Condamnée à écrire de Sylvie Baussier & Pascale Perrier

Quatrième de couverture


« J’ai 14 ans et je m’appelle Emma. Il paraît que je suis trop violente. D’ailleurs je vais passer au tribunal. La juge, ma mère et le reste du monde peuvent bien penser ce qu’ils veulent, je n’irai plus au collège. Mon refuge, ce sera la prison. Comme papa. »
Mais les juges ont parfois de drôles d’idées : Emma est condamnée à une peine d’écriture.

Mon avis

Je tiens tout d’abord à remercier les éditions Oskar de m’avoir permis de lire ce livre que j’ai bien apprécié dans l’ensemble.

L’écriture est agréable à lire et fluide de sorte qu’on plonge assez rapidement dans l’histoire. Il n’y a pas de longueur, c’est assez simple et épuré en soi, pas de digressions, ça file droit. La narration est à la première personne de sorte à avoir accès à ses pensées ce qui va nous aider à mieux comprendre pourquoi elle agit ainsi.

Emma est condamnée pour avoir frappée une élève qui l’a envoyé aussitôt à l’hôpital. Elle aurait pu mourir. Mais la juge ne pensant pas qu’une peine de prison puisse lui être bénéfique la condamnée à une peine d’écriture, et d’être suivie par un éducateur pour superviser tout ça.

Emma ne prend pas au sérieux sa peine d’écriture, elle trouve ça stupide, fait le minimum parce que son éducateur ne cesse de lui demander mais elle n’y met pas du sien. Elle prend tout ça pour un jeu mais au fur et à mesure de l’histoire elle se rend compte de ce que tout ça implique et elle n’est plus seule. Elle fait la rencontre de Lucas qui va lui remettre les pendules à l’heure et la confronter à son comportement de fille gâtée alors que d’autres sont bien moins lotis qu’elle et qu’ils ne se conduisent pas comme elle.

Au début Emma paraît antipathique, imbue d’elle-même, l’adolescente pénible qu’on a envie de taper à cause de son comportement de fille pourrie gâtée. Mais plus on avance dans l’histoire et plus on se rend compte que tout ça n’est qu’une façade. Elle cache en elle un secret, une souffrance qui l’empêche d’être totalement heureuse et quand on regarde sa situation familiale, on peut trouver là des circonstances atténuantes. Il y a une belle évolution chez Emma. Elle s’ouvre peu à peu, même si c’est difficile, elle se remet en question et va tenter de changer.

D’un côté je regrette que ce livre ne soit pas plus long pour approfondir les sentiments, ce changement. Mais il est très bien comme ça, c’est suffisant en fait, juste que j’aime toujours autant les pavés quand on détaille les éléments pour avoir plus de suspense et de psychologie aussi.

En bref, une lecture sympathique qui permet de voir une alternative à la prison / centre de détention pour mineurs car il est vrai que cela ne sert pas toujours d’enfermer des gens, il suffirait de les suivre, de les aider à s’en sortir pour qu’ils ne dévient pas… Un livre touchant.

En partenariat avec

Commentaires

  1. J'ai un peu de mal à visualiser en quoi peut consister "une peine d'écriture" !
    Le résumé et ta chronique me donne envie d'en savoir plus... Je note le titre.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. c'est le fait d'écrire ^^ notamment sur soi, pour réfléchir à ses actes, etc.

      Supprimer

Enregistrer un commentaire

Vous êtes bien sur la messagerie écrite de Melisande, veuillez laisser un message après le bip écrit car elle est partie lire !

***biiip***

Posts les plus consultés de ce blog

Melisande au Studio Harry Potter

Effroyable porcelaine de Vincent Tassy

Les larmes de l'araignée de Pascaline Nolot