Vue sur ténèbres de Romano Vlad Janulewicz

Quatrième de couverture

Vous croiserez un père de famille terrifié par l’obscurité, un jeune coursier fou amoureux d’une star de cinéma, ainsi qu’une bande d’adolescents fêtards et insouciants ; vous rencontrerez une grand-mère surveillant de près les kilos de son petit-fils, suivrez le parcours culinaire d’un vieux maître de sushis et découvrirez les coutumes d’une île perdue d’Indonésie. Vous verrez une jeune veuve traverser les frontières pour assouvir sa vengeance sanglante et une femme fatale se plonger dans la lecture d’une correspondance d’un autre siècle. Vous vous immiscerez dans la relation intime d’un matador, embarquerez sur un voilier d’un week-end entre copains et marcherez sur les traces d’un tueur en série… 
A travers ces treize nouvelles, Romano Vlad Janulewicz livre un instantané, une carte postale de son univers intérieur : ouvrez donc la fenêtre et profitez du panorama… 

Mon avis

Je tiens tout d'abord à remercier l'auteur Romano Vlad Janulewicz de m'avoir permis de lire son livre.

Le recueil est composé de 13 nouvelles, tournant autour d’un thème très sombre, différant d’un texte à l’autre, mais centré sur une atmosphère lourde, sombre et glauque. Etant donné le nombre important de nouvelles par rapport au nombre de pages, les nouvelles qui composent ce recueil sont vraiment très courtes et pourtant, elles sont suffisantes et expriment suffisamment ce que l’auteur avait envie d’écrire. La seule chose c’est qu’on en demande plus parce que c’est vraiment sympa à lire. L’écriture est agréable et très fluide, et on se laisse aisément emporter dans ce recueil, dans ces histoires et je ne demande qu’à en lire d’autres ! Je vais maintenant détailler brièvement chaque nouvelle en mettant mon ressenti, ce qui est plus simple pour un recueil de nouvelles plutôt que de parler de manière générale comme je viens de le faire.

Fiat Lux ! raconte l’histoire d’un homme qui est en proie à une phobie : celle du noir et qui s’imagine qu’il y a des monstres qui à chaque instant peuvent lui sauter dessus. J’ai bien apprécié cette nouvelle, elle nous plonge directement dans une atmosphère sombre et terrifiante. Etant donné que c’est écrit à la 1ere personne, on se retrouve dans les pensées de cet homme qui est réellement terrifié. L’histoire suit son cours et c’est vraiment intéressant et je ne m’attendais pas à cette fin là. La nouvelle est très courte (4 pages) mais elle se suffit à elle-même et je trouve que l’idée est bonne, donnant le ton à ce recueil.

Messagerie express : raconte l’histoire de Joseph, qui est livreur. Alors qu’il allait faire une pause, son manager le prie d’apporter rapidement un colis à un client et cela le plus rapidement possible. De mauvaise grâce, il s’exécute mais le destin va lui jouer de drôle de tour. Cette deuxième nouvelle est tout aussi sympa que la première, dans un autre genre, mais tout aussi sombre (et c’est donc ce qui va rassembler les nouvelles de ce recueil et avec un titre pareil ça semble évident). Je dois dire que l’auteur sait y faire, l’idée de cette nouvelle est bonne. Le petit message à la fin est tout simplement extra, rendant cette histoire encore plus tragique. Le pauvre Joseph, ne voulait qu’aller manger et voir son idole le soir même et il était loin de se douter de ce qui allait lui arriver.

Frères de sang : raconte l’histoire d’un pacte (comme peut le suggérer le titre) et qui montre jusqu’à quel point certains sont prêts à aller pour respecter le pacte. Cette nouvelle est tout aussi bien que les précédentes. Très courte, elle ne fait que 2 pages, et pourtant elle explique très bien l’idée passée dans la nouvelle. L’atmosphère, aussi lugubre a sa manière, rend l’histoire plus touchante et incompréhensible en même temps. Comme nous ignorons jusqu’à la fin de quoi est question le pacte, eh bien on ne peut que constater qu’à la dernière page tout l’enjeu des « frères de sang ». Une très bonne histoire encore qui se lit aisément et rapidement.

