Victor de Gil Wozelka (Les Passeurs 3)

Quatrième de couverture

Comment deux hommes que tout oppose se révèlent en tant que passeurs de bonheur ? Hasard ou opportunités de la vie ? Un fait certain, la rencontre de Victor et Paul est aussi surprenante qu'inattendue et scelle au fil du temps une amitié indéfectible. L'auteur, dans un style toujours aussi léger et vivant, tisse la trame qui nous tient en haleine jusqu'au mot fin. Une intrigue finement construite nous dévoile le lien qui unit les personnages de la trilogie. Ce dernier opus sème de nouvelles pépites de bonheur.

Mon avis

Je tiens tout d’abord à remercier l’auteur Gil Wozelka ainsi que les éditions Elixir de m’avoir permis de lire ce livre, et ainsi terminer cette série qui est absolument magnifique.

Comme je l’avais dit lors des chroniques des tomes 1 et 2 de la série, l’histoire est racontée « à l’envers » dans le sens où à chaque nouveau tome on remonte dans le temps en apprenant la vie passée de l’un des personnages que l’on a rencontré dans le tome précédent. Cette fois-ci, c’est au tour de Victor d’entrer en scène en tant que narrateur après l’avoir découvert dans le tome 2 avec Lynn, que l’on revoit d’une certaine manière ici d’ailleurs, mais je n’en dirai pas plus.

Sachant un peu le « dénouement » en amont grâce au tome 1, c’est intéressant de voir le cheminement qui a pu nous amener à ça, de voir les liens entre tous les personnages que l’on a pu découvrir au fur et à mesure. Ce tome est très centré sur l’amitié entre les deux hommes qui, malgré la distance et les difficultés de chacun, se racontent leur vie et se soutiennent dans l’adversité.

C’est difficile de raconter cette histoire sans spoiler, déjà parce qu’il y a plein de références des deux tomes précédents et que même si on remonte le temps, il y a une logique. Sans compter que tout ce qui importe c’est cette histoire d’amitié très forte qui peut dépasser l’entendement. On retrouve également le principe du passeur, celui qui va donner le bonheur, le transmettre à son tour. Une boucle est bouclée dans ce dernier tome et j’ai été ravie de voir comment ça se terminait.

Ce tome est vraiment court (moins de 80 pages) mais c’est si intense ! On apprend beaucoup de choses ici et l’on comprend mieux certaines situations qui paraissaient assez incongrues dans le tome 2 par exemple. Une très belle histoire très bien raconté et il faut dire que l’écriture de l’auteur y est pour quelque chose, elle est toujours aussi touchante et belle.

J’ai adoré la double narration, ce message adressé à Tom et le côté épistolaire entre Victor et Paul qui s’intercale de temps en temps pour expliquer à Tom les faits passés. C’est très touchant et poignant de lire ces échanges, ces vies racontées avec leur lot de bonheur, de malheur, de désespoir parfois face à des situations qui les dépassent totalement. En refermant le livre, je vous avoue que j’avais la gorge un peu serrée tant ce livre nous fait ressentir toutes sortes de choses.

Victor d’origine allemande et durant la 2e Guerre Mondiale, il était du côté ennemi et pourtant il a épargné la vie d’un français, l’a aidé à vivre et a lié une vraie amitié avec cet homme qu’il aurait dû tuer. C’est un personnage très intéressant et j’ai été ravie de mieux le connaître ici, d’entendre sa voix (c’est écrit à la 1ere personne quoi qu’il arrive).

En bref, c’est une trilogie merveille que je conseille fortement. C’est tellement beau, tellement bien écrit et plein de messages forts, de philosophie qu’il faut absolument la lire pour se rendre compte de ce que l’auteur a fait ici. Une histoire très touchante à chaque fois et qui a de plus en plus de sens à chaque nouveau tome.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Les contes du chat perché de Marcel Aymé

La Belle Sauvage de Philip Pullman (La Trilogie de la Poussière 1)

Un jour, je serai pompier de Quentin Gréban

Skiddy, mon ami imaginaire de Katherine Applegate

Sans raison apparente de Charlotte Bousquet