Débat 19 : Les Versions Abrégées des classiques



Sujet

Pour renouer un peu avec les débats, j'ai eu un sujet en tête en voyant la couverture définitive d'Orgueils et Préjugés de Jane Austen qui va paraître le 3 juillet chez Black Moon. 

Comme à chacune de ces rééditions ce sont les versions abrégées qui sont rééditées (désolée de vous décevoir, mais c'est un fait qu'il faut savoir). (comme ça a été le cas avec Stendhal, Balzac, etc. qu'on avait eu en septembre dernier).

Personnellement, je ne suis pas fan de cette pratique parce que ça "dénature" le livre, même si on peut comprendre pourquoi on abrège les textes, moi ça m'embête, un texte et d'autant plus un classique c'est "sacré" on n'y touche pas.

Et vous, qu'en pensez-vous des textes abrégés des classiques, etc. ?

Réponses lors du débat


Dénys Karahasanovic Auteur : J'ai lu le Bonheur des dames de Zola en abrégé. Je pense que cela dépend des traducteurs et des histoires ; un texte sera adapté vis-à-vis du niveau du lecteur et évitera les détails incessants. Pour le Bonheur des dames de Zola, j'ai trouvé cette version appréciable mais un peu trop courte quand on sait que l'original est un mastodonte x) Mais cela permet de rendre accessible les choses. En bref, en pense que cela dépend des œuvres, cela peut être une bonne chose... ou non ! Le tout est de ne pas dénaturer l’œuvre

Chani B. K. : Ça ne me choque pas. Les classiques sont souvent longs et peu abordables pour un jeune public qui risque d'être rebuté par l'opulence de descriptions et de détails (j'ai voulu désapprendre à lire au collège avec Madame Bovary). Si ça peut capter plus de lecteurs tant mieux, je suis sûre qu'en ayant une version abrégée ça peut éveiller la curiosité et les emmener lire les textes intégraux.

Angelique F. : Pas fan non plus, néanmoins la jeune génération se désintéresse de ses ouvrages comme eux de Dumas parce que le style d'écriture est trop lourd pour eux, trop de détailles qui sont aujourd'hui inutile pour l'époque. Aujourd'hui Jane Austen présenterait ses ouvrages, je ne suis pas certaine qu'elle serait retenue pour une publication

Anthony Lonewolf Ecrivaillon : De la merde. Mais maintenant, on sait pourquoi ça existe. (http://feathersheaven.unblog.fr/2011/10/06/pourquoi-une-edition-abregee-dun-roman/). Oui, les lecteurs sont cons, en gros

Fleur D. : Ça dépend des textes, pour certains, il n’est pas malvenu que ce soient des éditions abrégées, ça peut aider à les lire (enfin, pas si on les étudie en cours... faut-il encore qu'on voie tout de suite que ce sont des éditions abrégées...). Je n’ai pas de notion de sacré par rapport aux classiques mais certains choix laissent perplexe. (Jane Austen ce n’est pas la mer à boire, si ?) Tant que ça ne dénature pas excessivement le contenu, le style, je ne suis pas contre, ça peut être un moyen de connaître le contenu sans se décourager. C'est sûr que Jane Austen à notre époque, et en tant qu'anglophone, passerait mal vu qu'elle pousse énormément sur le telling alors que les éditeurs (et les lecteurs) préfèrent qu'on leur fasse vivre les choses plutôt que de les raconter.

Accrocdeslivres : quand on sait que des éditeurs rééditent en enlevant le passé simple pour mettre du présent, ça me donne envie de pleurer alors bon ça ne m'étonne pas Anthony Lonewolf Ecrivaillon. Certes il est vrai que des livres peuvent être difficiles d'accès du fait que ça soit compliqué ou lourd ou gros pavé. j'avoue que certains peuvent me rebuter, etc. mais bon à la limite, on n'est pas obligé de lire un texte dans l'intégralité hein... quand il y a des descriptions longues, on peut les "retirer" soit même...

