Un dîner affreusement parfait de Marie Wilmer et Alexandra Gabrielli-Kuhn

Quatrième de couverture

Seule dans sa cuisine, Berthe attend que sa soupe cuise. Que c’est long de cuire une soupe ! Berthe commence à s’ennuyer. Fort heureusement, elle fait la connaissance de Toutoutou, un petit hibou pas contrariant. Les deux nouveaux amis se lancent dans une chasse aux horreurs à travers forêts et marécages pour préparer un dîner… affreusement parfait. Une histoire sur fond d’ombres chinoises, où vipères, crapauds et vieilles chaussettes sont des ingrédients de choix. Un dîner affreusement parfait est un récit plein d’humour qui ne manquera pas d’amuser enfants et parents.

Mon avis

Je tiens tout d’abord à remercier les éditions Naïve de m’avoir permis de lire cet album qui je dois dire m’a un peu déçue. Je m’attendais à quelque chose d’assez différent notamment au niveau du graphisme du coup je ne l’ai pas apprécié autant que je l’aurai voulu.

Je ne ferai pas de résumé de l’histoire, la 4e de couverture étant suffisamment explicite pour savoir de quoi il s’agit. L’histoire est plutôt mignonne car l’on découvre cette sorcière qui découvre un hibou avec qui elle va partir chercher des ingrédients pour faire un repas des plus horrifiques. C’est peu ragoutant mais pour une sorcière comme elle, le contraire aurait été étonnant. Je ne vais pas dire que je n’ai pas aimé ou détesté ce serait mentir, mais je dois l’avouer, je n’ai pas été transportée plus que ça, pas comme certains albums que j’ai pu lire ces derniers temps.

J’ai aussi été un peu déçue des illustrations parce que cet album est fait en ombres chinoises, ce qui peut être très beau pour avoir déjà vu des illustrations du genre en livre animé. Sauf que contrairement à ce que je pensais, les illustrations ne sont pas en reliefs comme s’il s’agissait d’un collage. Certes, ce sont des ombres chinoises mais cela reste un dessin à plat traditionnel. Pourtant la couverture montre bien un relief et un effet de matière entre le noir et le marron qui est visible par derrière (et le retour de rabat de la couverture). J’ai trouvé dommage de ne pas retrouver ce principe là à l’intérieur de l’ouvrage, je pense que ça l’aurait rendu plus beau et intéressant.

Après je dois dire que les effets de couleur rendent très bien. On a les dessins en noir et des fonds bleu, marron ou encore rouge, ce qui fait bien ressortir les personnages et décors. Il y a un effet cyclique aussi avec ces couleurs ce qui donne un certain cachet aux illustrations. C’est d’autant plus dommage que les ombres ne soient pas en relief, le rendu aurait été vraiment superbe.

En bref, un album qui se lit mais qui ne m’a pas transporté plus que ça, même si ce n’était pas déplaisant. J’ai été un peu déçue des illustrations parce que le rendu n’était pas tel que je me l’étais imaginée lorsque ce livre m’a été présenté. Pourtant l’effet d’ombres chinoises est sympa et cela va très bien avec l’histoire, mais je m’attendais à quelque chose de plus travaillé dans la réalisation finale.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Les âmes perdues de Cassandra O’Donnell (Le Monde Secret de Sombreterre 3)

Itinéraires Bis de Marie-Hélène Marathée

Jack et le bureau secret de James R. Hannibal (Section 13, tome 1)