec sa femme et sa fille. Elles sont assez enjouées à cette idée, d'autant que Gladys, la mère de Joe, ne vient pas. C'est ainsi que la petite famille part pour la Floride. Tout se passe à peu près bien. Elle explique leur arrivée, notamment à l'hôtel Le Mirage, où tous les problèmes vont commencer. La famille pensait découvrir le paradis en allant là-bas, sauf qu'ils vont vite déchanter. Evie est pressée de rentrer chez elle, elle ne se plait pas.

Comme je l'ai dit plus tôt, je suis assez mitigée par cette histoire. La raison première étant que j'ai eu du mal à entrer dans l'histoire. Cela ne vient pas du tout de la narration parce que c'est assez fluide et l'on entre plus ou moins aisément dans la peau du personnage (même si au début, elle peut paraître un peu énervante, gamine par son attitude). Ce qui m'a le plus gêné, c'est que je pensais que les évènements déclencheurs allaient arriver assez tôt. En même temps, l'auteure à travers son héroïne fait tout pour nous mettre l'eau à la bouche puisqu'elle nous dit qu'il s'est passé quelque chose d'important sans nous révéler la moindre chose. D'autant que dès le début de l'histoire, on sait qu'il y a eu quelque chose de grave, mais tout ça reste très mystérieux. A la fin des chapitres, elle nous rappelle sans cesse qu'il s'est passé quelque chose qui a tout changé. Et du coup, cela intrigue vraiment le lecteur parce qu'on se demande ce qui a bien pu se passer pour que ça l'a « perturbe » autant et qu'elle éprouve le besoin de nous le répéter sans cesse, même si ce n'est jamais dit de la même manière.

Le problème, c'est que c'est assez long à venir et du coup pendant une bonne partie du début du livre, et bien on a tout simplement sa vie de famille, ses vacances en Floride, ses rencontres avec des gens qui auront une certaine importance par la suite. Mais c'est tourné de telle manière que j'ai trouvé ça un peu long. Du coup, je me suis en partie ennuyée en lisant la première moitié du livre. J'avais beaucoup de mal à m'intéresser à l'histoire, je me demandais parfois où l'auteure voulait nous emmener. Avec un tel synopsis, je ne m'attendais pas nécessairement à ce genre d'histoires. J'imaginais d'autres scénarios mais pas celui là. Cela peut être une bonne chose, car cela m'a surpris, mais ça a mis le temps à venir.

Par ailleurs, la période choisie, le contexte de l'après-guerre était intéressant, sauf que l'on ne nous montre qu'un seul aspect, et par moment j'ai trouvé que ce n'était pas « juste », dans le sens « véridique ». On nous présente la guerre comme difficile... je ne peux pas le nier, la guerre 39/45 a été terrible... surtout en Europe. On ne peut pas dire qu'aux Etats Unis, ils aient beaucoup soufferts (même s'il y a eu Pearl Harbor), du moins pas autant qu'en Europe. Il n'y a pas eu là-bas tout ce qui s'est passé notamment en Allemagne ou en France pour ne citer que ces deux pays. Donc nous présenter cela comme terrible, très marquant, avec la peur de perdre un membre de sa famille (c'est vrai, je ne dis pas le contraire, mais les Etats Unis ont été impliqué que tardivement), donc ça me semble un peu gros, de nous présenter la guerre de cette manière. L'histoire se passe aux Etats Unis, et écrit pas une américaine, elle retranscrit certainement ce qu'elle a appris, mais quand on est français et que l'on lit un tel livre sur la Seconde Guerre Mondiale (ou en rapport avec, notamment l'après guerre), cela prête à « sourire » parce que notre pays a vécu de plus grandes horreurs. Donc, d'une certaine manière, je n'ai pas trouvé ça très crédible, de nous bassiner autant de temps sur cette guerre. A mesure de la lecture, on comprend pourquoi on nous en parle, mais appuyé sur certains aspects n'étaient peut-être pas nécessaire pour l'histoire.

Quant à la deuxième partie, on commence à comprendre où l'auteure nous emmène, des questions commencent à se soulever dans la tête d'Evie et l'on suit ses pensées au fur et à mesure. L'élément clé de l'histoire nous est enfin dévoilé, mais il aura presque fallu attendre les dix derniers chapitres pour le comprendre et voir enfin la raison pour laquelle Evie nous raconte cette histoire, mais également le lien avec le titre du livre (je me suis longuement demandé pourquoi l'auteure avait choisi ce titre là, mais il faut le temps avant de comprendre, vu qu'on n'a pas tous les éléments en main dès le début pour en prendre pleinement conscience). Passé cette deuxième moitié, il est vrai que les éléments s'enchainent assez rapidement et du coup, je me suis plus aisément plongée dans l'histoire et j'y ai vu un certain intérêt. je pense que l'auteure aurait peut-être dû rentrer plus rapidement dans le vif du sujet et après s'étendre sur ça, plutôt que de nous raconter tout ce qui se passait à l'hôtel, même si ça a de son importance pour la suite. Mais sur le coup, on ne le voit pas et ça peut être assez ennuyeux parce qu'il ne se passe pas grand-chose en soi.

Le personnage qui a le plus d'intérêt à mes yeux est Evie. En même temps, c'est elle qui raconte l'histoire, mais c'est celle qui est le plus touché par cette histoire, celle qui porte tout en quelque sorte. Evie est une jeune fille qui a besoin d'attention et de reconnaissance. Elle n'est pas nécessairement bien dans sa peau, a peu d'estime de soi et est pressée de grandir. En même temps, c'est une adolescente de 15 ans, presque 16. Bien souvent, c'est l'âge où l'on essaye de savoir qui l'on est, donc on se pose beaucoup de questions et l'on tente toute sorte d'expériences. Elle est comme toute fille de son âge, qui aimerait faire des choses, comme les femmes, sauf qu'elle n'en est pas une, d'autant que sa mère fait tout pour qu'elle ne grandisse pas trop vite. On la voit évoluer tout le long du livre et l'on voit bien qu'elle murit et devient plus femme, en prenant conscience de certaines responsabilités et qu'elle sait enfin qui elle est. Cette histoire aura permis de la faire grandir et de comprendre que la vie n'est pas simple et qu'il faut parfois se battre et vivre en conséquence des choix que l'on a faits.

Ce livre nous fait donc réfléchir sur ça, les dernières lignes de ce livre sont vraiment très justes, mais je n'en dirais pas plus à ce propos, sans quoi ça pourrait dévoiler certaines choses. Mais cela nous donne à réfléchir et du coup, je ne peux pas dire que je n'ai pas aimé ce livre. Je reste donc mitigée parce que la mise en place de l'intrigue était peut être un peu trop longue pour un tel livre (il n'est pas si épais que ça, et ce n'est pas une série), du coup on en attend beaucoup plus, et cela rapidement. Après, c'est le choix de l'auteur et l'on ne peut pas revenir dessus. Ce livre est tout de même intéressant, mais je ne peux pas dire que je l'ai beaucoup aimé.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Melisande au Studio Harry Potter

Effroyable porcelaine de Vincent Tassy

Les larmes de l'araignée de Pascaline Nolot