La Vestale du Calix d'Anne Larue

Quatrième de couverture

Anna, une vestale consciencieuse mais émotive, est condamnée à mort pour avoir brisé un vase sacré - le fameux calix Esclarmonde. Son savant fou de maître la fait " décorporer " à son insu. L'expérience réussit et elle surgit indemne à une autre époque, où il perd sa trace. En l'an 4666, Anna, devenue " costumière tradi " chez Thomasine Couture, habite avec Ankh Delafontaine, belle blonde médiéviste, et elle monte à cheval à Etampes. Le bonheur. Elle en viendrait à se convaincre qu'elle n'a pas rejoint le monde au-delà de la mort, quand tout se complique à nouveau. Anna et Ankh sont arrêtées pour ne pas avoir assisté à un match de trimslop, puis une cavalière est assassinée. L'enquête conclut à la mort d'Anna. Entre alors en scène Holinshed, un cheval extrêmement stylé qui effectue des missions en freelance pour les humains à travers le temps... Pour tous ceux qui aiment Paris, la fin du monde, les chevaux, le camping, Simone de Beauvoir... et un peu moins le football.

Mon avis

Je tiens tout d’abord à remercier l’auteur Anne Larue de m’avoir permis de lire son livre. Avant de le commencer, elle m’avait « mise en garde » afin que je sache un peu à quoi m’attendre en le lisant, en gros que c’était un livre décalé et étrange, et que ça ne peut pas plaire à tout le monde. Là, pour le coup, je lui donne raison, c’est un livre très particulier, mais malgré ça, j’ai quand même bien apprécié cette lecture, (même si d’un côté, je me demande comment je vais faire pour écrire cette chronique).

Encore une fois je ne vais pas faire de résumé de l’histoire parce que la quatrième de couverture est suffisamment détaillée pour nous montrer de quoi ça parle, sans pour autant spoiler l’histoire. Je vais davantage me pencher sur mon ressenti, mais là déjà, ça ne sera pas évident parce qu’avec un tel livre… Donc en dépit de ce que je vais dire, j’ai quand même aimé ce livre parce qu’il donne matière à réfléchir, tout en nous faisant passer un bon moment. C’est juste qu’en le commençant, si on ne sait pas à quoi s’en tenir, je pense qu’on peut être déçu ou totalement perdu.

J’ai bien aimé l’écriture, qui est fluide et agréable. Ça permet de nous plonger directement dans l’univers, dans ce monde hors norme. Je dois avouer qu’il est très particulier et que ça ne peut pas plaire à tout le monde (comme je l’ai déjà dit) mais moi, ça m’a plu. Je pense aussi que pour apprécier ce livre, il faut prendre un peu de recul et réfléchir aux tenants et aboutissants de ce texte qui finalement recèle de plein d’idées intéressantes. Ce livre est totalement décalé dans le sens où les valeurs ne sont pas nécessairement celles qu’on connait aujourd’hui, du coup ça permet de réfléchir plus amplement.

C’est de la SF assez particulière (déjà que je ne suis pas une grande fan du genre donc encore moins une spécialiste) et lire ce livre m’a emmené dans un drôle d’univers assez proche du nôtre, tout en y étant éloigné (je ne saurais même pas dire dans quel genre on peut le ranger, en dehors de la SF). C’est un Paris futuriste, alternatif d’une certaine manière et l’univers créé par l’auteur est vraiment particulier et on a l’impression de revenir à des temps archaïques, ou les vestales, un certain type de femmes ne représentent rien, qu’on tue à tour de bras sans que cela n’ait d’importance. Et dans l’autre monde où Anna surgit, les gens sont catégorisés, il y a des règles à suivre, notamment un match très étrange : le trimslop, qui va mal se terminer pour elle. Tout ces évènements semblent éloignés les uns des autres, on ne voit pas toujours les liens et ce n’est qu’à la fin qu’on comprend ce qu’il en est. Ce monde, très étrange, est par certains aspects moins durs que celui d’où vient Anna et elle semble s’y plaire en compagnie de sa colocataire Ankh.

Dans la structure même de l’histoire, on a l’impression qu’elle est déconstruite et qu’il ne semble pas y avoir de trame précise, parce qu’on ne voit pas toujours où l’auteur veut en venir. Il y a des évènements qui nous tombent dessus sans qu’on n’en comprenne le sens et pourtant… une fois les éléments mis en place et arrivé à la fin, on se rend vraiment compte de ce qu’elle a voulu nous dire et pourquoi avoir construit son histoire de cette manière. On ne se concentre pas toujours sur le personnage d’Anna et du coup on a une vision plus large des choses et ça nous permet de mieux comprendre ce qui lui est arrivé par exemple. Mais ça n’est pas pour ça qu’on sait tout d’avance, bien au contraire. L’auteur joue avec son lecteur et le perd pour garder le suspense jusqu’au bout.

Les personnages sont assez différents et se complètent bien. Anna est une jeune femme confrontée à son destin qui l’accepte. Elle est prête à affronter la mort et ne croit personne quand on lui dit qu’elle est bien vivante. Elle accepte tout ça, parce qu’elle n’est qu’une vestale et qu’elle a bien mérité son châtiment. Mais à mesure de l’histoire on voit une évolution chez elle, sa nouvelle vie lui fait comprendre qu’elle peut avoir une vraie place. Ankh est une jeune médiéviste, qui connait parfaitement cette époque (et quand on voit ce qu’il en est, ça fait sourire quand même de voir ce qu’ils appellent le Moyen Age). Elle va se retrouver confronter à des choses qui vont la faire évoluer et la changer aussi. J’ai bien aimé le personnage. La relation entre les deux filles est touchante et quelque peu ambiguë. Mais quoi qu’il arrive, elles sont tout l’une pour l’autre une vraie amitié s’est créée et elles vont tout faire pour se retrouver. Quant à Holinshed il est totalement excellent et saura nous surprendre lui aussi.

En bref, il est assez difficile de caractériser ce livre, il est assez hors norme et nous emmène dans un monde décalé et dans un futur qui semble plutôt archaïque dans la façon de penser (et là, on sent bien la dénonciation derrière, ou du moins la critique) et du coup ça aide à réfléchir… Les personnages sont attachants et intéressants donc on passe un bon moment avec eux, même si certains actes sont révoltants pour nous. Ça a été une bonne découverte et je ne regrette pas du tout de l’avoir lu, et je le conseille, mais il faut savoir à quoi s’attendre en le commençant, sinon on a encore plus l’impression de débarquer sur une autre planète.



SF, quelque soit la nationalité



Commentaires

  1. Il a l'air en effet, très particulier ! Après, pourquoi pas !

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Vous êtes bien sur la messagerie écrite de Melisande, veuillez laisser un message après le bip écrit car elle est partie lire !

***biiip***

Posts les plus consultés de ce blog

Asynchrone de Fabien Clavel

Celle qui murmurait à l'oreille du mec en costard de Laëtitia Constant

Concours Celle qui murmurait à l'oreille du mec en costard [TERMINE]