Secrets et préjugés d'Anne Barton (The Honeycote 1)

Quatrième de couverture

Londres, 1815
Couturière dans une boutique de mode de Bond Street, Annabelle accomplit son rêve. Là, au milieu des taffetas, des satins, des soies et des dentelles, elle crée des robes uniques pour les élégantes de la haute société. Mais le rêve s’arrête hélas chaque soir quand elle quitte son travail… Trop pauvre pour payer les soins dont sa mère malade a besoin, Annabelle a en effet cruellement besoin d’argent. A tel point qu’elle n’a pas trouvé d’autre solution (au prix d’un petit arrangement avec la morale) que de faire chanter de riches Londoniens, en utilisant les secrets inavouables et les potins sulfureux échangés à mi-voix par les clientes, dans l’intimité du salon d’essayage. De toute façon, pour sauver sa mère, Annabelle extorquerait des fonds à l’archevêque lui-même !
Jusqu’au jour où le séduisant duc de Huntford la démasque. Terrifiée, Annabelle l’écoute alors exiger d’elle qu’elle mette ses talents de couturière à son service, en confectionnant une garde-robe complète pour ses deux jeunes sœurs. Elle restera sa captive, chez lui, tant qu’elle n’aura pas terminé. A ce prix seulement, il acceptera de ne pas la dénoncer.

Mon avis

Je tiens tout d'abord à remercier les éditions Mosaïc de m'avoir permis de lire ce livre que j’ai beaucoup apprécié.

L’écriture est agréable à lire, fluide, de sorte que les pages défilent toutes seules, pour tout dire, il ne m’a fait que quelques heures tant ça se lisait bien. Mais le fait que j’avais hâte d’en savoir plus sur l’histoire, sur ce qui allait se passer entre Annabelle et Owen, y a beaucoup joué aussi. Il s’agit d’une romance donc c’est l’un des principaux attraits du livre et je dois dire que je ne suis absolument pas déçue à ce niveau-là car c’est comme je les aime : bien compliquée et frustrante ! Mais c’est ce qui la rend en même temps touchante et intéressante.

Evidemment, on sait dès le départ comment ça va se terminer, mais ça n’est pas grave, ici c’est le chemin qui va nous y mener qui prime et c’est vraiment bien fait. On a sans cesse des embuches qui surgissent à différents moments, ce qui nous fait revenir à la case départ sans arrêt, il faut presque tout recommencer. Et les problèmes peuvent aussi bien venir des deux personnages principaux que de l’extérieur. Je vous jure, j’ai eu des envies de meurtre par moment, surtout vers la fin… quand on croit que c’est gagné… L’auteur nous manipule et joue avec nos sentiments, mais j’adore !

L’alchimie entre Annabelle et Owen arrive très tôt dans le livre et est presque présente dès les premières pages, je ne pensais pas, j’imaginais que ça viendrait au fur et à mesure mais je dois dire que ça me plaît beaucoup comme ça parce que c’est d’autant plus frustrant, parce que ça n’est pas pour ça que c’est plus facile, aucun ne va céder rapidement. Ça va être long et laborieux et du fait de leur différence sociale, des circonstances de leur rencontre, une romance est impossible et pourtant, et pourtant… on se délecte de les voir tourner en rond, de jouer au chat et à la souris pendant une très longue partie du livre. C’est un vrai régal.

La narration est à la 3e personne de sorte que l’on voit à la fois l’histoire du point de vue d’Annabelle et celui d’Owen, le duc de Huntford, ce qui nous permet de voir parfois l’envers du décor. Entre les paroles et le comportement et les vrais sentiments, il y a un gouffre. Et c’est cela qui empêche nos deux personnages de vraiment se comprendre pour que tout aille bien entre eux. Mais c’est aussi et surtout ce qui fait l’intérêt de cette histoire donc si c’était facile, et s’ils s’entendaient bien directement, il n’y aurait rien et ça m’aurait vite ennuyé.

J’ai adoré suivre Annabelle, cette jeune fille un peu rebelle qui porte le monde sur ses épaules, obligée de travailler et de recourir au chantage pour subvenir aux besoins de sa famille et surtout payer les frais de médecin car sa mère est malade, ça n’est pas une situation enviable. Elle sait que ce qu’elle fait n’est pas bien, mais elle n’a pas d’autres choix. Mais sa fierté, que l’on peut comprendre mais qui parfois est déplacée, énerve parce qu’on sait que si elle ne l’était pas à ce point, les choses iraient mieux entre elle et Owen.

Quant à Owen, il paraît froid, sombre et mystérieux. Il est maladroit avec Annabelle mais ça le rend d’autant plus touchant, surtout quand on voit qu’il ne pense pas toujours ce qu’il dit ou bien qu’il se rende compte qu’il n’aurait pas dû agir de cette manière. Il est très protecteur envers ses sœurs et on ne peut pas le lui reprocher surtout quand on voit l’histoire de leur famille.

Ses deux sœurs d’Owen, Olivia et Rose, sont extrêmement touchantes. On comprend aisément pourquoi Owen est si attaché, on ne peut que les aimer. Aussi différentes l’une de l’autre que le jour et la nuit pourtant elles se complètent bien et avec ce trio on voit aussi ce qu’est vraiment la famille, ce qu’ils sont prêts à faire les uns les autres pour se protéger, même si parfois on voit un gros manque de communication.

J’ai aussi beaucoup apprécié la période pendant laquelle on est plongée, même si ça reste un peu en retrait. En revanche, découvrir l’univers de la mode à travers le métier d’Annabelle était intéressant, ça ajoute un petit plus à l’histoire, même si une fois encore ça n’est pas ce qui prime.

Un petit aspect du livre que j’ai beaucoup aimé, ce sont les petites phrases d’accroche en début de chapitres, qui sont des mots dont on nous donne la définition. La première concerne à chaque fois le monde de la couture, après tout c’est le métier d’Annabelle et la deuxième plutôt une expression liée à l’amour, aux sentiments. J’ai trouvé ça originale et intéressant de voir cette double définition pour un même mot en fonction du monde auquel on s’intéresse.

En bref, ce livre est vraiment très bon, c’est une romance qui prend son temps, qui est semée d’embuches mais qui n’en reste pas moins belle et touchante. Les personnages attirent notre sympathie en dépit de ce qu’a pu faire Annabelle, mais elle a des circonstances atténuantes. Quant à Owen, il est très mystérieux et a un gros problème de communication mais heureusement, ça finit par s’arranger. Un livre à découvrir.

Commentaires

  1. J'ai eu un gros coup de coeur pour ce roman :) Bisous.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. pas un coup de coeur pour moi, mais très belle histoire, c'est certain. je veux les suites !

      Supprimer

Enregistrer un commentaire

Vous êtes bien sur la messagerie écrite de Melisande, veuillez laisser un message après le bip écrit car elle est partie lire !

***biiip***

Posts les plus consultés de ce blog

Melisande au Studio Harry Potter

Meilleures ennemies de Ruth Fitzgerald (Les petits malheurs d'Emily Sparkes 1)

PALM n°76 [JUIN 2017]