D'Asimov à Tolkien : Cycles et séries dans la littérature de genre d'Anne Besson

Quatrième de couverture

Harry Potter de Joanne K. Rowling, Le Seigneur des Anneaux de Tolkien. Qui aujourd'hui, ne connaît pas un de ces ensembles romanesques à succès, florissant dans la littérature de genre ? Romans policiers, science-fiction, fantasy, des Cantos d'Hypérion à L.A. Quartet en passant par Fondation, tous ces genres nourrissent le questionnement d'Anne Besson. 
Un cycle, une série : comment les définir, les distinguer ? Dans le premier, la totalité des volumes prime, tandis que dans la seconde, chaque volume est indépendant. L'intrigue se développe au fur et à mesure dans l'un, elle est discontinue dans l'autre. Pour le bonheur du lecteur et l'enrichissement de la littérature, des croisements s'effectuent, se jouant des contraintes étroites. 
La conduite et l'expérience du lecteur, induites par ces caractéristiques formelles, sont aussi prises en compte. De ce point de vue, la chronologie joue un rôle décisif avec son réseau d'appels et d'annonces : elle propose une maîtrise idéale du temps. 
À l'heure actuelle, il n'existe aucun travail comparable à celui d'Anne Besson : les livres étudiés sont connus et appréciés par un public important, mais ils sont trop souvent délaissés par les universitaires. Cet ouvrage pionnier, qui intéressera tant les amateurs que les lecteurs ouverts et curieux, associe agréablement la rigueur à une approche revigorante de la littérature. 

Mon avis 

Dans le cadre de mon diplôme de Licence 3 Lettres Modernes, et en particulier dans mon cours de Culture du livre et Lettre sérielle, mon prof nous avait donné une bibliographie afin de compléter son cours et quand je suis tombée sur D'Asimov à Tolkien : Cycles et séries dans la littérature de genre d'Anne Besson, il est clair que j'allais mettre le nez dedans. Le titre est évocateur, on sait déjà de quel type de littérature elle va parler, donc ça ne pouvait que m'intéresser. Et lorsque j'ai présenté ce livre comme « EN COURS DE LECTURE » sur la page Facebook du blog, j'ai pu constater que beaucoup de gens étaient intéressés par ce livre, du coup voilà pourquoi cette chronique existe, quand bien même il ne s'agit pas d'un roman, loin de là même. 

Je ne peux évidemment pas faire de résumé, ça n’est pas une histoire et vu le contenu de cet essais, bah… c’est un peu compliqué, je n’ai pas non plus une mémoire si exceptionnelle pour tout raconter dans le détail mais le but est de voir un peu comment fonctionne les cycles, les séries, les différences entre ces deux termes, ce que ça implique, etc. Il y a donc diverses parties, divers chapitres où elle aborde des thématiques autour de ces cycles et séries, leur lien et leur fonctionnent. 

Franchement, ça a été une très bonne lecture, très enrichissante et intéressante et ça va bien m’aider pour mes cours. Ceux qui aiment les livres de ce genre pourront forcément y trouver un intérêt et aussi pour ceux qui voudraient en savoir plus sur les notions de cycle / série (car ça n'est pas la même chose comme elle le montre) et aussi les liens que ça peut avoir avec l'édition, la « culture du livre » en somme. Après, c’est un livre théorique, donc il faut le prendre comme tel. 

L'écriture est très fluide, ça se lit très bien et ça n'est pas du tout ennuyeux, bien au contraire. J'ai déjà lu des livres plus théoriques que ça dans le cadre de mes cours et franchement, c'est le premier ouvrage qui ne m'ennuie pas et ne me donne pas le sentiment surtout de ne rien comprendre... Je suivais parfaitement sa logique et comme je l’ai dit c’était très intéressant. Vu le genre du livre, c'est vraiment important que ça soit clair et lisible, sans quoi on risque d'être totalement perdu et ne pas comprendre les propos de l'auteur (et inévitablement abandonné la lecture). 

Après, je suis étudiante en Lettres Modernes, donc il y a des notions que j’ai vu dans le cadre de mes cours, donc d’autres gens qui n’ont pas fait d’études là dedans pourront peut être avoir un peu de mal dans le vocabulaire et certaines notions, etc. mais de manière générale c’est plutôt bien expliqué donc ça ne devrait pas poser de gros problèmes. De plus, il y a toujours des exemples concrets avec les livres choisies pour illustrer son propos, du coup ça permet de mieux comprendre de quoi elle parle. 

Il est vrai qu'il est mieux d'avoir lu les livres dont elle prend exemple, ça permet de mieux comprendre où elle veut en venir. C'est toujours plus facile quand on connaît l'histoire, l’exemple devient beaucoup plus concret. Ça n’était pas mon cas, hormis Le Seigneur des Anneaux de J.R.R. Tolkien, je n’ai rien lu d’autres, après je connaissais au moins de noms les autres « séries ». Cela dit, j’ai quand même compris ce qu’elle voulait dire, mais c’est un plus de connaître les œuvres. En plus, elle fait de nombreux rappels, ré-explique certaines choses pour expliciter son propos et si ce n'est pas dans le texte même, c'est via des notes de bas de pages. J'avoue ne pas avoir lu totalement ces dernières puisque quoiqu'il arrive, je n'ai pas lu le livre, alors avoir des détails sur un texte que je ne connais pas, ça n'a pas grand intérêt en soi. 

En bref, c’est un livre « scolaire » (pour moi en tout cas) qui a été une très bonne lecture, bien sympathique à lire. Je ne regrette pas de l’avoir pris parce que ça approfondit vraiment mon cours et me parle parfois peut-être davantage puisque c’est de la littérature qui « me parle » : la littérature de genre étant en gros ce que je pourrais appeler à la littérature de l’imaginaire, les exemples proviennent de livre de science-fiction, fantasy, etc. donc c’est beaucoup plus évocateur pour moi. Et même en faisant le comparatif avec des livres plus récent et d’autres genres (toujours dans l’imaginaire) ça l’est encore plus. J’aurai retenu quand même quelques notions et lorsque je relirai mon cours, ça m’évoquera davantage je pense. Un livre à découvrir parce qu’il est vraiment intéressant, après ça reste un livre théorique / essais, mais c’est à feuilleter en tout cas.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Sauvage de Johan Heliot (Lena Wilder 1)

Ikebana de Céline Landressie (Rose Morte 4)

In My Mailbox (294)