Compte rendu de la rencontre avec Karen Rose

photo de Au boudoir écarlate

 Vendredi 4 octobre 2013, j'ai eu la chance de rencontrer dans un salon de thé parisien l'auteur Karen Rose, notamment connue pour ses thrillers (« romantic suspense »). Un grand merci à Harlequin de m’avoir permis d’y assister.

L’avantage de cette rencontre c’était que nous étions en petit comité, uniquement 4 blogueuses (Valérie d'Onirik, Karen de Auboudoir écarlate et Violaine de L’Odyssée littéraire d'Evy) ainsi que quelques membres des éditions Harlequin.

photo de Au boudoir écarlate

L'entretien n'a duré qu'une heure, qui ‘ailleurs, est passé très vite. C'est dommage que ça n'ait pas été plus long mais toutes les bonnes choses ont une fin. L'auteur était très sympathique et agréable. Elle répondait aux questions avec plaisir et prenait du temps pour ça. Les questions posées étaient intéressantes, on a parlé de tout, de manière générale, sur sa vie dans un premier temps (elle a pas mal d’animaux, elle en a sauvé quelques uns, dont des chevaux, etc.).

Nous avons discuté littérature / lecture. D’ailleurs, elle aime beaucoup ça, et d’ailleurs elle aime beaucoup La confrérie de la dague noire de J.R. Ward dont son personnage préféré est Zadist (pas étonnant si vous voulez mon avis. Je n’ai lu que le 1er tome, mais des frères, c’est celui qui m’a tapé dans l’œil. Le gars torturé, malheureux et avec un lot de problèmes, c’est toujours plus intéressant que le plus beau et le plus fort, n’est-ce pas ?). Elle aime également les livres de Nalini Singh, notamment la série Chasseur de vampires. Livres qu'elle demande parfois à l'éditeur pour les lire en amont tant elle est fan. Il n’est pas impossible qu’un jour elle écrive de la romance paranormale.

Ensuite nous avons parlé de ses propres livres. Ses auteurs préférés dans le romantic suspense ou thriller : Lisa Gardner, Alyson Brennan, Michael Connolly, Nora Roberts… Karen Rose se base parfois sur la réalité, d'expérience qu'elle peut avoir pour écrire ses histoires, quand ça ne provient pas de son imaginaire seul.

Dors bien cette nuit a été écrit en 7 jours, un des plus rapides. C’est une auteure « compulsif » dans le sens où elle écrit beaucoup, à toute heure dans son bureau. Lorsqu’elle écrit, elle fait parfois quelques recherches, notamment pour le tome 7 : Je te volerai ta mort mais de manière générale, elle n’en fait pas tant que ça. Par exemple, le tome 11 : La proie du silence, a été basé sur un fait réel. Certains méchants sont créés en fonction de son expérience, de ce qu’elle a vécu / vu / entendu.

Dans ces thrillers, on a par petite touche le point de vue du tueur, sans savoir qui il est évidemment, et c’est parce qu’elle s’imagine qu’ils ont aussi une vie et ça l’intéresse de savoir ce qu’ils font pendant que les personnes chargées de l’enquête tente de le retrouver.

On retrouve également de la romance (d’où l’appellation « romantic suspense » en anglais parce qu’elle aime beaucoup la romance, sans compter le fait que lorsqu’il y en a, on sait d’avance qu’il y a un happy end. Donc même s’il y a des horreurs, des problèmes en cours de route (que ça soit pour l’intrigue ou l’histoire du couple) on sait qu’à la fin ça se finira bien. C’est ce qui permet de tenir, de nous raccrocher à quelque chose d’heureux quand bien même les faits qui arrivent entre temps sont affreux. La romance est donc quelque chose d’important pour elle et elle trouve que ça a la même valeur que l’aspect thriller du livre. L’un ne peut pas exister sans l’autre. 53% des livres US sont de la romance, donc ça montre à quel point ça a une grande importance (en France c’est ce qui vend le plus et aussi ce dont on a le plus « honte », ce sont des lectures inavouables parce que « ça ne se fait pas »).

Il y aura en tout 4 tomes pour la série « Baltimore », dont le 1er tome est Tout près du tueur (même s’il est considéré comme le 12e tome de la « série »). Les livres font parties d’un même univers, juste que l’on se déplace dans diverses villes, que l’on rencontre différents personnages à qui il va arriver des choses et parfois des personnages rencontrés dans un livre / série, se retrouveront dans une autre.

Voilà quelques informations récoltées par-ci par là. Ça n’est pas évident de tout noter surtout que l’essentiel de l’entretien a été en anglais, peu de traduction parce que dans l’ensemble on arrivait à suivre mais comme elle parlait beaucoup, ça reste difficile de tout noter. Après la discussion j’ai pu faire signer mes deux livres, au lieu d’attendre la dédicace ouverte au BHV parce qu’habitant loin, je n’allais pas y aller, sinon je rentrais trop tard. Du coup j’en ai profité pour le faire là.

C’était une rencontre très sympathique et je suis contente d’avoir pu rencontrer cette auteure que j’ai connue il y a peu de temps (juillet 2013 en fait, avec son livre Tout près du tueur qui a su me charmer).

A la dédicace publique il y a eu apparemment une petite conférence. Vous pouvez voir les photos du Boudoir écarlate pour cette partie là. Et pour plus de photos de manière générale, vous pouvez aller sur la page Facebook du blog, ou ici (chez Onirik)

Commentaires

  1. Génial cet interview !!! Elle semble vraiment sympa et accessible !!! C'est l'fun des rencontres comme ça ... :-)

    RépondreSupprimer
  2. Tout à fait d'accord avec toi ! Le fait qu'on soit en petit comité a vraiment aidé à se sentir à l'aise et l'auteure était géniale !

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Vous êtes bien sur la messagerie écrite de Melisande, veuillez laisser un message après le bip écrit car elle est partie lire !

***biiip***

Posts les plus consultés de ce blog

Piégés entre les murs de la nuit d’Hubert Ben Kemoun (Piégés 2)

Le coeur en braille de Pascal Ruter (Le coeur en braille 1)

Les contes du chat perché de Marcel Aymé