« Enchanté de faire votre plein d'essence ! » et autres joyeuses calembourdes de Marie Treps

Quatrième de couverture

« Mes fromages, Madame ! », « La Chambre des dépités », « Mystère et boum, de Gaulle », « Vieux comme mes robes », « Trèfles de plaisanteries », « Pour vivre heureux, vivons couchés ! »

Le calembour est partout. Il est dans la rue, à la radio et même chez les meilleurs auteurs, de Balzac à Albert Cohen en passant par Marcel Prout. Carence de vocabulaire pour les uns, humour potache et jeu de mot un peu lourdingue pour les autres, vrai ou faux lapsus… Le calembour n’a pas vraiment bonne presse. Et pourtant, à peine proféré, intentionnellement ou non, il déclenche le rire.
Marie Treps entreprend dans ce petit livre irrévérencieux de débusquer les dérapages de notre logique verbale… L’esprit de sérieux en prend un sérieux coup !

Mon avis

Je tiens tout d'abord à remercier les éditions La librairie Vuibert de m'avoir permis de lire ce livre.

J'avoue que si l'on ne me l'avait pas proposé à lire, je ne l'aurai probablement jamais lu. Ce n'est pas mon genre de prédilection, je lis essentiellement des romans (et dédié à l'imaginaire en plus) donc je n'étais pas vraiment « destinée » à lire et chroniquer ce livre mais ça m'a semblé amusant, alors je me suis dit pourquoi pas ? Et j’ai bien fait parce que j'ai pris un vrai plaisir à le lire, j'ai bien ri tout en apprenant des choses !

Etant donné le genre d'ouvrage, il est préférable de parler de sa forme, donc je décrirai brièvement la manière dont il est fait en y mettant de temps à autre des petits commentaires qui explique ce qui m'a plu. Mais comme je l'ai déjà dit, j'ai bien apprécié ce livre qui est très frais, drôle et instructif en même temps.

Je ne savais absolument pas la forme qu'allait prendre ce livre, donc j'étais assez intriguée et je trouve que la manière dont l'auteur l'a fait était très intéressante, assez rythmé pour que ça soit quelque chose de sympathique et agréable à lire. Avant de parler du contenu il faut déjà parler du style de l'auteur car c'est important.

L'écriture est vraiment très agréable à lire et fluide avec un petit côté léger et désinvolte. De plus, c'est fait de telle manière qu'on a l'impression qu'elle s'adresse directement à nous, il y a une certaine oralité dans les propos. Cela permet d'être intégré à ce qu'elle dit, d'effacer les « barrières » et permettre une certaine proximité, comme si elle faisait une conférence et qu'on était là, à l'écouter dans le public. C'est plus intéressant d'avoir ce genre d'écrire parce que ça rend plus vivant et intéressant ce qui est dit et au niveau de la compréhension c'est aussi mieux.

Le livre commence par une petite introduction qui nous explique un peu ce qu'est le calembour et dans quel type de situation on peut trouver ces calembours, bien souvent c'est savamment dit, par jeu d'esprit en espérant que ça soit compris, soit c'est parce que la personne est ignorante et dit quelque chose d'approchant, sans savoir quelle est la véritable expression.

Par la suite, l'auteur nous explique dans une partie intitulée le « B.A. Ba du calembour », quelques expressions souvent déformés, créant ainsi des calembours. Pour cela on a en titre l'expression (calembour) avant d'avoir la « vraie » et les explications sur son origine, sur ce qu'elle veut dire et comment on en est venu au calembour. Dans toute cette partie, la mise en forme est la même mais les raisons du calembour peuvent varier (que ça vienne d'un échange de mot, d'un problème phonétique, de prononciation, etc.). Le tout étant agrémenté parfois de petites citations pour illustrer les propos de l'auteur. Cette partie est vraiment très intéressante et j'aurai appris pas mal de choses tout en passant un très bon moment parce qu'il faut avouer que certains calembours sont vraiment très bons.

« Coup de jeunesse sur d'éternelle rengaine » est une sorte de petit jeu, de "défi" comme il est noté dans le livre où l'auteur nous propose divers calembours et où l'on doit retrouver l'expression d'origine. Il y en a 33 de quoi passer un bon moment en tentant de découvrir tout cela. J'avoue que je n'en connaissais pas certaines mais dans l'ensemble j'ai pu retrouver aisément ce que c'était. C'est assez drôle de voir comment elles peuvent être déformées et transformées en calembours.

Ensuite l'auteur nous montre des calembours dans d'autres parties qui sont beaucoup plus brèves que les précédentes, raison pour laquelle je vais les citer sans expliquer plus précisément de quoi il en retourne (pas comme pour les deux premiers). A ce stade là, on a bien compris le principe et je ne ferai que me répéter car la mise en « forme » si je peux l'appeler ainsi est toujours la même. Marie Treps touche dont ensuite aux  proverbes (dans « Proverbes et autres platitudes, sauce déglingue ») avant de se tourner vers les expressions d'origine latine (dans « Vent de folie sur les pages roses ») avant de se consacrer aux noms propres (dans « Charivari des noms propres »). Enfin dans une dernière partie, l'auteur nous fait part de différentes formules de politesses pour rendre ça plus joyeux et dans « l'air du temps » (dans « Commodités de la conversation »). Et en petite annexe on a un « Dingo-Dico » qui explique divers mots et toujours sur la base des calembours évidemment.

Ce sont toutes sortes de calembours qui sont assez amusantes dans l'ensemble et bien trouvé. Ça prête à sourire et c'est marrant de voir comment ça a pu être déformé. J'avoue en connaître quelques uns donc ça prête d'autant plus à sourire lorsque l'on connaît d'ores et déjà l'origine de l'expression, car sinon on ne voit pas forcément où est le calembour (donc cela perd de son intérêt).

On découvre ensuite « Le roman de madame Rose » qui est une petite nouvelle insérée entre les diverses parties que je viens d’énumérer. Elle est donc fragmentée mais si on veut la lire d'un seul coup, le numéro de la page où l'on pourra lire la suite est noté à la fin de « l'extrait ». Cette nouvelle est remplie de calembours qu'il est assez amusant de découvrir et cela raconte une histoire assez plaisante et drôle donc de quoi égayer un peu ce livre plus « théorique » (bien qu'il soit amusant de le lire aussi).

En bref ce livre a été une bonne découverte, je me suis bien amusée tout en apprenant de nouvelles choses. Un bon livre, rapide à lire (il m'a fait la soirée), parfait pour se détendre et comprendre un peu ce qu'est un calembour et la manière dont cela peut se créer.

Commentaires

  1. Je note, c'est le genre de petits livres sympa qui me plaisent :) Bises

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Vous êtes bien sur la messagerie écrite de Melisande, veuillez laisser un message après le bip écrit car elle est partie lire !

***biiip***

Posts les plus consultés de ce blog

Les âmes perdues de Cassandra O’Donnell (Le Monde Secret de Sombreterre 3)

Itinéraires Bis de Marie-Hélène Marathée

Jack et le bureau secret de James R. Hannibal (Section 13, tome 1)