Le val de la morte embrassée de Michel Honaker

Quatrième de couverture

Et si un simple baiser pouvait redonner la vie ? Jubella, jeune journaliste, se retrouve au cœur d’une aventure fantastique.
Jeune journaliste, Jubella est invitée dans le Kent pour interviewer Lord Denholm, ancien magnat ruiné qui vit dans son manoir. Il lui confie un secret : l’existence réelle des Eveilleurs, des individus capables de ramener des êtres de la mort par la grâce d’un simple baiser… Mais le lendemain, Lord Denholm est retrouvé mort dans des conditions très mystérieuses. Jubella décide de mener sa propre enquête.

Mon avis

Je tiens tout d’abord à remercier les éditions Flammarion de m’avoir permis de lire ce livre que j’ai bien apprécié, même si j’ai une petite chose à redire, mais ça ne changera pas mon ressenti général. Ça reste une histoire sympathique à lire, d’autant que l’écriture de l’auteur est très agréable à lire et dès les premières pages j’ai plongé dedans avec facilité.

Je ne ferai pas de résumé, la 4e de couverture étant suffisamment explicite pour savoir de quoi il s’agit, d’autant que les faits arrivent très tôt dans le livre donc on sait à quoi s’en tenir assez rapidement. L’action arrive ainsi dès les premières pages, comme je viens de le dire, il n’y a donc pas de perte de temps, pas de longueurs. L’histoire file assez droit, ça serait même ma seule petite déception à ce niveau-là. Oui on va aborder les « sujets qui fâchent » en premier parce que bon… c’est vraiment un aspect personnel de ma conception de la lecture du coup, à voir si c’est vraiment préjudiciable pour le livre… je n’en suis pas certaine parce qu’il y a quand même de bonnes choses et je suis passée outre ce « problème » la plupart du temps.

Je trouve ça dommage que le livre ne soit pas plus long pour qu’on ait davantage de détails et que l’auteur creuse plus l’univers qui était vraiment très intéressant. J’aurai aimé que ça soit moins rapide notamment au niveau de la romance pour que ça soit plus crédible à mes yeux. Là ça semble facile, tout comme pour les révélations / résolutions, pourtant le début partait très bien, rien à dire là-dessus. L’avantage c’est que ça aurait pu maintenir le suspense un peu plus longtemps, pour nous faire réfléchir, etc. mais après c’est un détail et comme d’habitude je préfère toujours les livres plus longs et détaillés. Ça ne gâche en rien l’histoire parce que ça m’a bien plu et j’ai passé un bon moment. C’est pour ça que le livre ne m’a fait que la journée (et encore, juste le temps des transports aller-retour pour la fac).

J’ai trouvé l’histoire originale et intéressante. L’intrigue / enquête est plutôt bien faite, bien que « courte » comme je viens de le mentionner. J’ai bien aimé aussi le fait de reprendre la mythologie des contes, avec le prince charmant et le baiser donné à la princesse, etc. afin de le réarranger pour en faire quelque chose de nouveau et ainsi créer son propre univers. J’ai beaucoup apprécié également le fait qu’on y mêle l’art (ce que fait Turner n’est vraiment pas désagréable et l’historienne de l’art que j’ai été parle) mais j’aurai aimé en avoir un petit peu plus à ce propos. On en revient toujours à l’approfondissement. Le fait de voyager dans différents pays au cours de l’enquête était aussi sympathique (Londres, Paris, Prague).

Jubella est attachante, déterminée et courageuse. On peut assez facilement s’identifier à elle, la comprendre et on suit son aventure avec plaisir. Elle n’hésite pas à mettre sa vie en danger pour élucider cette affaire qui va prendre une drôle de tournure. Dans l’ensemble les personnages sont intéressants et plus complexes qu’il n’y paraît, bien que certains pas assez creusé pour certains. Mais vu le nombre de pages du livre, ça n’est pas très étonnant donc bon, ça n’est pas dérangeant en soi. Le peu que l’on voit est suffisant pour l’histoire, juste ma manie de toujours vouloir en savoir plus.

En bref j’ai bien apprécié ce livre, même s’il est vrai que j’aurai aimé avoir un petit peu plus d’explications et de détails pour mieux appréhender et apprécier l’univers, avoir quelque chose de plus poussé et complet. D’autant que l’idée était vraiment bonne et que je pense qu’il y avait matière à travailler. Après ça reste de la jeunesse et les pavés ne sont pas forcément une bonne chose, donc ça n’est pas gênant en soi. L’histoire était bonne et originale et c’était intéressant de voir la manière dont certains codes des contes ont été repris. Les personnages sont attachants, assez éclectiques et ne sont pas toujours ce qu’ils semblent être, il faut toujours se méfier. Un livre sympathique pour se détendre et passer un bon moment.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Le coeur en braille de Pascal Ruter (Le coeur en braille 1)

Piégés entre les murs de la nuit d’Hubert Ben Kemoun (Piégés 2)

Les contes du chat perché de Marcel Aymé