Les chroniques du chat noir - Le lien de Ghislain Meurlay

Quatrième de couverture


Que feriez-vous si vous étiez un redoutable tueur en série ? Un tueur impitoyable, dont le seul nom fait froid dans le dos… Le Chat Noir. Que feriez-vous si votre dernière victime était le plus grand baron de la pègre ? Si nul n’était en mesure de vous dire où il est, ni qui il est ? Si c’était un « Fantôme » ? Et si la seule personne capable de l’identifier était un type bien, sans histoire ?
Que feriez-vous, si vous étiez le plus grand baron de la pègre ? Un baron impitoyable, dont le seul nom fait froid dans le dos… Le Fantôme. Que feriez-vous si du jour au lendemain, vos hommes de mains se faisaient éliminer les uns après les autres, par un tueur en série ? Si vous étiez le plus grand baron de la pègre, insoupçonné et insoupçonnable ? Et si la seule personne capable de vous identifier était un con, un emmerdeur ? Que feriez-vous si vous étiez ce con, cet emmerdeur… mais qu’au fond vous êtes ce type bien, sans trop d’histoires ? Si vous vous retrouviez dans une guerre qui vous dépasse largement ? Si dans cette guerre vos proches étaient traqués, éliminés ? Et si la seule chance qu’ils aient de rester en vie, impliquait inévitablement votre mort ?

Mon avis

Je tiens tout d’abord à remercier les éditions du Panthéon de m’avoir permis de lire ce livre qui est intéressant dans l’ensemble, même si j’ai quelques petites choses à y redire.

Je ne ferai pas de résumé de l’histoire, la 4e de couverture expliquant plutôt bien ce qui se passe, même si elle garde une grande part de mystère. En développant davantage j’ai peur de spoiler l’histoire, ce qui serait dommage parce que malgré tout, elle mérite d’être découverte sans qu’on n’en sache trop. De plus, les événements arrivant assez vite, on sait à quoi s’en tenir.

L’idée de base est intéressante et j’ai bien aimé l’histoire dans son ensemble. On rentre assez rapidement dans le vif du sujet, il n’y a pas de perte de temps. Cela dit, on va peut être un peu vite parce que ça ne semble pas forcément cohérent, on n’a pas suffisamment de repères dans le temps pour voir la relation entre Ugo et Sam évoluer. C’est trop soudain et ça m’a paru vraiment bizarre. Mais admettons, dans l’ensemble, l’intrigue est plutôt bien faite et bien menée et il est vrai que les éléments s’enchaînent vite, on se demande sans cesse qui est ce fameux Chat Noir, ce Fantôme… L’auteur sème le doute tout de même en présentant certaines choses mais tout finit par prendre son sens.

La fin est des surprenantes, on ne s’attend pas totalement à ça. Il y a des éléments auxquels on se doute dès le départ, il n’y a pas de grandes surprises, lors des révélations, je m’y attendais pour la plupart. Mais la fin est vraiment bien trouvée et permet de voir l’histoire d’une autre manière, je n’avais pas pensé à ça lors de ma lecture donc je salue l’auteur.

En fait, ce qui explique pourquoi je n’ai pas totalement adhéré à l’histoire c’est que je trouve dommage que ce livre soit si court et qu’il manque de profondeur. Avant même d’avoir l’histoire, l’auteur explique dans une note sa démarche et le fait qu’il voulait avoir un livre court qui file droit avec son lot d’action pour être emporté rapidement comme si on regardait un film. Dans l’ensemble, le pari est plutôt réussi, néanmoins, l’adepte des pavés en moi avec son lot de descriptions, d’explications et de développement est un peu resté sur sa fin. C’est dommage parce que l’idée est vraiment bonne et avec un peu plus de développement ça aurait eu plus d’impact et aurait pu être un excellent livre parce que c’est plutôt ingénieux.

L’écriture de l’auteur est agréable à lire, la seule chose qui m’a dérangé ce sont les points d’exclamations toutes les deux secondes ça n’avait pas forcément lieu d’être et c’est assez pénible de lire, en s’imaginant que les personnages « crient » ou « parlent fort » sans arrêt. J’imagine assez souvent l’intonation, les différents points expriment diverses manières de parler donc ça a son importance mine de rien, même si les ¾ du temps, on ne semble pas y prête pas attention et pourtant, c’est très important et ça aide à la lecture.

En bref, une histoire intéressante et plutôt bien menée avec un retournement de situation sur la fin qui montre l’ingéniosité de l’auteur. Le seul regret c’est que l’histoire ne soit pas plus longue pour qu’il y ait plus de développement et de suspense (même si pour le coup la fin rattrape) pour que ce soit davantage bluffant. Une histoire sympathique à lire cela dit.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Les contes du chat perché de Marcel Aymé

La Belle Sauvage de Philip Pullman (La Trilogie de la Poussière 1)

Un jour, je serai pompier de Quentin Gréban

Skiddy, mon ami imaginaire de Katherine Applegate

Sans raison apparente de Charlotte Bousquet