Chani B. K.: Par exemple, ma fille en 6è a étudié L'Odyssée en version abrégée. Elle a adoré, elle ne lira pas l'intégrale demain, c'est clair, mais dans un coin de sa tête elle l'aura en mémoire et s'y replongera peut-être plus tard. Elle n'aime pas lire et aurait sûrement été rebutée par le texte complet.

Accrocdeslivres : @Chani B. K. en même temps, elle est en 6e et à donc 11 ans en gros, donc ça paraît normal, et puis selon l'édition, tu n'as pas la même traduction, certains textes étant plus proche de l'original et donc avec un niveau de langue plus complexe, mais dans ces éditions là, tu les étudies à la fac ou lorsque tu fais du latin, etc. donc un niveau "haut" d'étude et un minimum passionné aussi.

Léa D. : des textes abrégés ? Mais quel est l'intérêt ?? Pour moi, ca change complètement la façon de percevoir l'œuvre et son auteur. Le romancier a écrit une œuvre, il faut la respecter jusqu'au bout ! J'ai vu les couvertures Black Moon, elles sont pas mal, même si ce ne sont pas mes préférés.

Laura S. : J'ai Tess chez Black Moon dans ma PAL et j'avoue que je ne me suis rendue compte que c'était une version abrégée qu'après... j'ai honte de le dire, mais je n'avais pas tilté que c'était un classique. Ceci mis à part, je trouve que cette pratique a du bon comme du moins bon... Je suis complètement d'accord avec toi sur le fait qu'un texte devrait rester tel quel et que tout le monde devrait être capable de lire la version originale s'il tient à le découvrir. Moi la première ! Je n'en ai quasiment pas lu et ça m'arrive de le regretter... Du coup c'est vrai que la démarche peut être largement critiquable. Mais après, si ça peut permettre de faire découvrir aux plus jeunes des classiques, je me dis pourquoi pas ? S'il faut, en tant qu'ado, j'aurais apprécié que ces textes soient mis à ma disposition de cette façon, moi qui me considérait allergique aux classiques (j'ai envie de me mettre des baffes rien que pour avoir pensé ça ^^). Tout dépend de la façon dont le texte est retravaillé.

Accrocdeslivres : @Laura S. ça c'est parce que l'éditeur déjà a changé le titre d'origine du coup si on ne connait pas spécialement, on ne capte pas de suite que c'est un classique et d'autant plus un abrégé... Oui c'est sûr que d'avoir le pavé devant soit, ça peut être démotivant Fleur et je comprends que ça puisse rebuter et d'y voir l'intérêt des classiques. Peut être que ça me motiverait plus à lire des classiques mais bon, le fait que ça soit abrégé me rebute quand même ^^

Fleur D.: Mais, c'est plus motivant de ne pas avoir des paragraphes de 3 pages de long devant les yeux et se dire, putain, c'est une description... au moins là, ils vont créer plus de paragraphes, réduire la description à son essentiel. Tu n'as pas l'impression que tu vas louper quelque chose d'important, tu ne te sens pas découragé d'avance devant un paragraphe de 3km ^^ Je suis d'accord pour le passé composé/passé simple, ça c'est... nan. (J’ai aussi lu une édition abrégée de l'Iliade et L’Odyssée, je ne lirai sûrement jamais les vraies et ça ne me dérange pas).

Mathilde F. : Je suis d'accord avec toi. Pour moi, un classique se doit d'être respecté, et les versions abrégées risquent de faire oublier la version originale. Pour le cas de Jane Austen (qui est l'une de mes auteures favorites), je trouve cela complètement inutile : son écriture, si elle est ancienne, est très abordable, et abréger ses romans relève pour moi du sacrilège.

Fleur D. : Mais tu es adulte et tu fais des études de lettres en même temps... (Pour les titres, si vous voulez vous amuser, cherchez tous ceux des Hauts de Hurlevent ^^).

