Débat 5 : Est-ce qu’une traduction peut trahir l’écriture de l’auteur ? Faut-il lire en VO ?



Sujet


Alors, voilà ça fait 2 semaines que je n'ai pas fait de débat, essentiellement par manque de temps, mais aussi d'inspiration. 

C'est pourquoi, il y a quelques jours, je vous ai demandé de proposer un thème pour un débat à venir (celui d'aujourd'hui), et je vous ai également laissé le choix des réponses. Deux ont fini par être proposé et celui qui a remporté la majorité n'était pas un thème en soi, mais déjà une question, alors je la reprends telle qu'elle.

Cette question était : Est-ce qu’une traduction peut trahir l’écriture de l’auteur ? Faut-il lire en VO ?

Voilà, le débat est ouvert. Qu'en pensez-vous ? 

(Je mettrais mon avis au fur et à mesure de vos réponses. Je vous laisse commencer :D)


Réponses lors du débat





Audrey G.C. : Bon, je dirais déjà pour lire en VO faut quand même avoir le niveau hein. Ce n’est pas à la portée de tous. Mais pour faire mes débuts, je confirme, la traduction perd du style de l'auteur. Après je ne sais pas si c'est le cas pour tous mais je pense que oui on y perd.

Aurélia G. : Pour lire Vo faut vraiment avoir du courage et moi je trouve que oui, la traduction peut trahir l'écriture.

Aurélie G. : Je rejoins le point de Audrey, pour lire en VO il faut un niveau anglais minimum je dirai... :-) Après je pense que si nous avons un bon traducteur nous retrouvons assez bien le style d'écriture de l'auteur !

Accrocdeslivres : oui c'est vrai que pour lire en VO, il faut avoir une certaine connaissance de la langue pour comprendre (surtout que certains auteurs sont plus compliqués que d'autres). pour revenir sur la traduction même, je pense aussi qu'on perd énormément de l'écriture de l'auteur. Parce que par exemple en anglais il y a des expressions qui sont typiquement anglaises justement et qu'il est difficile de traduire en français, de même qu'il y a des références que nous français ne pouvons pas toujours comprendre parce que ça n'est pas notre culture. Une traduction n'est pas un copier coller du texte d'origine, mais quelque chose d'approchant, on perd toujours une partie du texte quand on fait le changement de langue (après les traducteurs font de leur mieux pour coller et pour rester fidèle aux textes d'origine).

Morgane K. : Bien sur on y perd, mais on y gagne aussi de nouvelles choses venant du traducteur et ça nous fait un joli petit mélange. En sachant qu'en traduisant i est impossible de ne pas perdre un peu du style de l'auteur sauf si c'est lui même qui traduit ^^.

Accrocdeslivres : VO ne veut pas dire anglais hein, on est bien d'accord (bien que ce soit souvent des livres de cette langue là qui prime, ça vaut pour toute langue, VO = Version Originale). même un bon traducteur ne retranscrit pas totalement le texte d'origine.

Au Fil des Mots Tout dépend du talent du traducteur en fait. Il m'est arrivé de lire le même livre en anglais et français, le ressenti final était le même chaque fois ^^

Maxime L. : la traduction peut parfois décrire l'écriture de l'auteur : Je pense aux Georgia Nicholson où la traductrice a dû assurer, puisqu'avec les doubles sens employés, les mots inventés, ou volontairement mal écrit (en français, ça donne des choses comme "hilaritude" ou être "dans son plus simple pas pareil) les exclamations complètement inventées, ou le mélange soutenu /familier /argotique, ça pouvait être chaud de faire une bonne traduction. après, il existe aussi des traductions complètement ratées (Je n'ai pas d'exemple sous la main pour celui-là. Je lis peu en VO, je reconnais). Je pense que si lire en VO n'est pas non plus obligé , en français ,il y a des choses qu'on ne comprend pas . (Je repense encore "Georgia Nicholson" où elle disait qu'un cours sur Pi lui donnait faim. Le jeu de mot est plus compréhensible en anglais, où pie peut vouloir dire tourte ou tarte). et puis en français , on perd les jeux de mots vraiment intraduisible (je repense à un monde délirant d'Ally qui ne sortira normalement pas en France ,que j'ai essayé de traduire , j'ai vraiment eu du mal avec le jeu de mot sur "duck" qui peut vouloir dire canard ,mais to duck peut vouloir aussi dire "baisser la tête" ). Ah oui, mince VO ne veut pas dire anglais, mais je lis des VO qu'en anglais moi, désolé ! j'ai déjà du mal avec les VO en anglais, je me lance pas encore dans les autres bouquins en vo, si c'est de l’allemand, du suédois ou de l'espagnol ;-)

