Mortelle Séduction de Laurell K. Hamilton (Anita Blake 6)

Quatrième de couverture

À ma gauche, Richard. Le mec le plus adorable du monde : brun aux yeux chocolat, prof de sciences. Seul problème : une fois par mois, il se couvre de poils et hurle à la lune. À ma droite, Jean-Claude. Le mec le plus horripilant du monde : un regard hypnotique, et un magnétisme sexuel démentiel. Seul problème : il a plus de deux siècles. Face à moi, un immortel atteint par une mystérieuse maladie qui le liquéfie sur pattes. Et quelque part derrière moi, un assassin à qui un commanditaire inconnu a promis un demi-million de dollars s'il réussissait à m'abattre dans les vingt-quatre heures. Que dit la sagesse populaire déjà ? « Il vaut mieux être seule que... »

Mon avis

Il est vraiment excellent ce 6e tome ! Je ne pourrais jamais me lasser de lire les aventures d'Anita Blake, c'est vraiment trop bien ! Dans ce tome, on apprend beaucoup de choses sur elle, Richard et même Jean Claude. Il se passe encore des choses incroyables et l'on a enfin une réponse à notre question... Entre Richard et Jean Claude qui Anita va choisir ! ça y est on le sait ! Même si c'était évident qu'elle allait prendre ... Je vous en laisse la surprise mais c'est évident, entre le vampire et le loup-garou... Ah la la, je suis totalement fan de cette série, vivement les prochains tomes ! D'un côté c'est rassurant de se dire qu'il y en a plus de 17, au moins on sait que ça va durer et que quoi qu'il arrive Anita est toujours vivante dans le tome que vous êtes en train de lire... Comme c'est étrange, tous les tomes commencent et se terminent de la même manière... une petite scène dans son bureau à son travail et à la fin une scène à l'hôpital. Décidément, elle aime y aller là-bas ^^. Toujours un tome avec de l'action, de l'amour, de l'humour... Tout ce que j'aime !

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Piégés entre les murs de la nuit d’Hubert Ben Kemoun (Piégés 2)

Le coeur en braille de Pascal Ruter (Le coeur en braille 1)

Les contes du chat perché de Marcel Aymé