Miséricorde de Jussi Adler-Olsen (Une enquête du Département V 1)

Quatrième de couverture

Pourquoi Merete Lyyngvaard croupit-elle dans une cage depuis des années ? Pour quelle raison ses bourreaux s’acharnent-ils sur la jeune femme ? Cinq ans auparavant, la soudaine disparition de celle qui incarnait l’avenir politique du Danemark avait fait couler beaucoup d’encre. Mais, fautes d’indices, la police avait classé l’affaire. Jusqu’à l’intervention des improbables Carl Mørck et Hafez el-Assad du Département V, un flic sur la touche et son assistant d’origine syrienne. Pour eux, pas de cold case

Mon avis

Je tiens tout d’abord à remercier les éditions Albin Michel pour m’avoir permis de lire ce livre, qui mérite amplement son prix du meilleur polar scandinave, parce que franchement, l’idée est très bonne et tout a fait géniale et fascinante.

Le prologue nous met directement dans la situation, Merete est séquestrée et désespérée dans sa cage puis, tout s’évanouit pour nous laisser faire la rencontre de Carl Mørck, un flic qui se remet lentement d’une attaque dans laquelle une balle a failli le tuer, tandis que l’un de ses collèges est décédé et l’autre dans un état critique. Mais Carl Mørck ne se laisse pas abattre et reprend du service, mais ses chefs sont prêts à le mettre dehors, jusqu’à ce qu’une politicienne décide d’instaurer un service spécial dans lequel d’anciennes affaires non résolues seront ouvertes de nouveau pour tenter de retrouver les victimes et les coupables. C’est ainsi que va être créé le Département V et dans lequel Carl Mørck va être nommé à sa tête, même si ça ressemble à une mise au placard déguisé, Carl Mørck accepte et attend tranquillement jusqu’à ce que Hafez el-Assad, son nouvel assistant, commence à regarder les dossiers d’un peu trop près et que les chefs de Carl Mørck lui demande quelle enquête va être ré-ouverte. Ainsi, la disparition de Merete Lyyngvaard va devenir la priorité numéro 1 de ce nouveau département. Carl Mørck et Hafez el-Assad vont donc se lancer à sa recherche et tenter de boucler l’affaire qui eut lieu 5 ans plus tôt, 5 ans pendant laquelle Merete Lyyngvaard, tente de survivre.

La quatrième de couverture m’avait alléchée et je dois avouer qu’après l’avoir terminé, je ne regrette absolument pas de l’avoir lu parce que ce livre est tout simplement génial. J’ai vraiment pris beaucoup de plaisir à lire ce livre (du moins autant que possible en lisant des thrillers, ce n’est jamais gai ce genre de livres quand même). Comme dans tout thriller qui se respecte, l’intrigue semble simple et on pourrait penser trouver rapidement la solution, pourtant au fur et à mesure on voit à quel point l’enquête est difficile, surtout lorsqu’on ne possède pas tous les éléments. Bien que l’enquête mette du temps à se lancer, (Carl Mørck n’étant pas des plus consentants pour prendre en main ce nouveau département, qu’il considère quelque part comme une mise au placard il se laisse aller et attend), le nouvel assistant de Carl Mørck, Hafez el-Assad dit Assad, va relancer l’intrigue et nous entraîner dans une enquête incroyable et dure.

Les éléments se mettent petit à petit en place et je dois avouer que pendant ma lecture, j’essayais de trouver qui avait séquestré Merete et pourquoi. Tout comme Carl, je tentais de savoir en suivant les indices et je dois avouer que la plupart du temps, je me trompais, je n’étais pas sûre de moi. Et c’est une véritable prise de tête de chercher de cette manière. Finalement, j’avais en partie trouvé, mais pas entièrement, donc l’auteur a su me surprendre et créer une vraie tension et suspense dans ce premier tome. Il se passe tellement de choses qu’on ne peut pas s’ennuyer, ça ne cesse jamais, car on a souvent des éléments nouveaux à mesure que l’enquête évolue, mais on a également des petits moments de pause pour relâcher la pression (comme lorsqu’on voit la vie de famille de Carl Mørck, qui est des plus compliqués là aussi, ou bien les passages avec son collège hospitalisé), mais ça ne ralentit par le texte, bien au contraire, ça nous permet d’en apprendre plus sur le personnage de Carl Mørck.