Elodie J. : Je pense que rien ne vaut la version originale. On peut voir le style de l'auteur, les jeux de mots et autres effets de styles. C'est là qu'on se rend compte de la vraie capacité d'un écrivain! Mais si on ne connait pas la langue certaines éditions sont meilleures que d'autres donc il faut faire attention. Des traducteurs vont aussi faire attention à garder les effets de style mais par exemple pour des poèmes c'est très difficile de garder les rimes! En conclusion oui il faut lire en vo ^^.

Accrocdeslivres : voilà, les soucis de la traduction vient souvent des jeux de mots, ça n'est pas toujours traduisible. Comme dans Mercy Thompson, il y a un jeu de mot sur son prénom, mais en français et en anglais, ce n'est pas le même. En VO c'est Mercy = Miséricorde, alors que nous en français, c'est Merci (le fait de remercier quoi) le sens n'est pas le même, mais un jeu de mot est possible, mais n'a pas la même signification selon la langue du coup.

Fleur D. : Trahir pas forcément, mais la traduction est un filtre, le filtre de la perception du traducteur, donc c'est forcément différent. Après c'est nécessaire de traduire, c'est nécessaire de ne pas coller excessivement au texte pour ne pas produire quelque chose de juste stupide qui sonne comme de l'anglais écrit avec des mots français. Du coup, faut-il lire en VO, si on en a la capacité, j'ai envie de dire, pourquoi vous emmerdez-vous à lire la VF alors, quand vous pouvez avoir le texte tel quel (bon, faut voir si vous avez l'édition anglaise qui va réécrire l'américain par endroits, par ex) ? Enfin, oui, ça peut aussi trahir, bien sûr. Z'avez entendu parler des Orphelins Baudelaire. Exemple type.

Elodie J. : pour Alice au pays des merveilles c'est pareil! La traduction parfaite est impossible.

Accrocdeslivres : ‎ : @Maxime L. : je faisais cette précision parce que c'est ce qui en ressortait au dessus, bien souvent en France on lit en anglais parce qu'on a la culture américaine et que de toute façon la langue qu'on "doit"' parler après le français c'est l'anglais, donc tout le monde prend ça pour acquis. Mais VO c'est version originale. Moi aussi je ne lis VO que anglais, mais espagnol je pourrais toujours tenter. quant à mon livre du moment, la VO c'est de l'allemand (et là je ne pourrais pas le lire mdr). ‎@Elodie : oui les livres avec les jeux de mots, c'est clair que VO / VF ça n'a rien à voir (Terry Pratchett et le disque monde, idem, le traducteur a dû se tirer les cheveux pour faire quelque chose de compréhensible chez nous tout en ne trahissant pas le texte de base). @Fleur : c'est clair que si j'étais capable de lire exclusivement en VO (un peu comme toi) je le ferai plus souvent. Au moins on a le vrai texte, les jeux de mots tel quel. Mais comme il a été dit, il faut maîtriser un minimum la langue (et énormément pour certains textes) mais tout le monde n'est pas bilingue ou a un excellent niveau, c'est ça le truc.

Fleur D. : Aucune traduction n'est parfaite, il y a toujours des pertes et des ajouts (vous voulez mon mémoire j'ai une partie dessus), mais lire la VO est toujours plus intéressant que lire la traduction, à moins, j'ai envie de dire, que votre intérêt soit pour la/e traductrice/eur plutôt que l'auteur.

