La Justice de Kushiel de Jacqueline Carey (Imriel 2)

Quatrième de couverture

Héritier d'une lignée mortellement dangereuse, le prince Imriel est troisième dans l'ordre de succession au trône de Terre d'Ange. Pion majeur sur l'échiquier politique, il n'a guère le choix de son destin. Lorsqu'il sacrifie l'amour au devoir, les dieux eux-mêmes ne peuvent rien pour le protéger des conséquences de ses actes. En Alba, de sombres puissances œuvrent pour utiliser ses propres passions contre lui. L'aventure l'entraînera encore plus loin qu'il ne l'avait rêvé. Jusqu’à un pays déchiré par la guerre où, d’une foi ancienne, une nouvelle est en train d'éclore. Lorsque tout sera fini, la justice divine de Kushiel se fera sentir sur la Terre comme au ciel...

Mon avis

Je m’excuse d’avance pour le roman qui va suivre, mais c’est toujours ma série fétiche, alors difficile de faire court… (Mieux vaut mettre tous les arguments possibles pour que vous vous décidiez à lire ces cycles si ce n’est déjà fait ^^).

J’avais eu la chance d’avoir ce livre relativement en avance, mais par la force des choses je n’avais pas pu le lire. Pendant des mois il m’a fait de l’œil, mais j’ai résisté (malgré moi) et puis j’ai fini par craquer… Une amie m’avait lancé le défi de le lire en 2 jours (sachant qu’il fait 739 pages), bon il n’a pas été relevé, j’ai mis un peu moins de 3 jours à le lire… pas grave, ça ne m’a pas empêché de savourer chaque instant, chaque page avec une certaine délectation… Oui, un livre pareil ça se savoure (même si j’ai mis peu de temps à le lire, j’en ai bien profité, sans quoi je pense que les 2 jours auraient pu être faisable, largement).

Bref, maintenant j’ai enfin pu le lire et quelque part je regrette car l’attente du 3e tome va être très longue (sachant qu’il sort en octobre…). Mais bon, je ne pouvais pas non plus résister plus longtemps à l’appel d’un livre de Jacqueline Carey, quand on connait ma passion pour ses séries… il était évident qu’il n’allait pas rester indéfiniment au fond de ma bibliothèque.

Si vous n’avez pas lu le 1er tome, il risque d’y avoir des spoiler étant donné que l’histoire reprend directement après le tome 1, alors qu’Imriel est en train de lire les lettres de sa mère. Cela lui pèse et il prend peu à peu conscience de qui était sa mère. Mais d’autres choses lui pèsent, comme ce qui s’est passé à Lucca, souvenir imprimer dans sa tête d’autant que c’est là bas, qu’il a perdu son ami Gilot. En raison de son prochain mariage avec Dorelei Mab Breidia, nièce du Cruarch, il apprend les us et coutumes de ce pays : Alba. Des interrogations sont levées auprès d’un certain clan, mais tout le monde se renferme dès qu’il l’évoque. N’écoutant que son devoir et son cœur, il finit par partir pour Alba en compagnie de sa promise, un mois avant leur mariage pour se faire à cette nouvelle vie. Mais une fois sur place, il est évident que ses désirs et son devoir diffèrent et même s’il est avec Dorelei, son esprit est ailleurs, en Terre d’Ange… et comme il est dit sur la 4e de couverture, quand on ne respecte pas le précepte d’Elua le Béni : Aime comme tu l’entends, quand on bafoue cela, il se pourrait bien que les dieux s’en mêlent et rien de bon ne risque d’arriver… Cela étant l’élément déclencheur afin que la justice de Kushiel soit faite…

Il est assez difficile de raconter une partie de l’histoire sans trop en dévoiler… Il se passe tellement de choses importante dans ce livre, à chaque instant, même les plus infimes que l’on peut facilement trop en dire. Néanmoins, ce que je peux dire c’est que ce tome est tout aussi génial que les précédents, voire peut être meilleur. Il faut voir jusqu’où va Jacqueline Carey. Ce tome est terrible, tragique à souhait, pire par certains aspect que le premier volume, et magnifique par d’autres. Ici, l’auteure n’hésite pas à nous assaillir de sentiments (quels qu’ils soient même si l’amour est le plus important, il y en a d’autres tout aussi fort). Le moins que l’on puisse dire c’est que parfois l’amour peut être beau et bon, comme il peut être cruel… L’auteur mélange ces contradictions avec brio !