Accrocdeslivres : @Fleur D. oui actuellement je suis en lettres, mais même quand je les ai quittées pour l'histoire de l'art bah je pensais aussi pareil ^^

Les lectures d'Alice. : A mes yeux, c'est texte intégral ou rien. Je peux comprendre si c'est pour des jeunes enfants, à étudier en classe, c'est moins lourd. Mais si on veut découvrir une œuvre par soi-même, vaut mieux prendre le texte entier. Pour moi, c'est ce qui a de plus vrai et qui peut vraiment nous indiquer si on n'aime ou non le roman.

Accrocdeslivres : @Les lectures d'Alice. : Oui parce que ça se trouve on peut aimer l'abrégé mais pas l'intégral, du coup qu'est-ce qui vaut ? Parce que l'intégral étant le vrai texte... c'est comme si on dit qu'on adore le film d'Alice de Burton et qu'on déteste Alice de Carroll... nan juste pas possible... (Oui ça je l'ai étudié cette année, j'ai des restes de Carroll, c'était un grand malade ce type).

Fleur D. : Enfin, histoire de l'art, ce n’est pas non plus des maths ou de la communication, tu restes dans un domaine similaire. Un œuvre d'art on la dénature pas, alors si tu mets la même idée sur les œuvres littéraires, voilà ^^

Accrocdeslivres : @Fleur D.: ouais, c'est peut-être pour ça alors ^^

Aurore L.: Et bien je ne suis pas trop classique, car j'ai énormément de mal a les comprendre des fois (c'est con xD ) mais je trouve que c'est triste de les abrégés ! Les auteurs ont travaillé jour et nuit parfois pour écrire leurs œuvres nous transmettre une pensée, un savoir et le fait d'abrégé cela ça dévalorise le livre ! Moi je n'aime pas du tout, je préfère les textes intégraux...

Accrocdeslivres : @Aurore L. en même temps; il y a des textes plus abordables que d'autres et même ceux qu'on pense "simple" à la compréhension se révèle très complexes à l'étude ou lourd à lire. quand on pense que ces classiques là sont aussi gros et descriptif c'est pour un souci économique en plus mdr

Phèdre D.: Je suis tout à fait d'accord avec toi. Je n'aime pas les versions abrégées. J'en ai lu beaucoup quand j'avais 10 ans et je trouve que c'est une façon pour les plus jeunes de découvrir de beaux textes. Par contre, personnellement maintenant je lis que des intégrales.

Cyrielle Platinegirl : Quand c'est annoncé que c'est une version abrégée, pourquoi pas... Moi, ce qui me troue le c**, c'est les abrégés cachés dans Harry Potter...

Accrocdeslivres : @ Cyrielle Platinegirl : HP est abrégé ??

Maria J. R. : Je trouve qu'abréger un texte c'est ne pas respecter l'auteur qui a passé des années pour faire ça bien...

Louise Phoenicata R : J'ai consacré mon mémoire aux versions adaptées de l'Odyssée et ma conclusion c'est ça : les adaptations sélectionnent les parties les plus connues d'une œuvre pour donner au lecteur une culture générale, ce qui est très bien. Mais elles ne permettent pas de connaître le livre dans ce qu'il a d'unique et de spécial. On a tendance à confondre le livre lui-même et l'idée que la société se fait du livre, à effacer son originalité. Après, je dis ça après avoir réalisé moi-même une version abrégée... Parce que les versions abrégées ne me gênent pas tant que ça tant que le lecteur sait clairement qu'il lit une version courte, qu'il voit où les passages sont coupés et que l'adaptateur n'a pas réécrit le texte un peu partout... ce qui est souvent le cas dans les adaptations de l'Odyssée.