Carnaval : raconte l’histoire d’une rupture qui tourne mal, se déroulant quelques jours avant le carnaval (d’où le titre). Difficile d’en dire davantage sans dévoiler « l’intrigue » de cette nouvelle qui est également très courte. Mais là encore l’auteur nous montre qu’il sait écrire des histoires sombres et tragiques. L’idée est bonne et bien menée, en si peu de pages, on comprend aisément l’histoire remettant en place ce qu’il nous manque et on voit toute l’horreur de cette nouvelle dès qu’elle se termine.

Gourmandises : raconte l’histoire de Théo, un jeune garçon très gourmand et friand de chocolat. Alors qu’il est chez sa grand-mère, qui trouve que la gourmandise est un péché (pour faire vite) il attend avec impatience le moment où il pourrait manger ses chocolats et découvrir si la surprise contenu à l’intérieur contient des dragons, dont il fait collection. Cette nouvelle est étonnante. Etant donné le thème de ce recueil, on s’attend à un drame, à un moment où à un autre, mais je ne m’attendais pas à celui-là en le commençant. J’ai donc été surprise de cette nouvelle et une fois qu’on la termine, là, on ne peut dire que l’auteur a une imagination débordante et un « humour un peu noir ». Mais j’adore, c’est vraiment extra.

Le Grand Art du Sashimi : raconte l’histoire de Sanjiro, un jeune japonais qui va devenir restaurateur, et maître dans la préparation des sashimi, sushis… Cette nouvelle est sympathique, mais ne m’a pas emballée plus que ça. Ça se laisse lire sans problème, c’est bien raconté et on voit un peu la vie et philosophie de Sanjiro, mais au niveau du contenu, j’ai trouvé ça trop court, sans voir vraiment où voulait en venir l’auteur.

Délice des îles : raconte l’histoire de Natimboio, cuisinier à Taninbawa (île entre Madras et Jakarta) qui prépare le repas pour un mariage. En même temps, on découvre André, entrepreneur pour une société qui a malheureusement échoué sur une île avec une collègue et qui vont se retrouver conviés à ce banquet de fête… Je dois dire que cette nouvelle m’a surprise. Je me demandais où allait être le moment qui ferait basculer cette histoire et je dois avouer que je me suis fait avoir. Jusqu’à la fin, je me demandais ce qui allait se passer et même arrivée à la fin, je n’y croyais pas. L’auteur sait nous surprendre et aller toujours plus loin dans cette thématique annoncée dès la première nouvelle. C’était sympa à lire et je l’ai préféré à la précédente.

Saveur vengeance : raconte l’histoire d’une vengeance, notamment celle de Vladiana envers son mari, tué par la torture, tout en nous entrainant dans un monde mafieux. Je dois dire que cette histoire m’a bien emballée et bluffée également. C’est la nouvelle la plus longue du recueil et elle prend son temps et en même temps, l’histoire poursuit son chemin et va très vite. Les scènes passent et on avance rapidement vers ce dénouement inattendu. L’auteur sait mettre le suspense et en même temps, il nous donne des informations, glissant des indices par-ci, par-là pour nous permettre de comprendre, mais ça n’empêche pas que j’ai été surprise par cette fin qui était vraiment bien trouvée. Je ne m’attendais pas du tout à ça. C’est la seule nouvelle qui mêle le thriller avec le fantastique, et le résultat est franchement probant.

Ad vitam æternam : est une nouvelle totalement fantastique, qui mêle une histoire d’amour et de vie éternelle. J’ai bien apprécié cette nouvelle qui mêle le récit épistolaire au récit traditionnel. A travers des lettres d’un temps passé, on voit un amour naître et s’approfondir pour finalement découvrir une vérité et un dessein particulier. J’ai bien apprécié cette nouvelle. L’idée est bonne et est bien menée, même si on peut se douter de ce qui se passe, ça reste tout de même très sympathique à lire.

