Dionysos le Conquérant de Louise Roullier

Quatrième de couverture

Vous imaginez le dieu du vin comme un gaillard ventru, au nez rougeaud et au rire gras ?
Vous aviez tort. Dionysos, dieu de l’ivresse, est avant tout un héros conquérant.
Conquérant de l’Inde : Pour obtenir son permis de séjour dans l’Olympe et sur ordre des dieux, Dionysos doit civiliser les barbares Indiens, à l’Orient du monde, qui refusent de sacrifier aux Olympiens – en plus, ils ne boivent que du thé ! A la tête de son armée bachique, Dionysos se lance alors dans une croisade alcoolique. Les rajahs enragés n’ont qu’à bien se tenir !
Conquérant des cœurs : Menacé depuis sa naissance par la haine de la déesse Héra, le jeune Dionysos a trouvé refuge dans le domaine de Cybèle, une forêt peuplée de divinités. Son amour pour l’ardent satyre Ampélos se heurte à la crainte de le perdre, et la tragédie rattrapera le dieu de la joie et de la fête. Sauf si Dionysos parvient à tordre les fils du destin.

Mon avis

Je tiens tout d’abord à remercier les éditions Netscripteurs de m’avoir permis de lire ce livre que j’ai beaucoup apprécié. J’avais déjà lu de l’auteur Les tribulations amoureuses de Poséidon qui m’avait bien plu et je peux vous dire que ce 2e roman est tout aussi intéressant. 

Avant de découvrir l’histoire de cette conquête, un petit prologue nous montre la raison pour laquelle elle nous est contée. Et je dois dire que j’ai beaucoup aimé cette entrée en matière. Pour faire simple, Dionysos et Poséidon s’arrachent les faveurs de Béroé, la fille d’Aphrodite, chacun va devoir prouver en quoi il mérite d’épouser la jeune fille. C’est ainsi que Silène, un fidèle compagnon de Dionysos va raconter la conquête du dieu sur l’Inde en l’alcoolisant, eux qui ne buvaient que du thé ! Et là, ce n’est que pure plaisir, je ne peux que vous conseiller ce livre. 

Dans son roman, Louise Roullier nous offre une autre vision du dieu Dionysos, celle d’un Conquérant en nous racontant comment le héros est venu à bout des Indiens en les rendant alcoolique. Cette idée saugrenue vient de son père Zeus car c’était la condition pour qu’il puisse atteindre l’Olympe. Dans un autre récit, qui prend tout son sens à la lecture de cette conquête, nous découvrons également Dionysos en « conquérant du cœur » avec son idylle avec Ampélos durant son adolescence alors qu’il se cachait dans le domaine de Cybèle à cause de la jalouse Héra. Deux récits qui nous montrent une autre facette de ce dieu qu’on prend souvent pour un alcoolique ventripotent, loin du bellâtre que nous découvrons ici. 

J’ai adoré le style de Louise Roullier, simple (pas non plus simpliste !) mais efficace, de sorte qu’on plonge avec aisance dans son histoire qui retrace deux épisodes mythologiques autour de Dionysos. Les nombreuses sources en fin d’ouvrages le prouvent aisément. Mais elle a une manière d’écrire qui donne un ton très léger et avec des anachronismes qui rendent le tout très drôle. J’adhère totalement et ça rend cette lecture d’autant plus plaisante tout en apprenant des choses, c’est ludique ! Le texte est vulgarisé de sorte qu’il soit totalement accessible et personnellement, une histoire racontée de cette manière, ça reste d’autant plus en tête que si c’est soutenu (un ami lors de cours en Histoire de l’art, évoquait des épisodes bibliques de cette manière et je peux vous dire que je les retenais d’autant plus !). 

Ce que j’ai adoré aussi, ce sont les nombreuses notes en bas de pages, qui ajoutent des informations supplémentaires, mais qui proviennent des dieux eux-mêmes. Le ton est tout aussi léger et drôles et cela nous donne une autre vision des dieux ou nous conforte dans notre sentiment. Par exemple, Héra est vraiment une garce, elle ne changera jamais, Arès est stupide et ne pense qu’à la baston, quant à Dionysos, il ne semble pas aimer la critique sur sa robe dorée. On tomberait parfois dans l’absurde mais c’est fait de telle manière là encore que c’est crédible, ça fonctionne très bien et donne un ouvrage atypique. 

Dans ces notes est parfois contés des épisodes mythologiques lorsque Silène évoque différents faits ou personnages, ce qui est une aide intéressante pour ceux qui l’ignorent et un petit plus sympathique pour ceux qui les connaissaient déjà car la manière dont c’est raconté vaut son pesant d’or. 

Un petit glossaire à la fin de l’ouvrage est disponible pour expliquer certains termes et une petite présentation des dieux est également disponible. Le petit making off par l’auteur et l’éditrice est un petit plus sympathique pour en apprendre un peu plus sur la genèse de l’ouvrage. 

En bref, voici un ouvrage très sympathique, à la fois drôle et léger tout en nous racontant la mythologie, donc c’est très ludique. Les personnages sont intéressants et il est amusant de voir la manière dont ils sont présentés, certains sont vraiment gratinés mais ça les rend d’autant plus intéressant. L’histoire était intéressante avec un dénouement inattendu, et le style de l’auteur délectable. Bref à lire sans modération !intéressante avec un dénouement inattendu, et le style de l’auteur délectable. Bref à lire sans modération !

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Piégés entre les murs de la nuit d’Hubert Ben Kemoun (Piégés 2)

Le coeur en braille de Pascal Ruter (Le coeur en braille 1)

Les contes du chat perché de Marcel Aymé