Juste moi de Laea Sandra Bréard

Quatrième de couverture

L’amour et l’amitié sont les deux maîtres mots du recueil composé par Sandra Bréard. Deux domaines qui, dans l’univers de la poétesse, tendent à se chevaucher, se superposer, perdre les frontières qui les séparent. Une confusion d’où jaillissent des moments inattendus, des frôlements troublants, des instants de tendresse; mais aussi ces pincements douloureux, ces regrets qui s’emparent de vous, ces souvenirs qui ne veulent pas se taire.

Mon avis

Je tiens à remercier Laea Sandra Bréard de m’avoir permis de lire son recueil de poèmes. Il est assez rare que je lise ce genre de livres, comme vous l’avez remarqué, je lis essentiellement des romans, dans le genre Fantastique en particulier. Donc un recueil de poèmes, n’est pas vraiment mon thème de prédilection. Pourtant j’ai accepté de le lire parce que je dois dire que les thèmes abordés étaient intéressants et que c’était toujours bien de lire d’autres choses. Il faut avoir l’esprit ouvert et c’est ainsi que l’on peut faire de belles découvertes. Ici, je dois dire que c’en est une.

Bon, je ne peux pas vraiment raconter ce qui se passe comme il s’agit de poèmes. D’autant que je trouve que la quatrième de couverture retrace vraiment bien le contenu. Ce recueil est composé de 48 poèmes, certains faisaient un à deux pages, jamais plus. Ce sont de brefs moments, des instants relatant soit l’amour, soit l’amitié, quand ça ne touche pas ces deux thèmes en même temps. Les deux étant souvent extrêmement liés (un poème en parle plus particulièrement : « Amitié/amour »).

J’ai beaucoup apprécié ce recueil de poèmes, que je trouve vraiment bien écrit. La plume de Laea Sandra Bréard est vraiment agréable à lire et on se laisse facilement emporter par ça. Même si les thèmes abordés – l’amour et l’amitié – sont des notions positives en général, elle nous montre également leurs côtés sombres… Et je dois dire que l’entrée en matière de ce recueil à de quoi refroidir et à nous rappeler cela. Attention, ça ne gâche en rien le plaisir de lire ces poèmes car c’est écrit de telle manière que ça ne choque pas (référence exclusive au 2e poème qui a de quoi choquer et toucher plus d’une personne : « … ». Oui le titre est « … ») et que ça n’enlève pas la beauté des mots. Après tout, il faut avouer que les poèmes les plus beaux, les plus touchants sont les plus tristes (valables pour tout type d’écrits j’ai envie de dire, quand c’est triste, ça touche davantage de gens et il n’est jamais facile d’émouvoir). L’auteur sait mêler les moments de joies, mais aussi de souffrance, on passe facilement d’un sentiment à l’autre sans que l’on se perde et on voit à quel point, l’amour ou l’amitié, selon les cas, sont des choses importantes et qu’il faut les chérir car c’est très précieux et fragiles en même temps.

Le titre de ce recueil « Juste moi » peut paraître étrange, mais il prend tout son sens lorsque l’on sait qu’il s’agit de poèmes personnels qui font références à des moments de la vie privée de l’auteur. Il s’agit donc d’un recueil de poèmes autobiographique (si l’on peut dire ça ainsi). Lorsque l’on sait ça (je le savais parfaitement avant de commencer ma lecture) on est forcément plus touché par ce qui est écrit, car on sait que ces choses sont vraies, que ce ne sont pas que de simples mots inventés les uns à la suite des autres, mais que ce sont de réelles pensées. L’auteur se dévoile donc énormément dans ce recueil, plus qu’on ne pourrait le croire (dans chaque récit, on retrouve une part de l’auteur c’est indéniable, mais vu qu’ici, c’est autobiographique, il ne peut en être autrement).

Petite précision qui peut avoir son importance : j’aime beaucoup la couverture qui m’évoque des moments passés, qui se sont envolés, le cours du temps se faisant… et elle a été réalisée par l’auteur elle-même. Cela ajoute encore un élément personnel à ce livre. Je trouve ça assez sympa.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Melisande au Studio Harry Potter

Effroyable porcelaine de Vincent Tassy

Les larmes de l'araignée de Pascaline Nolot