Les rescapés du Greenway d'Emmy Laybourne (Seuls au monde 1)

Quatrième de couverture

« Ta mère te crie que tu vas louper ton bus. 
Tu ne prends ni le temps de la serrer dans tes bras ni de lui dire que tu l’aimes. 
Forcément…
Tu dévales juste l’escalier et tu sprintes jusqu’à l’arrêt de bus. 
Sauf que, si c’est la toute dernière fois que tu dois voir ta mère, tu te mets à regretter de ne pas avoir pris le temps. 
Y compris de ne pas avoir raté le bus.
Là, le mien arrivait, alors j’ai sprinté. »

Dean aurait vraiment dû dire au revoir à sa mère. Lui, son petit frère, ainsi que tous les autres passagers des bus qui devaient les conduire, comme tous les jours, à l’école. Mais comment auraient-ils pu deviner ce jour-là qu’une catastrophe les pousserait à se réfugier dans un supermarché ? Au-dehors, le monde est en proie à des tempêtes qui ravagent leur petite ville, des fuites de produits chimiques rendent les gens violents ou paranoïaques…ou les tuent, tout simplement. Ils sont quatorze, ils ont entre cinq et dix-sept ans, et ils doivent survivre et garder espoir.

Mon avis

Je tiens à remercier les éditions Hachette de m’avoir permis de lire ce livre que j’ai adoré. Bon à la base ça aurait dû être en avant première – je possède ce livre depuis juillet pour l’avoir gagné lors du déjeuner pour les 5 ans de Black Moon – mais j’ai un peu tardé (trop de livres à lire). Et en plus l’éditeur a avancé la date de parution, du coup je suis un peu en retard. Mais ça n’est pas grave, mieux vaut tard que jamais !

Avant de commencer ce livre, je ne savais pas du tout de quoi ça parlait, comme d’habitude je n’ai pas relu la 4e de couverture avant afin d’éviter d’éventuel spoiler et aussi pour m’immerger totalement dans l’histoire, sans a priori, qui bien souvent peut nous induire en erreur et nous décevoir. J’ai donc découvert petit à petit cette histoire et le moins qu’on puisse dire c’est que ça démarre sur des chapeaux de roue !

Dès le premier chapitre il est mention de l’accident du bus qui vont obliger les élèves à se réfugier dans le supermarché et tout s’enchaîne très rapidement. Les élèves sont livrés à eux-mêmes, alors qu’ils n’ont qu’entre 5 et 17 ans. Les plus grands s’occupent des plus petits, c’est un peu la guerre et rapidement l’ordre va laisser place au chaos. Sur mon épreuve (oui je n’ai pas le vrai livre donc je ne sais pas ce qu’il en est du vrai) en bas à droite de la page, j’ai les jours qui sont notés, pour nous rappeler sans cesse combien de temps ils sont là, enfermés, et quand on voit quelle est la situation au bout de 3 jours… Franchement, j’ai eu peur pour la suite, je me suis dit qu’ils n’allaient pas survivre.

On est dans un huis clos et à cause de cela, une certaine tension règne, c’est lourd, l’atmosphère est dure et ça se ressent à travers l’écriture et les sentiments de Dean. Les élèves ont très peu d’informations sur ce qui se passe à l’extérieur mais ils ont pu déjà constater beaucoup de choses par eux-mêmes et ça n’est vraiment pas glorieux. Quand Sartre disait que l’enfer c’était les autres il avait raison, il suffit de laisser des gens (quel que soit l’âge) seuls pour que ça dégénère rapidement. Mais petit à petit chacun va trouver sa place et une certaine organisation va naître. Dans ces cas là, il y a toujours un meneur et vaut mieux sinon c’est le chaos total et là le fait qu’il y ait de jeunes enfants c’est pire (je sais de quoi je parle, j’ai deux jeunes neveux).

Un moment dans la 2e moitié du livre, quand un événement arrive, je me suis dit que ça sentait mauvais, qu’il y allait avoir un truc, ça n’était pas possible. Et j’avais raison. C’est difficile d’en parler sans spoiler donc je me contenterai de dire ça, mais ce livre est loin d’être joyeux (ça n’est pas non plus tout le temps déprimant, hein !) mais il est dur, parfois violent et j’avais mal au cœur à cause de ce qu’il leur arrivait. La fin est déchirante, franchement je ne m’attendais pas du tout à ça (bon sauf un événement, je ne sais pas pourquoi je le sentais) et c’est frustrant de ne pas avoir la suite ! Je déteste ce genre de fin quand je ne peux pas continuer la série parce que le livre n’est pas disponible. Mais ça n’en rend le livre que meilleur donc je ne vais pas me plaindre.

L’écriture de l’auteur est agréable à lire et franchement, on s’immerge très rapidement dans l’histoire. J’ai été heureuse de voir que le livre était écrit à la première personne et du point de vue de Dean. En jeunesse / YA, ça reste assez rare quand même d’avoir ça, donc ça m’a fait plaisir. J’ai parfaitement entendu la voix de Dean, et ça rendait cette histoire d’autant plus touchante et poignante.

Les personnages sont très éclectiques, beaucoup sont touchants et attachants, comme Dean, son frère Alex ou encore le petit Max que l’on découvre petit à petit (j’ai eu envie de lui faire des câlins plus d’une fois à lui). Mais évidemment il y a aussi la brute de service comme Brayden ou Jake qui nous donne des envies de meurtre… Mais chacun va évoluer pendant cet enfermement forcé et devenir plus mature. Quand on subit une épreuve difficile, chacun la surmonte comme il peut et ça change forcément la personne. Ils sont livrés à eux-mêmes et ces ados vont devoir s’occuper d’enfants jeunes, et on peut voir que certains ont la fibre maternelle par rapport à d’autres.

Par certains aspects ce livre me fait penser à Les Intouchables de Gilles Fontaine qui m’avait déçu parce que tout allait trop vite, bien que l’idée soit bonne. Là Emmy Laybourne, avec une idée légèrement différente, mais une base commune quand même, prend le temps de montrer les choses, de développer et il me semble que c’est une trilogie, donc c’est nécessaire aussi pour qu’elle ait des choses à raconter dans la suite. Mais voilà, ce livre là aura su davantage me convaincre. Je le trouve beaucoup plus prenant et « angoissant ».

Voilà, je ne vais pas m’attarder davantage, je pense que j’en ai assez dit pour vous convaincre (ou pas, ça peut arriver) de lire ce livre. Moi en tout cas, il m’a beaucoup plu, je suis vraiment ravie d’avoir pu le lire parce que c’est vraiment une très bonne histoire. C’est addictif, prenant et parfois oppressant, les personnages sont tous différents les uns des autres mais ils sont géniaux, j’ai adoré les découvrir. Et vu la fin, je ne veux que la suite, donc patience, patience…

Commentaires

  1. Je l'ai aussi beaucoup aimé!! Et comme toi je suis très impatiente de lire la suite!!

    RépondreSupprimer
  2. J'ai vraiment hâte de le commencer celui là !

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Vous êtes bien sur la messagerie écrite de Melisande, veuillez laisser un message après le bip écrit car elle est partie lire !

***biiip***

Posts les plus consultés de ce blog

Piégés entre les murs de la nuit d’Hubert Ben Kemoun (Piégés 2)

Le coeur en braille de Pascal Ruter (Le coeur en braille 1)

Les contes du chat perché de Marcel Aymé