La corne du matador : raconte l’histoire de Juan, un matador qui a eu un grave accident et dont sa vie de couple s’en retrouve ébranlée, mais il essaye de tout consolider pour que ça fonctionne de nouveau. C’est une belle et triste histoire qui m’a plu et touchée. Je n’avais pas pensé à cette fin qui est très touchante et qui est en parfaite adhésion avec le reste du texte. C’est une nouvelle assez courte et pourtant complète et qui suffit amplement. On est immergé dans le monde de la tauromachie qui peut être difficile, puisque le matador, met sans cesse sa vie en jeu.

Courants d’air : raconte l’histoire de Jacques, marin et de ses collègues alors qu’ils sont à bord du bateau. Le vent se lève et semble bien plus dangereux qu’il n’y paraît, jusqu’à ce qu’un des membres disparaissent soudainement, laissant un mauvais présage sur le bateau. J’ai bien aimé cette nouvelle, ce n’est pas la meilleure du recueil, mais je l’ai quand même apprécié. L’idée est bonne et intéressante, bien exploitée également.

Business world : raconte ce que le stresse peut provoquer au travail. Cette nouvelle est la plus courte du recueil. En fait, on peut définir cette nouvelle par : court, simple, mais efficace. Malheureusement, cette nouvelle, qui n’est qu’une histoire, peut être également une réalité, il suffit de voir les nouvelles dans certaines sociétés… Une nouvelle qui peut davantage toucher l’actualité que les autres du recueil.

Serial qui pleure : raconte l’histoire d’un homme qui va faire un meurtre, viol sur une jeune femme qu’il étudie à distance. Mais ses plans sont retardés à cause d’un homme mais celui-ci repart rapidement alors l’homme pénètre chez Julia, et là… tout dérape. Cette nouvelle apporte un vrai retournement de situation et on se dit qu’il l’a bien mérité après tout. C’est une bonne nouvelle et ça clôt parfaitement ce recueil qui montre l’univers de l’auteur.

En bref, c’est un très bon recueil de nouvelles qui tourne autour d’une atmosphère sombre et glauque et qui en même temps nous fait voyager car on ne se situe jamais dans un même pays. On voyage et entrevoit des scènes de vie qui sont pour la plupart tragique ici, mais plus on avance dans notre lecture, plus les nouvelles se tournent vers un aspect plus fantastique, donnant une autre atmosphère à ces nouvelles tout en restant sur quelque chose de sombre et triste, avant de revenir sur les débuts du recueil, dans un univers plus sombre. C’est un recueil que je ne peux que conseiller parce que dans l’ensemble toutes les nouvelles m’ont plu, certaines m’ont touché, d’autres bluffé. En tout cas, on ne reste pas indifférent au cours de notre lecture et il y a forcément un texte qui nous touchera, d’une manière ou d’une autre.

Commentaires

  1. bon par cntre sur blogspot j'ai pas encore touvé la fonction réponse automatique pour épondre au com donc bon... oui il est top ;) tu es inscrite au concours qui sait...^^

    RépondreSupprimer
  2. C'est de la pure torture de voir ta lecture en cours *-*

    RépondreSupprimer
  3. ^^ il sort le 27 octobre en France, plus beaucoup à attendre !

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Vous êtes bien sur la messagerie écrite de Melisande, veuillez laisser un message après le bip écrit car elle est partie lire !

***biiip***

Posts les plus consultés de ce blog

Les contes du chat perché de Marcel Aymé

La Belle Sauvage de Philip Pullman (La Trilogie de la Poussière 1)

Un jour, je serai pompier de Quentin Gréban

Skiddy, mon ami imaginaire de Katherine Applegate

Sans raison apparente de Charlotte Bousquet