Je ne suis pas un serial Killer de Dan Wells (John Wayne Cleaver 1)

Quatrième de couverture

John Wayne Cleaver est un jeune homme potentiellement dangereux. Très dangereux. Jugez-en plutôt : garçon renfermé, pour ne pas dire sociopathe, il vit au milieu des cadavres à la morgue locale, tenue par sa mère et sa tante, il a une certaine tendance à tuer les animaux et, depuis son plus jeune âge, il nourrit une véritable passion pour les tueurs en série. Ainsi, son destin semble tout tracé. Mais conscient de son cas, et pas spécialement excité à l’idée de devenir un serial killer, John a décidé d’en parler à un psy et de respecter quelques règles très précises. Ne nourrir que des pensées positives à l’égard de ses contemporains. Ne pas s’approcher des animaux. Éviter les scènes de crime. Ce dernier commandement va néanmoins devenir très difficile à suivre lorsqu’on retrouve autour de chez lui plusieurs corps atrocement mutilés. Y aurait-il plus dangereux encore que John dans cette petite ville tranquille ? Aurait-il enfin trouvé un adversaire à sa taille ?

Mon avis

Je tiens tout d’abord à remercier les éditions Sonatine pour m’avoir permis de ce livre. Je pense que hors cadre d’un partenariat, je n’aurai pas forcément lu ce livre et là… ça aurait été une grossière erreur parce que ce livre est une pure merveille ! On pourrait même presque dire que c’est un coup de cœur, tellement j’ai été emportée dans cette histoire, sombre, morbide, mais génial à souhait pour un thriller. Franchement, en lisant la quatrième de couverture, je ne m’attendais pas à lire un tel livre. Je ne pensais pas que ça nous emmènerait sur cette voie là.

J'ai commencé ce livre un après-midi pendant les transports alors que j'allais à Paris et j'en ai déjà lu presque la moitié. Le livre a été fini le lendemain, donc en fait, il ne m’a même pas fait une journée, tellement j’étais prise dans l’histoire et que j’avais vraiment envie de découvrir la suite.

Autant le dire tout de suite, c’est très spécial, il faut aimer le genre, les thrillers, ce n’est pas forcément pour tout le monde, mais ce livre est tout de même très particulier. Il nous emmène très proche de la mort et du monde des serials killer, notamment en la présence du narrateur : John (John Wayne Cleaver, il a déjà un nom prometteur, comme il l’explique lui-même) qui est totalement obsédé par ces gens là. Si bien qu’il pense qu'il pourrait en devenir un dans le futur, en raison de son comportement. Ainsi, le jeune homme (ou plutôt un adolescent de 15 ans, l’âge m’a beaucoup surpris, je ne pensais pas qu’il était si jeune, ce qui rend ce récit un peu plus effrayant et totalement captivant), s’impose des règles afin de ne pas céder à ses mauvaises pensées pour rester quelqu’un de bien et ne pas devenir un monstre.

John vit dans une petite ville et travaille de temps en temps auprès de sa mère et de sa tante rien de spécial jusque là, sauf lorsque l’on sait qu’elles travaillent dans un funérarium et qu’elle prépare les corps à l’embaumement, etc. John est donc très proche de la mort et se sent bien dans ce milieu, mais cela inquiète sa mère qui ne comprend pas cette obsession et qui est loin de se douter de la nature de son fils (ou plutôt de ses pensées). Mais cela ne s’arrange pas, quand un premier meurtre surgit dans sa petite ville de Clayton County. John va alors s’y intéresser de près, de très près, au point de partir à la traque du meurtrier…

Quand on commence le livre, on est loin de se douter de ce qui va se passer et dès le premier chapitre, on est dans le bain puisque l’on assiste à un embaumement et que John nous décrit de manière minutieuse tout ce que sa tante, sa mère et lui-même font. C’est très surprenant et très glauque en même temps, mais après tout, il faut bien que quelqu’un s’occupe des corps avant la mise en terre. John y participe depuis l’âge de ces 10 ans et c’est lui qui va se poser des questions sur ce meurtre… avant d’en découvrir un autre, un mois plus tard. John sent qu’il s’agit d’un serial killer, expert en ce domaine, et est très excité à cette idée.

L’écriture de l’auteur est très agréable à lire et fluide et du coup, on est plongé au cœur de l’histoire et on a tout le temps envie de savoir ce qui va se passer. On se demande qui est le meurtrier et aussi pourquoi il fait ça, et c’est ce que John tente de découvrir. La narration est à la première personne, si bien que l’on est dans la tête en permanence de John et je dois dire que cela rend le récit plus intéressant mais aussi plus poignant. John est un sociopathe, le diagnostique est tombé et il voit un psy pour ça. Il n’a aucune empathie envers les gens, il ne ressent rien et c’est en cela qu’il peut devenir dangereux. Il peut être difficile de comprendre cet adolescent en raison de sa « maladie » mais pourtant on se met parfaitement à sa place et on s’attache à lui, quand bien même ce qu’il peut représenter. Il essaye vraiment d’être quelqu’un de bien, même si pour cela il doit jouer un rôle en permanence et se faire traiter de taré à cause de sa fascination pour les serials killer (chose que personne n’ignore, au point de faire souvent des dissertations sur ces gens là – ce qu’il lui a valu un tour chez le psy dès ses 13 ans d’ailleurs).

C’est vraiment un univers très particulier où nous emmène Dan Wells, mais j’ai totalement adhéré. Je ne m’attendais vraiment pas à ce que ce soit ce meurtrier là, ni ces raisons là. on découvre assez tôt dans le livre la solution, mais l’auteur a su nous emmener au-delà de ça, pour nous faire un livre vraiment génial et surprenant. L’histoire est vraiment très originale, bien écrite et décrite de sorte qu’on y croit et qu’on s’attache à tous les personnages, John en particulier, mais je dois dire que le psy qu’il voit m’a aussi touché. Cet homme tente d’aider John et on le voit assez souvent dans le livre. On assiste à quelques unes des séances et on voit un vrai lien entre John et le Dr Neblin, car il est vraisemblablement le seul peut être qui est capable de le comprendre sans forcément porter de jugement. La mère de John est dépassée par les évènements, une tension existe entre la mère et le fils, mais aussi avec sa fille aînée. C’est une atmosphère assez lourde et étouffante dans laquelle vit John (ce qui n’arrange pas forcément son cas).

En somme, ça a été une lecture vraiment géniale, j’ai été happée dans l’histoire sans être capable de m’en défaire, avide de découvrir la suite. Ce premier tome est très prometteur et je me demande bien ce qui va arriver dans les autres tomes, car ici l’histoire lancée se termine, mais il s’agit d’une trilogie, donc je suppose qu’on va voir l’évolution de John, déjà grande ici. Ça a été un coup de cœur, on peut le dire et j’ai vraiment hâte de lire la suite !

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Piégés entre les murs de la nuit d’Hubert Ben Kemoun (Piégés 2)

Le coeur en braille de Pascal Ruter (Le coeur en braille 1)

Les contes du chat perché de Marcel Aymé