Fragments de Dan Wells (Partials 2)


Quatrième de couverture

Les Partials, dont le sang contient l’antidote au virus RM, sont programmés pour disparaître. Contrairement à Kira, qui est une Partial d’une autre génération. Qui est-elle ? Par qui est-elle manipulée ? Au mépris de tous les dangers, la jeune fille décide de trouver le siège de ParaGen, la société biotechnologique qui a fabriqué les Partials, et l’Alliance, qui les contrôle. Traversant les paysages ravagés d’une Amérique dévastée – Le Mississipi est empoisonné, des pluies acides tombent dans le Midwest – Kira a l’intime conviction d’un plan machiavélique visant à éliminer les Partials et les humains. Si son intuition est juste, si elle veut contrer l’ennemi, elle doit savoir au plus vite quel rôle lui ont attribué ceux qui l’ont créée…

Mon avis

Je tiens tout d’abord à remercier les éditions Albin Michel Wiz de m’avoir permis de lire ce livre que j’ai beaucoup apprécié. Ça n’a pas été un coup de cœur comme le précédent mais il n’en reste pas moins très bon et intéressant à suivre.

Suite au message reçu de la part de Nandita, Kira se lance à la recherche de l’Alliance qui pourrait lui apporter des réponses sur ce qu’elle est et l’aider à trouver un moyen pour sauver à la fois les humains contre le RM et les Partials contre la date d’expiration qui aura lieu durant leur vingtième année. Mais sa quête va s’avérer bien plus compliquée que prévue.

J’ai beaucoup apprécié cette histoire, bien que très différente du premier tome, ce qui était assez étonnant au début, j’avais en tête un autre type de scénario. Cependant, étant donné la situation, ça paraissait assez logique que ça se déroule ainsi, mais j’imaginais que ça se passerait plus vite et qu’on aurait, du coup, davantage. Après tout, il faut bien laisser un peu d’intrigue pour le 3e tome, je pense que mes suppositions viendront plus tard. Ce tome nous présente une vision d’ensemble de la situation, entre les Partials et les Humains, et cela à travers différents groupes de personnages.

Au fur et à mesure de notre lecture, on voit à quel point tout se dégrade, une guerre est imminente et le résultat est incertain étant donné les forces en présence. Les Partials sont des surhommes, capables de grands exploits, les humains ne semblent avoir aucune chance et pourtant, quand on voit les différents groupes, on peut se poser des questions. Quant à l’aspect médical de l’affaire, que ça soit en rapport avec le RM ou la date d’expiration des Partials, tout semble désespéré car il n’y a vraisemblablement aucune solution. Et pourtant Kira, pour ne citer qu’elle, va tout faire pour arriver à son but et essayer de sauver tout le monde même si on se rend compte que la situation lui échappe et que de nombreuses embûches vont se présenter sur son chemin.

Evidemment, sinon ça n’aurait aucun intérêt, si tout se passait bien et qu’elle allait se porter victorieuse en quelques pages. Il faut bien du suspense, de la tension et des problèmes pour nous faire douter. Ce que Dan Wells sait parfaitement faire. Il a l’art et la manière de raconter des histoires, de nous donner envie d’en savoir plus. J’étais vraiment curieuse de voir la tournure des événements et aussi les différentes relations entre les personnages. Je suis contente par certains aspects et par d’autres, c’est juste frustrant, déprimant. Ça m’énerve de ne pas avoir la suite, surtout quand on voit la fin, c’est un cliffhanger assez méchant parce que là, j’ai divers scénarios en tête et j’ai franchement peur de l’avenir avec les cartes en main.

L’atmosphère est lourde, on sent la tension monter et plus ça va, et plus on tombe de Charybde en Scylla. La situation semble de plus en plus désespérée. L’univers est très original et se renforce toujours un peu plus. Le livre est divisé en quatre parties, et à chaque fois, on franchit un nouveau palier, de nouveaux problèmes, une tension supplémentaire, des révélations, ce qui rend ce livre de plus en plus passionnant. Ça va crescendo mais l’action arrive essentiellement sur la fin, dans les deux dernières parties.

Ce qui m’a empêché d’avoir un coup de cœur (ce qui était le cas du premier tome) c’est que j’ai trouvé qu’il y avait parfois des petites longueurs. La première partie est relativement lente, même si on apprend pas mal de choses, même si c’est plein de tensions, il ne se passe pas non plus grand-chose, vers le milieu ça bouge davantage, mais ça n’est pas non plus de la grosse action pure et dure. On pourrait dire que ce livre ressemble au tome 2 du Seigneur des Anneaux : Les Deux Tours de J.R.R. Tolkien, ce moment où Frodon et Sam marchent sans arrêt pendant des jours, Cette allusion est assez proche avec Kira ici mais je n’en dirai pas plus. Mais je suis consciente que c’était nécessaire pour l’histoire, mais par moment, j’aurai aimé que ça bouge davantage pour être totalement captivée. Après ça ne m’a pas empêché d’apprécier et de le dévorer en quelques jours.

Les personnages évoluent beaucoup dans ce 2e tome, certains prennent davantage de responsabilité et d’importance. On apprend également beaucoup de choses sur eux et parfois, ça m’a bien surprise. L’auteur nous mène en bateau et j’étais loin de me douter de ce qu’on allait découvrir ici. Kira est pleine de doute, elle ne sait plus quoi penser, en même temps, avec ce qu’elle vient d’apprendre sur son compte, ça paraît logique.

En bref, un deuxième tome très intéressant, même si j’y ai trouvé quelques longueurs, j’aurai aimé que ça bouge davantage mais l’action est là, et vient crescendo, de sorte à nous offrir une fin en apothéose qui met sérieusement nos personnages en « danger ». Les personnages évoluent beaucoup, tout comme leur relation, on en apprend toujours un peu plus sur chacun et j’ai vraiment hâte de voir ce que le 3e tome va nous réserver. Ma curiosité est piquée à vif. Une série à découvrir parce que c’est vraiment très original et bien fait !

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Piégés entre les murs de la nuit d’Hubert Ben Kemoun (Piégés 2)

Le coeur en braille de Pascal Ruter (Le coeur en braille 1)

Les contes du chat perché de Marcel Aymé