Secrets et présages d'Anne-Sophie Silvestre & Amélie Dufour (Les Folles Aventures d'Eulalie de Potimaron 3)

Quatrième de couverture

« — Y allons-nous ?
Philippe mit son cheval au galop, le mien suivit.
Le roulement des sabots sur le plancher du pont, l'obscurité, le vent de la nuit dans le visage. Ventrebleu, que cette traversée fut magnifique ! »

À Saint-Cloud, la tranquillité n'est plus qu'un souvenir. Monsieur, frère du roi, est revenu de guerre. Malgré la gaieté qui règne, Eulalie et Philippe sont préoccupés : Marie-Louise et le Dauphin seront-ils libres de s'aimer un jour ? Ils interrogent astrologues, mages et voyantes... Les présages sont choses dangereuses. Est-il sage de jouer avec le futur ?

Mon avis

Je tiens tout d'abord à remercier les éditions Flammarion ainsi qu'Anne-Sophie Silvestre de m'avoir permis de lire ce livre et ainsi poursuivre les aventures d'Eulalie. Ayant bien apprécié les deux précédents, je n’ai pas pu m’empêcher de poursuivre directement avec le tome 3 que j’ai dévoré et beaucoup apprécié, pour dire, il a été lu dans la soirée et j’ai essayé de le faire traîner en plus en faisant d’autres choses en même temps.

La 4e de couverture est suffisamment explicite pour savoir de quoi il s’agit, d’autant plus que les tomes se suivent de très près, dans le sens où dès que la reprise ne se passe que quelques temps plus tard (bien souvent quelques heures ou max quelques jours après). Il n’y a pas de grande ellipse, tout se suit comme une seule et même histoire, mais que pour des raisons pratiques, ça a été coupé en tome (comme bien souvent). Cette 4e de couverture nous raconte suffisamment de choses pour que je n’ai pas à le faire et de toute façon plus on avance dans les tomes et plus les mystères sont nombreux donc si je commence à en parler plus précisément je pourrais spoiler, ce qui n’a aucun intérêt parce que cette série mérite vraiment d’être lu. Après il faut aimer la littérature jeunesse et aussi les livres historiques (et en partie les romances aussi), mais ça c’est un autre problème, en tout cas, moi j’adhère énormément et je suis bien contente d’avoir pu commencer cette série et découvrir un peu plus l’auteure.

J’ai beaucoup aimé l’histoire (maintenant je comprends mieux le titre qui est finalement très évocateur !). C’est à la hauteur des premiers, si ce n’est mieux encore. Ça devient de plus en plus intéressant, je ne dirai pas « sombre » mais il y a davantage d’intrigues que dans les premiers tomes, surtout au niveau politique (pas seulement mais je n’en dirai pas plus !). L’intrigue devient plus consistante et intéressante, il y a plus d’action au sens stricte du terme, l’auteure me l’avait dit et je le confirme ! On voit que cette dernière maîtrise parfaitement son texte, à croire que ça s’écrit tout seul et que dans les faits, ça s’est passé comme ça.

J’ai beaucoup aimé la fin, enfin, ce qui se passe après, c’était une bonne chose de l’avoir, ça permet du coup de mieux comprendre ce qui est dit dans ce tome. C’était une très bonne idée et j’avoue, je n’avais pas du tout pensé à ça (bon même temps, je ne suis pas hyper calée sur l’Histoire de cette période non plus pour tout anticiper).

Au niveau des personnages ça devient de plus en plus intéressant aussi, ce qu’on entrevoyait dans le premier tome ne fait que s’affirmer toujours un petit peu plus et j’avoue, ça m’a fait sourire (genre sourire de midinette avec cœur d’artichaut, mais ça n’est pas grave, j’assume totalement cet état de fait !). Les relations entre les personnages évoluent énormément, il y a pas mal de changements, de « révélations » si on peut les appeler ainsi et du coup ça enrichit vraiment l’histoire, après tout, ce sont les personnages qui la portent alors si ça fonctionne bien à ce niveau là, moins d’inquiétude concernant les intrigues.

Les illustrations font toujours partie intégrante de l’histoire, il y en a toujours au début d’un chapitre et de temps à autre disséminées entre deux pages écrites. C’est suffisamment bien dosé pour que ça reste un roman, sans en faire un roman graphique – ou dans ce cas, l’image prend presque le pas sur l’écrit – et je trouve ça sympathique. Ça permet de bien visualiser des scènes qui sont importantes, et puis en plus comme l’histoire (et donc l’écriture) est assez visuelle, d’avoir les illustrations ça le rend d’autant plus vrai.

En bref, ce tome est une vraie réussite, je prends toujours autant plaisir à découvrir les aventures d’Eulalie et on peut dire que dans ce tome, il lui arrive des choses incroyables (surtout pour une demoiselle de 12 ans et de cette époque). L’histoire et l’intrigue sont très bonnes et avec une telle fin, j’ai hâte d’en savoir plus, donc il ne me reste plus qu’à lire : L’amazone de Mademoiselle !

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Les contes du chat perché de Marcel Aymé

La Belle Sauvage de Philip Pullman (La Trilogie de la Poussière 1)

Un jour, je serai pompier de Quentin Gréban

Skiddy, mon ami imaginaire de Katherine Applegate

Sans raison apparente de Charlotte Bousquet