Le journal intime d’un arbre de Didier Van Cauwelaert


Quatrième de couverture

« On m'appelle Tristan, j'ai trois cents ans et j'ai connu toute la gamme des émotions humaines. Je suis tombé au lever du jour. Une nouvelle vie commence pour moi – mais sous quelle forme ? Ma conscience et ma mémoire habiteront-elles chacune de mes bûches, ou la statuette qu'une jeune fille a sculptée dans mon bois? Ballotté entre les secrets de mon passé et les rebondissements du présent, lié malgré moi au devenir des deux amants dont je fus la passion commune, j'essaie de comprendre pourquoi je survis. Ai-je une utilité, une mission, un moyen d'agir sur le destin de ceux qui m'ont aimé ? »

Mon avis

Je tiens tout d’abord à remercier les éditions Le Livre de Poche de m’avoir permis de lire ce livre.

Je l’avoue, je l’avais repéré au moment de sa sortie en grand format, mais faute de temps (essentiellement), je ne l’avais pas pris. Je suis donc très contente d’avoir pu le lire aujourd’hui, sous son format poche parce que ça aurait été dommage de passer à côté d’une telle perle. Ce n’est pas a proprement parlé un coup de cœur, mais c’est un livre qui mérite une attention particulière et que je ne peux que conseiller. C’est un livre très surprenant, touchant et qui, en plus, donne matière à réfléchir.

Il est surprenant avant tout par le choix du narrateur, il s’agit d’un arbre, nommé Tristan, tricentenaire. Je n’avais jamais lu d’histoire où le narrateur et héros de l’histoire était un arbre, donc c’était étrange, mais absolument pas gênant parce qu’on voit assez rapidement qu’il est spécial. De plus, cet arbre est suffisamment humanisé (mais on n’oublie pas pour autant qu’il n’en est pas un) pour lire cette histoire comme si c’était un Homme immortel qui voit l’évolution humaine, en quelque sorte. C’est intéressant de pouvoir lire et comprendre ce livre de deux manières. C’est un parti pris qui aurait pu être risqué mais Didier Van Cauwelaert l’a relevé et avec brio parce qu’il nous offre là en plus une histoire vraiment magnifique et touchante.

Elle l’est parce qu’il faut voir la nostalgie / mélancolie, de cet arbre qui vient juste de tomber et qui causera la peine de son propriétaire (entre autre) et aussi par rapport à tout ce qu’il a vu, vécu en tant qu’arbre. L’écriture de Didier Van Cauwelaert est vraiment très belle et magnifique, très fluide. Je l’avais déjà lu mais c’était des thrillers et ça n’a donc rien à voir en soi parce qu’à cause du genre la manière d’écrire change quelque peu, mais en tout cas ici je m’en suis davantage délecter et rien que pour ça le livre mérite d’être lue, mais comme l’histoire est simplement géniale, il ne faut surtout pas hésiter.

Il y a un vrai message, toute une réflexion, une certaine philosophie aussi dans ce texte et c’est pour ça que ça le rend très beau mais qu’en plus il donne matière à réfléchir. Il se pose des questions sur son existence, celle des humains, et se demande donc quelle peut être sa place, l’intérêt qu’il soit conscient alors qu’il vient juste de tomber. Il faut voir son parcours qui dure sur plusieurs années, il a bien changé et il traîne comme beaucoup de gens un passé, mais qui lui s’avère assez lourd, un peu comme Manon quelque part dont il fait la rencontre alors qu’elle n’est que petite fille.

J’ai beaucoup aimé la manière dont était tissée l’histoire, entre le présent, le passé, un peu de futur aussi, le croisement des personnages, comment on fait pour passer de l’un à l’autre en ayant pour lien cet arbre qui raconte son histoire mais aussi la leur. Les différents personnages sont très intéressants et j’ai beaucoup aimé les suivre, voir leur évolution, leur choix, leur devenir. A travers le temps (qu’il soit passé, présent et futur) on arrive à mieux les cerner, à comprendre leur manière de penser et d’agir.

La fiction prend aussi un peu le pas sur la réalité, dans une note de l’auteur à la fin, il est mentionné plusieurs affaires, des ouvrages sur lesquels il a pu se baser pour coller au mieux à l’Histoire tout en ayant une certaine distance pour avoir le contrôle de son histoire et ne rester qu’une fiction.

En bref, cette histoire est très originale et très touchante, j’ai adoré suivre Tristan à travers ce « journal » et pendant quelques instants (le livre est court, il fait moins de 200 pages) vivre à ses côtés et « voir » ce qu’il peut penser de l’humanité ainsi que sa place dans ce monde. Un roman à lire et que je conseille.

Commentaires

  1. Je l'avais lu à sa sortie est j'avais vraiment beaucoup aimé! :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. oui je me souviens de ta chronique, que tu l'avais aimé :) raison pour laquelle j'ai vraiment tenté de lire ce livre ^^

      Supprimer
  2. Je l'ai dans ma PAL, il a l'air très sympathique =)

    RépondreSupprimer
  3. J'aime bien les thèmes abordés par l'auteur, donc c'est noté :)
    Bises

    RépondreSupprimer
  4. J'avais également beaucoup aimé ce livre et ce récit narré de façon poétique et touchante. Un poirier narrateur, ça ce n'est pas commun ^v^

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Vous êtes bien sur la messagerie écrite de Melisande, veuillez laisser un message après le bip écrit car elle est partie lire !

***biiip***

Posts les plus consultés de ce blog

Ikebana de Céline Landressie (Rose Morte 4)

In My Mailbox (294)

Le Top / Flop du Mois ! (Juillet 2017)