Le chat qui ne mangeait pas de souris de Carmen Agra Deedy & Randall Wright


Quatrième de couverture

Skilley est un bon gros matou : paresseux, solitaire, il aime se prélasser au coin du feu dans la nouvelle auberge où il a élu domicile. Sa mission, en échange de quelques restes et de beaucoup de tranquillité : débarrasser la cuisine des souris voleuses de fromage. 
Mais voilà. 
Pip, la plus malicieuse des souris de l’auberge, découvre le terrible secret de Skilley… 
En échange de leur silence, le chat se voit donc contraint et forcé d’offrir sa protection aux souris. Elles en auront bien besoin quand il s’agira de chasser Pinch le chat cruel et dangereux qui pourrait mettre en péril… la couronne d’Angleterre ! 

Mon avis

Je tiens tout d’abord à remercier les éditions Flammarion de m’avoir permis de lire ce livre que j’ai apprécié dans l’ensemble, même si je dois avouer que ce n’est pas le livre du siècle, mais c’est mignon.

L’écriture est agréable à lire et fluide de sorte que l’on rentre assez facilement dans l’histoire qui est plutôt simple en soi. D’ailleurs, je n’en ferai pas de résumé car la 4e de couverture est suffisamment explicite pour savoir de quoi il s’agit et assez rapidement on sait à quoi s’attendre car tout arrive très vite.

La narration est partagée entre deux, on en a une à la troisième personne qui raconte l’histoire de manière générale et la deuxième écrit à la première personne, nous montre des lettres manuscrites d’un certain M. Dickens qui nous explique ce qui se passe un peu dans l’auberge mais surtout son problème actuel, à savoir trouver une phrase d’accroche pour son nouveau roman. L’alternance des deux est plutôt sympa même si j’ai trouvé dommage que Dickens n’ait pas un rôle plus important et qu’il y ait davantage d’incidence sur l’histoire principale. Sa partie n’est pas indispensable pour comprendre l’histoire, certes cela ajoute un petit plus assez sympa mais si on ne connaît pas du tout Dickens (comme ça pourrait être le cas pour un jeune lecteur) il y a des références que l’on risque de manquer. Bon heureusement, des notes de bas de pages permettent, pour la plupart, de les comprendre.

Un mystère plane pendant un certain moment (une trentaine de pages à peu près) sur le grand secret de Skilley. Avec le titre du livre et la 4e de couverture, on peut de douter assez facilement de quoi il s’agit. J’ai trouvé dommage que la particularité de ce chat ne soit pas autre que celle donnée car c’est trop simple et évident et même avant la lecture du livre on peut le devient. En même temps, elle explique bien des choses et montre pourquoi ce chat s’associe à ces souris et cela va servir pour le reste de l’histoire. Certes, c’est un livre jeunesse mais les auteurs auraient pu trouver quelque chose de plus original et tout aussi « drôle » pour qu’il y ait un enjeu plus grand. La manière dont Pip, la petite souris le découvre est aussi un peu tiré par les cheveux mais pourquoi pas. Après étant donné le lieu, la présence des souris, etc. cela coulait de source.

En dehors de cela, il y a une autre histoire qui s’y raccroche et qui explique en quoi la couronne d’Angleterre est concernée, j’avoue que c’était plutôt bien trouvé et intéressant. Là encore, cela semble aller de soi, c’est assez simple mais cela peut fonctionner.

Les personnages sont plutôt intéressants, assez clichés mais ça fonctionne plutôt bien. La relation entre Skilley et Pip est particulière, du fait de leur nature mais une amitié s’installe. D’ailleurs à ce propos j’ai beaucoup aimé les réflexions autour de ça quand Skilley fait une bêtise (je n’en dirai pas plus pour ne pas spoiler). Mais cela va pousser le chat à réfléchir, à se remettre en question et à voir la vie et l’amitié autrement. Ce sont de beaux messages pour les enfants et j’ai trouvé ça plutôt juste.

Ce qui est assez étonnant c’est le choix d’illustrations, il est vrai que la couverture est assez moderne avec ces silhouettes de chat et de souris alors que les illustrations intérieures font plus anciennes et traditionnelles. Voici un visuel pour vous donner une idée du contenu. C’est donc assez étrange que ce que l’on a à l’extérieur ne correspond pas à ce qu’on a à l’intérieur.

En bref, ce n’est certes pas le livre du siècle en soi, ce n’est pas un coup de cœur pour moi, mais cela reste une histoire mignonne et plutôt sympathique à suivre qui pourra certainement plaire aux plus jeunes. J’ai trouvé qu’il y avait trop de facilité pour que je puisse totalement accrocher, mais c’était une lecture tout de même agréable.

Commentaires

  1. Au contraire, moi j'adooooooooore ce livre que je suis en train de dévorer. C'est même un coup de coeur. ;-)

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Vous êtes bien sur la messagerie écrite de Melisande, veuillez laisser un message après le bip écrit car elle est partie lire !

***biiip***

Posts les plus consultés de ce blog

Ikebana de Céline Landressie (Rose Morte 4)

Séduction maudite de Stéphane Soutoul

In My Mailbox (294)