Maxime L. : et je dois aussi confirmer avec Elodie : Pour les poèmes, il faut mieux lire en version originale si le poème est en anglais, ou autre. (ça me fait penser que dans le "monde délirant d'Ally" tome 6, elle écrit une chanson avec des rimes. Je la trouvais pas mal la chanson, mais faudrait que je la lise en anglais, à mon avis ça doit pas mal changer.

Accrocdeslivres : la traduction n'est pas le texte de base c'est sûr. bah l'intérêt c'est quand même l'auteur et pas le traducteur, mais bon pas évident de toujours lire en VO.

Fleur D. : Sinon, Accrocdeslivres, merci en français peut avoir le même sens qu'en anglais, le mot n'a pas seulement le sens de remerciement, ça c'est au masculin, mais au féminin, c'est bien la miséricorde, la grâce.

Accrocdeslivres : ouais mais tel que c'est employé dans le texte VF du moins, c'est plutôt le remerciement (mais je ne savais pas qu'on pouvait dire aussi grâce, je me coucherai moins bête tiens ^^).

Fleur D. : ‎ (pas la grâce beauté, hein ? lol)

Estelle T. : Si évidemment on perd quelque chose à la traduction, ou comme dit Fleur on ajoute le filtre du traducteur, il y a des traductions qui sont très bonnes et qui colle à l'idée de l'auteur. Si on lit en VO sans être à l'aise du tout, on perd également ;)

Maxime L. :‎ Comme Estelle, je confirme : on peut aussi perdre si on lit en VO, sans tout comprendre ! ça m'arrive encore parfois.

Accrocdeslivres : oui oui j'ai bien compris Fleur :D C'est clair que si tu lis un livre VO mais ne comprend rien à ce que tu lis, ça sert à rien ^^  Et bon pour ceux qui ne sont pas doués, la VF c'est pratique et merci aux traducteurs d'exister pour nous permettre de les avoir (parce qu'il y a quand même de belles perles en VO) (et vu que la littérature française, notamment dans l'imaginaire, n'existe plus tant que ça, ou seuls quelques auteurs subsistent, bah heureusement qu'on a la traduction pour nous permettre d'avoir accès aussi à ces textes. On est donc tous d'accord pour dire que la VO est ce qu'il y a de mieux, au moins on est plus proche du texte parce que le traducteur ne peut pas totalement retranscrire le texte. mais la VO n'est pas accessible à tout le monde, donc il ne faut pas non plus cracher sur les traducteurs (mais parfois, il y en a qui sont mauvais quand même, quand ça se sent, alors qu'on ne connait pas la VO, ça craint ^^).

Noémie P. : C'est toujours une question que je me suis pose. A mon avis la traduction amène toujours un peu de la patte du traducteur. Mais il est vrai que lire en vo donne une certaine satisfaction et même si au début c'est dur une fois goute on ne le lâche plus...

Accrocdeslivres : la traduction, il y a toujours la patte du traducteur et si celui ci est auteur en même temps, ça peut se ressentir je pense après tout la traduction est une sorte de réécriture, bien qu'il ne soit pas le maître de l'histoire, mais il la réécrit d'une certaine manière, du coup la patte du traducteur est forcément là. lire en VO (quand on le comprend) est une satisfaction, c'est certain. Je suis loin d'être bilingue et pourtant, je lis parfois en VO, j'en lis un peu plus souvent qu'avant et avec mes quelques lectures VO je me rends compte déjà d'une part que je lis plus vite qu'avant, que je comprends mieux aussi (alors que je prends rarement mon dictionnaire, voire quasi jamais) et que c'est une autre ambiance quand même de lire un texte en VO. et c'est clair qu'on prend plus de plaisir à mesure que le temps passe (toujours un moment de fierté quand je finis un livre en VO)