Je remarque que dans cette trilogie (je sais plus si dans Kushiel ça fait la même chose) on retrouve un peu le même type de scénario. Non pas dans ce qui se passe mais plutôt dans l’intensité des actions. Cela se passe en trois temps, on a tout d’abord, un début un peu "lent" qui remet tout dans le contexte, raconte un peu une histoire tranquille. Sa vie en tant que prince, sa future vie à Alba, comme il a promis d’épouser la nièce du Cruarch, Dorelei Mab Breidia. Mais on voit bien qu’il ne le souhaite pas, son cœur étant déjà pris par une autre, mais il sait où est son devoir, tout comme elle. Ensuite, vers le milieu du livre, alors qu’il est en Alba, tout va à peu près pour le mieux avant que les ennuis ne commencent… c’est souvent le cas lorsqu’il part de chez lui (cf quand il est parti pour les Caerccidi Unitae). Beaucoup de choses se passent, des éléments plus ou moins tragique, avant d’arriver à l'apothéose ! Le gros cœur de l'action se retrouve en fin de parcours (il ne faut pas penser non plus les 10 dernières pages, je parle plutôt en 100aine et au-delà). Pendant tout le livre, l’auteur nous a torturé, passé les nerfs à vif, que là, elle continue nous faire retourner le cœur, nous fait souffrir d’une certaine manière… et quand on pense que ça va un peu s’arranger, et bah non, il arrive encore quelque chose, empêchant notre prince d’accomplir son devoir. Arrivé à la fin de notre lecture, je dois dire que l’auteur nous a littéralement achevé et vu la fin… cela annonce un 3e tome génialissime, plein d’intrigues. Beaucoup de choses ne sont pas évoqués dans ce tome et il me tarde d’en savoir plus (notamment sur la Guilde invisible et où est passée la mère d’Imriel ! Cela fait longtemps qu’on n’a pas vu Melisande !). Au vu de certains évènements, beaucoup de problèmes en perspective s’annoncent et je sens qu’il va être très difficile d’attendre et de lire ce livre. Que j’ai hâte de lire la suite !

Sérieusement, je ne connais pas beaucoup de séries qui peuvent faire un tel effet. Pour certains j’exagère peut-être mais cette série est vraiment un énorme coup de cœur pour moi et à chaque nouveau tome, je ne suis jamais déçue, la préférant parfois au précédent ou les aimant tout autant. Jacqueline Carey joue avec nous, nous faire ressentir toute sorte de choses si bien que l’on vit en même temps que ses personnages et que l’on peut comprendre ce qui leur arrive, leur souffrance, leur passion… On retrouve toujours les mêmes personnages mais également de nouveaux qui nous touchent à leur manière, qui nous plaisent, ou pas (ouais, méchante que je suis il y a un personnage que je n’ai pas « aimé » alors que c’est le seul sentiment qu’on pourrait ressentir pour elle. Mais quand ce personnage fait de l’ombre à d’autre… forcément j’aime pas… Pas très clair ? Oui je me doute, mais sans trop spoiler l’histoire, mieux vaut que ça reste un peu obscur, vous comprendrez en lisant ce livre). Imriel change du tout au tout dans ce livre. On le voit toujours un peu fragile à cause de son passé, aimant et amoureux jusqu’à en être « malade », mais on voit d’autres aspects de sa personnalité également et cela au contact de Dorelei. Mais au fur et à mesure de l’histoire… il évolue, peut être effrayant également et le Imriel du début du tome, n’est plus le même arrivé à la fin, beaucoup de choses ont changé, même si un élément est resté intact, malgré toutes ces années.

Il est marrant de constater que la trilogie sur Phèdre (Kushiel) se déroulait souvent sur plusieurs années (une 20aine pour le 1er, quelques années pour le 2e et 10 ans plus tard pour le 3e) alors qu’ici, tout se déroule assez rapidement. Dans le 1er Imriel, on passe sous silence 4 années de sa vie, et ensuite, on nous en parle de trois en suivant l’histoire et ce tome-ci, ça se passe en deux ans à peu près.

En somme, voilà, un 2e tome génial, terrible (dans tous les sens du terme) et incroyablement magnifique. Mais comme vous vous en rendez compte, cela fait très longtemps que je ne suis plus objective sur cette série, elle m’a conquise depuis longtemps et j’aime toujours autant ces livres. J’ai de nouveau été emportée en Terre d’Ange, visité le Royaume d’Alba et bien d’autres pays encore. Jacqueline Carey aura réussi à me faire voyager et vivre beaucoup de choses, alors je ne peux rien demander de plus ! (sinon la suite évidemment…).


Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Piégés entre les murs de la nuit d’Hubert Ben Kemoun (Piégés 2)

Le coeur en braille de Pascal Ruter (Le coeur en braille 1)

Les contes du chat perché de Marcel Aymé