Accrocdeslivres : @Louise Phoenicata R oui pour ça oui, mais bien souvent ça n'est pas spécifié que c'est abrégé ou en tout petit et lorsqu'on a des traductions VO (anglais par ex) à VF où c'est écrit texte intégral, mais que tu as en fait une version abrégée, ça fait mal aux fesses... et je ne trouve pas ça correct...

Louise Phoenicata R : Ouais. Nous avec l'éditrice, pour marquer la différence avec la version intégrale, on a même publié la version abrégée sous un autre titre (avec l'accord des ayants droit de l'auteur bien sûr).

Accrocdeslivres : @Louise Phoenicata R : que ça soit adapté de. Je veux bien qu'on mentionne, que ça soit différent, etc. mais dire que c'est de l'Austen alors que tout a changé, non clairement pas.

Cyrielle Platinegirl : J'ai lu sur un blog qu'il y a des passages en moins entre le VF broché (première édition) et le VF poche (première édition en poche), attends, je te retrouve ça.

Accrocdeslivres : @Cyrielle Platinegirl je trouve ça scandaleux, surtout quand c'est la passation d'un format GF à un poche... pff

Julie B. : J'ai eu ce problème avec Hatier et la pièce Cyrano de Bergerac (pourtant pas très longue !). Version collège, rien n'écrit de particulier, je l'achète jusqu'à découvrir que l'acte IV était résumé. J'y retourne pour prendre la version lycée avec la mention "texte intégral". Ce qui me choque là dedans, c'est que "l'intégral" devienne une particularité. Je comprends qu'on fasse des abrégés, mais faut arrêter de prendre les gens pour des zouaves : plus on facilite, moins on a envie c'est clair. (Et pour rebondir sur un des premiers commentaires, le style de Dumas n'est pas lourd, mais au contraire l'un des plus agréable et léger du XIXe, contrairement à nos chers Balzac, Flaubert et compagnie - que j'aime de tout mon cœur hein !)

Accrocdeslivres : @Julie B.: plus ça va, et plus on est dans la facilité, comme je le mentionnais un peu plus haut, on supprime de plus en plus dans les livres pour la jeunesse les temps du passé (passé simple notamment) pour mettre du présent - passé composé, pour "faciliter la lecture aux jeunes", plus ça va et plus on prend les gens pour des cons, alors après j'ai envie de dire, faut pas s'étonner ! Dumas, j'ai lu qu'un extrait de La dame aux camélias (et j'avais 16 ans je crois) et ça se lit très bien, bien plus que Balzac (que moi, j'ai en froid ^^).

Louise Phoenicata R : C'est d'ailleurs même pas tant par rapport au "classique", c'est surtout par respect du lecteur : si je lui fais lire autre chose qu'Orgueil et Préjugés d'Austen eh bien je n’essaie pas de faire passer mon livre pour Orgueil et Préjugés d'Austen. Je mets au moins une mention "d'après" ou "version adaptée" de façon bien visible et s'il y a de la réécriture je mets le nom de l'adaptateur en couverture.

Lewis P. : J'aime pas les versions abrégés, j'en lis pas parce que j'aurais l'impression de me faire arnaquer, que j'ai pas tout eut. Et puis comment décider qu'une partie d'un livre a moins d'importance et de valeur qu'un autre ?

Accrocdeslivres : @Lewis Plectrude : bah c'est un peu le souci, qu'est-ce qui permet de dire qu'une chose est moins importante qu'une autre ? Parce que même si les descriptions peuvent être longues et ennuyeux, parfois ça peut faire sens plus tard et puis ça permet de poser le décor, les sentiments etc. Si dans le Seigneur des Anneaux (pour prendre un classique mais de l'imaginaire) de JRR Tolkien, on retire toutes les descriptions, etc. pas sûre de tout comprendre parce que la description d'un élément dans le tome 1, va se retrouver dans le tome 3 et aura son importance qu'à ce moment là. Donc c'est encore pire quand on a un effet de "séries" que lorsqu'il s'agit d'un tome unique. Mais bon, quand même...