L’écriture de l’auteur est agréable et fluide, on suit avec aisance l’enquête, d’un côté et la séquestration de Merete de l’autre. En effet, on suit deux points de vue et temps en parallèle. L’enquête se passe en 2007 avec Carl Mørck qui va donc reprendre l’affaire, mais au début du livre, nous découvrons Merete quelque temps avant son enlèvement en 2002, puis au fur et à mesure de notre lecture, les années passent jusqu’à ce qu’on se retrouve également en 2007 et qu’on puisse rapprocher de plus en plus, le moment où l’enquête va se résoudre, d’une manière ou d’une autre (je vous laisse le soin de découvrir le dénouement). Le fait d’avoir cette double narration est très intéressante car ça nous permet de voir l’évolution de Merete, son combat pour survivre, mais aussi ses doutes et ses relâchements, quand elle pense qu’elle va mourir. Il est donc difficile de voir ça, mais en même temps, ça donne de l’intérêt parce qu’on voit qu’elle tient bon et on espère pour elle qu’elle tienne suffisamment le coup pour que Carl Mørck puisse la retrouver à temps (c’est ce qu’on espère du moins). Ainsi le suspense et la tension est d’autant plus forte puisque puisqu’on suit les deux plans, les deux temps, et l’auteur sait jouer avec son lecteur en coupant le rythme habituel (en général, un chapitre ou deux en 2007 avec Carl Mørck et un chapitre avec Merete Lyyngvaard) en nous laissant uniquement en compagnie de Carl Mørck, alors qu’on allait enfin savoir qui était derrière toute cette machination avec Merete Lyyngvard. Cela frustrant énormément, on ne peut qu’être avide de connaissance et lire d’autant plus vite le livre pour avoir enfin la solution qui s’offre à nous bien rapidement mais ce n’est pas pour cela que le livre est terminé, loin de là car d’autres embuches arrivent encore et toujours.

En ce qui concerne les personnages, je les trouve bien travaillés de sorte qu’on s’attache vraiment à eux. On a pitié pour Merete qui subit tout ça sans qu’on ne sache pourquoi et on espère vraiment que Carl Mørck soit en mesure de la retrouver pour la sauver de cet enfer. Carl Mørck est un bon flic, mais à qui il est arrivé de mauvaises choses, qui peuvent expliquer son relâchement au début. Mais à mesure, on voit une vraie évolution dans le personnage qui reprend du poil de la bête, comme on dit, et qui prouve à quel point c’est un bon flic, qui fait parfaitement son boulot jusqu’au bout, quoi qu’il arrive, (malgré les évènements qui ont envoyés son collègue à l’hôpital et l’autre au cimetière). C’est un personnage vraiment attachant et on prend plaisir à le suivre dans son enquête, on aimerait lui en dire plus, l’aider, mais bien évidemment, on ne peut rien faire. Son assistant Assad, est vraiment mystérieux, il est très utile à Carl Mørck et l’aide bien plus qu’on ne pourrait le penser. J’ai beaucoup aimé ce personnage qui est aussi attachant, étant étranger, il est des choses qu’il ignore et Carl Mørck, prend le temps de lui expliquer parfois, et une certaine amitié se crée entre les deux hommes c’est un « couple » particulier mais qui fonctionne bien.

En bref, ce livre est une pure merveille, l’intrigue est très intéressante et bien menée. On ne s’ennuie pas du tout, l’action étant sans cesse présente et haletante. L’auteur sait créer le suspense pour nous dévoiler que tardivement la clé de cette histoire, et c’est ainsi que le titre du livre prend tout son sens. C’est un livre que je ne peux que conseiller à tous les amateurs de thriller qui recherche des sensations fortes et des atmosphères sombres, le tout mélangé à une enquête policière.

Commentaires

  1. Grâce toi je vais pouvoir ajouter ce livre dans mes prochains achats.

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Vous êtes bien sur la messagerie écrite de Melisande, veuillez laisser un message après le bip écrit car elle est partie lire !

***biiip***

Posts les plus consultés de ce blog

Asynchrone de Fabien Clavel

Celle qui murmurait à l'oreille du mec en costard de Laëtitia Constant

Concours Celle qui murmurait à l'oreille du mec en costard [TERMINE]