Anais M. : Ah zut j'ai raté ça. J'explique d'où m'est venue cette question : ma meilleure amie a voulu s'acheter Orgueil et Préjugés et en allant à la Fnac, on est tombé sur 3 ou 4 éditions différentes et tout autant de traductions différentes. Étant une adoratrice de Jane Austen, je me suis demandé du coup si ce n'était pas le style d'un traducteur que j'aimais plutôt que celui de l'auteur... Je lirais bien en VO mais ça serait plus long (et vu tous les livres que j'ai à lire...) et je ne suis pas sûre d'apprécier toute la beauté de la langue. Même si je comprends l'anglais, on ne peut pas dire que je trouve ça beau (en tout cas pas comme quand je lis en français). Par contre je commence à différencier les styles des auteurs, à force de lire des articles pour mon stage, j'ai fini par y arriver. Je viens de finir autant en emporte le vent et je m'étais habituée à entendre Scarlett dire "taratata" et là elle dit "turlututu", j'ai été un peu troublée.

Fleur D. : “Le texte traduit est d’abord une offrande faite au texte original.” Antoine Berman. La traduction apporte un plus au texte, en le rendant accessible à des personnes qui parlent une autre langue, il l'ouvre à une autre culture, d'autres lecteurs qui peuvent lui donner une toute autre signification selon leur background. Dans mon mémoire, la grand-mère de l'histoire s'appelle Raine, référence à la pluie en anglais, idée de fertilité reprise dans la façon dont son petit fils l'appelle : "G'raine" mais en français nous avons un sens supplémentaire, à l'oreille nous avons "reine" et cette femme est effectivement est à la tête de sa famille. Aussi, on peut remettre en valeur des métaphores significatives par le biais de la traduction, ce qui régénère le sens de certaines phrases, du texte lui-même. Une dernière citation : "Une traduction ne sera jamais le double parfait de l’original et a rarement d’ailleurs besoin de l’être. Il y aura toujours une différence que ce soit dans la matérialité d’un texte, sa voix, ses connotations. Toute traduction est une lecture personnelle de l’œuvre, un autre texte et un texte autre. Déjà au sein d’une même langue la perception des injures, des poèmes, des dialectes diffère d’une génération à une autre ; d’un lecteur à l’autre." Françoise Vreck

Jan E's : Perso, je n'ai pratiquement jamais lu en VO, pas parce que je ne veux pas, mais parce que je n’achète jamais mes livres sur internet, or c'est là qu'on trouve souvent les livres en VO (du moins dans ma cambrousse xD), par contre j'ai eu l'occasion de voir deux versions VF du même livre (la communauté du sud) et j'ai été impressionnée par les différences, alors que le livre de départ est le même !!!

Merci beaucoup à tous les participants d'avoir débattu avec moi :D

Commentaires

  1. Débat très intéressant, je râle de l'avoir raté !
    Je fais mes études en traduction et pour mon mémoire, je vais traduire un livre de Malorie Blackman. J'avoue que c'est dur de rendre un texte fidèle, car des fois on a envie de rajouter quelque chose ou d'améliorer un passage ambigu (mais si l'auteur a voulu laisser son lecteur dans le flou, il faut en faire de même et c'est parfois frustrant). Alors oui ce n'est pas exactement le même texte, mais je pense qu'il peut le respecter suffisamment : en gardant le style et en traduisant toutes les phrases, et en compensant également. Si une blague n'est pas facile à rendre en français, pourquoi ne pas rajouter une pointe d'humour un peu plus loin où c'est possible. Pour moi, il faut que le ressenti général en fin de bouquin soit le même. J'espère vraiment réussir dans ce milieu très fermé et apporter ce que je peux au monde des livres !

    @ Fleur D : ce que tu dis dans ce débat est très intéressant et fait réfléchir, ça me plairait beaucoup de lire ton mémoire pour en savoir plus, si jamais tu passes par ici, n'hésite pas à me contacter :) [charabistouilles@gmail.com]

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Vous êtes bien sur la messagerie écrite de Melisande, veuillez laisser un message après le bip écrit car elle est partie lire !

***biiip***

Posts les plus consultés de ce blog

Les âmes perdues de Cassandra O’Donnell (Le Monde Secret de Sombreterre 3)

Itinéraires Bis de Marie-Hélène Marathée

Jack et le bureau secret de James R. Hannibal (Section 13, tome 1)