Jonathan C. : Je suis contre sur le principe et si en plus ce n'est pas spécifié sur la 1ère ou 4e de couverture que c'est une version abrégée je suis encore plus contre ! #TeamTexteIntégral.


Vanessa G. : je suis d'accord avec toi on ne devrait pas toucher aux textes classiques. Mais bon, ils le font, et s’ils précisent sur la couverture au moins je peux les éviter !


Anne-charlotte Gala de Livres : Bon j'arrive avec trois plombes de retard, histoire de changer ^^ Je dois dire que moi je ne lis pas vraiment de classiques. J'en ai lu quelques uns mais ça reste assez rare, je pense que le lycée m'a un peu "freiné" vis à vis de ce genre. Après si je dois en lire un, je préfère le lire dans sa version intégrale. Abrégé un texte le dénature forcément un petit peu je pense. Après je comprends que pour certaines personnes ça puisse être positif, comme les plus jeune qui doivent en lire pour l'école par exemple. Peut-être que ça peut leur paraître plus "abordable".

Accrocdeslivres : @Anne-charlotte Gala de Livres ouais, mais si tu l'étudies en classe, c'est souvent (pour pas dire toujours) un texte intégral et au pire, des extraits choisis quand tu étudies, mais toujours sur une base intégrale et pas abrégé donc bon...

Maureen Meli D. : Déjà, quand j'ai vu que Blackmoon allait rééditer du Jane Austen, j'ai failli tomber de ma chaise mais si en plus c'est abrégé, je vais aller poser une bombe dans leurs bureaux...

Accrocdeslivres : @Maureen Meli Denizon : pourquoi cette réaction ne m'étonne pas de ta part ? mouaaah ^^


Anne-charlotte Gala de Livres : Donc ça ne sert pas à grand chose.


Maëlle L. : Je crois que je vais me laisser tenter par cette version ! Il y a quelques années, ayant adoré le film je voulais lire le livre mais je n’ai pas su le finir  J'ai un peu honte de l'avoir abandonné en cours de lecture, donc pourquoi pas la version abrégée... Le principe ne me dérange pas plus que ça ^^


Le Chocobo des Îles : moi j'ai horreur de ces versions abrégées… Enfin je vais peut être le prendre là si la couverture est jolie, ça fera un + dans ma biblio, mais sinon.... D'ailleurs le jour où je suis allée acheter orgueil et préjugés en librairie, la libraire n'arrêtait pas de vouloir me vendre la version abrégée en me disant que la version intégrale était inutile.... j'ai du insister pour que finalement elle aille chercher la bonne version...

Commentaires

  1. Je n'ai pas tout lu faute de temps (promis je reviendrai, je trouve ce débat super intéressant !) mais personnellement là où ça me choque c'est le PRIX ! On te vend une version abrégée au prix de la version complète. Et qu'on abrège des romans comme ceux de Jane Austen (à part Emma où là, je comprendrai vu que c'est un pavé de presque 600 pages) je trouve ça clairement abusé. Ce sont des romans qui tapent les 300/350 pages, qui se lisent très facilement suivant l'édition que tu prends (la traduction faite pour l'édition 10/18 est excellente et facile à lire) alors l'abrégé, non..
    Après pour les énormes pavés ça peut se comprendre mais je sais que je n'irais jamais lire une version abrégée..

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Vous êtes bien sur la messagerie écrite de Melisande, veuillez laisser un message après le bip écrit car elle est partie lire !

***biiip***

Posts les plus consultés de ce blog

TOP spécial Noël 2017 ! [PARTIE 2]

Georges et le Big Bang de Stephen et Lucy Hawking (Georges 3)

TOP spécial Noël 2017 ! [PARTIE 1]

TOP spécial Noël 2017 ! [PARTIE 4]

TOP spécial Noël 2017 ! [PARTIE 3]