Le tableau volé de Pieter Aspe (Une enquête du commissaire Van In 8)

Quatrième de couverture 

Qu'y a-t-il de commun entre le vol du Jugement dernier de Jérôme Bosch et l'ETA ? Entre le meurtre du vigile d'un musée de Bruges à la veille de l'exposition du Guernica de Picasso et celui d'un Espagnol dont le gouvernement est en visite officielle en Belgique ? Du fil à retordre pour l'inspecteur Van In et pour sa fidèle complice (et mère de ses enfants) Hannelore, qui devront se fier à leur intuition pour éviter une grave crise européenne.

Mon avis

Et voilà, il s’agit du « dernier tome » que je devais lire avant d’être totalement à jour pour la lecture du tome 10 qui allait paraître. J’aime vraiment me plonger dans cet univers et je ne regrette franchement pas de m’être lancée là dedans parce que je pense que j’ai encore plus apprécié la série du fait d’avoir tout lu. Le 9e m’avait bien plu, mais en relisant les premiers tomes pour voir un peu comment s’est connu tout ce beau monde etc. que je me suis prise vraiment d’affection pour chacun d’entre eux. Et ça aurait été dommage de passer à côté de chacune des histoires parce que franchement, ça en vaut la peine.

Pour ce 8e tome, Van In est chargé d’une mission délicate. Une importante exposition va avoir lieu à Bruges, notamment avec l’arrivée du Guernica de Picasso, qui n’était alors jamais sorti d’Espagne depuis qu’il leur a été restitué. Après être parti d’une réception avec Hannelore, Van In va se vont tomber sur une agression dont a été victime un homme. Etant donné le quartier, il pense que c’est un règlement de compte envers un homosexuel, mais l’affaire pourrait être beaucoup plus importante que ça, notamment lorsque le Jugement dernier de Jérôme Bosch se fait voler peu de temps après. Les enquêtes sont-elles liées ? Y a-t-il un lien avec l’exposition à venir ? Ce sont de nombreuses questions que se posent Van In et autant de choses à régler en même temps alors qu’il est celui qui doit superviser la sécurité de l’exposition alors qu’une délégation Espagnole arrive. Autrement dit, Van In a du pain sur la planche.

Voilà encore une histoire comme je les aime. On se retrouve avec plein de faits en même temps, des attaques par ci, par là, tout simple indépendant et pourtant il y a des liens qui peuvent se créer, mais pour les trouver ça n’est pas facile. Mais c’est sans compter le flair incroyable du commissaire qui va tout faire pour tenter d’éclairer cette affaire, même si ça ne sera pas chose aisée. L’enquête est vraiment bien menée, j’ai vraiment pris plaisir à la suivre et c’est dans ces cas là qu’on voit quand même le talent de l’auteur à nous faire tourner en bourrique pour nous perdre. Il se passe tellement de choses en même temps, tellement d’indices disséminés ici et là, qu’on ne parvient pas à tout voir et que ça n’est toujours qu’à l’extrême fin que l’on comprend tous les enjeux.

Lorsque l’on commence un tel livre, on ne se doute jamais vraiment de la fin. Au cours de la lecture, on peut avoir des doutes, se poser plein de questions (notamment sur les mobiles) mais comme on n’a pas toutes les cartes en main, eh bien il est difficile de faire des pronostics et c’est ça qui rend ces livres si intéressants. Parfois ça peut sembler plus évident selon ce qu’on nous donne, mais il y a toujours la petite part de surprises. Et là pour le coup, dans cette histoire je trouve qu’il y en a pas mal donc c’est bien agréable à lire. Il nous manquait tellement d’informations que l’on ne pouvait pas décemment faire le rapprochement sauf une fois qu’on nous l’annonce directement.

L’auteur ne ménage jamais ses personnages, une fois de plus il leur fait vivre tout un tas de choses pour notre plus grand plaisir (si ça n’était pas le cas on s’ennuierait). L’histoire mélange toujours la vie quotidienne avec l’enquête (même si cette dernière prend évidemment le pas sur l’intégralité du livre) ça permet de souffler un peu de voir la vie de famille de Van In et c’est assez touchant. Cela permet également de montrer davantage la relation entre les personnages, notamment entre Van In et Hannelore, le couple principal de cette série. Il y a tout un jeu entre eux que j’apprécie beaucoup et j’aime bien les voir interagir ensemble. C’est également le cas avec Versavel qui est toujours là, et on en apprend toujours un peu plus sur lui, ce qui n’est pas pour me déplaire.

En bref, voilà une nouvelle enquête des plus intéressantes et bien menée. J’ai vraiment apprécié cette histoire (j’ai l’impression de me répéter mais en même temps c’est vrai, c’est une bonne série, un bon polar). J’aime beaucoup les personnages et leur relation donc c’est toujours un plaisir de les retrouver et ça se lit si vite que parfois ça en devient frustrant. Je reste trop peu en leur compagnie (heureusement, j’ai pu lire pas mal de tomes à la suite pour prolonger ce moment). Une série à suivre !

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Asynchrone de Fabien Clavel

Celle qui murmurait à l'oreille du mec en costard de Laëtitia Constant

Concours Celle qui murmurait à l'oreille du mec en costard [TERMINE]