L'évasion de Lina Carmen (L'Emeraude oubliée 1)

Quatrième de couverture

Dans la sinistre ville de Mornia, à la végétation inexistante, seules des tours de béton grises aux dimensions célestes s’élèvent vers des hauteurs indistinctes. Un mur infranchissable empêche toute sortie de cette prison qui ne dit pas son nom, gouvernée par un dictateur, le président Percy. Les plus riches vivent en haut des tours, dans un confort luxueux. Les plus pauvres vivent en bas, dans une brume permanente, le « smog » métropolitain. Yan, un garçon de 15 ans, est l’un de ces indigents dont le destin est de finir ouvrier dans une usine, comme son père et son grand-père. Mais il rêve d’une autre vie. Peut-être là-haut, chez les riches ? Ou bien ailleurs qu’à Mornia. Existe-t- il un autre monde que celui-ci ? Pour le savoir, il faudrait s’échapper. C’est alors que Yan rencontre Sonia, une jeune fille de son âge, issue des niveaux supérieurs, avec laquelle il va peut-être concrétiser ses rêves. L’évasion se prépare. Cependant, Percy et ses hommes sont prêts à tout pour faire échouer ce projet.

Mon avis

Je tiens tout d’abord à remercier les éditions La Bourdonnaye de m’avoir permis de lire ce livre.

L’évasion de Lina Carmen est un petit livre de moins de 200 pages plutôt sympathique même s’il est parfois inégal. Je vais expliquer en quoi. Mais tout d’abord, la première chose que l’on remarque est l’écriture. Elle est agréable à lire et fluide de sorte que l’on rentre facilement dans l’histoire et qu’elle se lit très vite (une journée a suffit). Je n’en ferai pas de résumé, la 4e de couverture est suffisamment explicite pour savoir de quoi il s’agit, d’autant que l’action arrive assez vite, dès le premier chapitre les deux jeunes se rencontrent et ils projettent assez rapidement de s’évader de Mornia, qui pour le coup porte très bien son nom. Ce système de « castes », les riches les pauvres est vraiment déprimant sans compter l’aspect général de la ville avec ces tours, cette pollution ambiante qui rend tout terne.

La première partie du livre est vraiment très intéressante, c’est celle que j’ai préféré car on découvre tout un univers, très codé lié à la dystopie avec un président qui contrôle absolument tout et que l’on prend plaisir à détester le peu de fois où on le voit. On comprend que deux types de populations cohabitent sans vraiment se voir et interagir, c’est interdit. Les riches d’un côté qui sont en haut, et les pauvres de l’autre qui sont en bas. Cela fonctionne par caste si l’on peut dire, c’est assez clair et net même si on se rend compte assez vite que tout n’est pas beau ni rose dans chaque côté.

Quant à la deuxième, je trouve que le côté entraînant, avec son lot d’action retombe comme un soufflet. La situation est telle que l’on peut comprendre cet aspect, que ce soit plus calme et tranquille mais j’ai trouvé que l’on perdait un peu d’intérêt au livre. On a eu une envolée pour au final retomber et la fin ne finit pas tellement sur un gros cliffhanger qui puisse donner à ce point de savoir la suite, même si ma curiosité est piquée tout de même mais ça aurait pu être plus « brutal ». C’est dommage parce que l’univers était plutôt pas mal, même si par bien des aspects très classiques par rapport à ce que j’ai pu lire dans le genre. Et l’autre souci c’est qu’il y a, dans cette partie, des éléments de réponses mais l’auteur tombe dans la facilité, cela paraît assez évident, ce n’est pas trop surprenant mais cela reste cohérent et crédible donc pourquoi pas.

L’autre reproche que je pourrais faire est que parfois c’est trop jeunesse. Certes, c’est un livre jeunesse, mais autant au début les personnages font preuve d’une certaine maturité ce sont des adolescents de 15 ans, parfois, dans les dialogue, notamment dans la deuxième partie, j’ai eu l’impression d’avoir affaire à des enfants ou tout début de l’adolescence. Cela m’a paru bizarre sur le coup car le début ne me laissait pas ce sentiment.

Quant aux personnages, ils sont intéressants et assez attachants, du moins pour les deux héros, je ne dirai pas ça du Président Percy qui est assez détestable pour le peu que l’on voit. Chacun d’eux reflètent un autre visage, si bien qu’on ne peut pas totalement les définir. De nombreux secrets les entourent, on ne sait jamais comment ils vont agir et réagir.

En bref, un premier tome intéressant même si inégal dans ses parties, j’ai préféré la première à la seconde, même si on y apprend de nombreuses choses. Cela dit, la manière dont est tournée l’histoire est prometteuse et donne envie de savoir ce qui se passera ensuite.

Commentaires

Enregistrer un commentaire

Vous êtes bien sur la messagerie écrite de Melisande, veuillez laisser un message après le bip écrit car elle est partie lire !

***biiip***

Posts les plus consultés de ce blog

Piégés entre les murs de la nuit d’Hubert Ben Kemoun (Piégés 2)

Le coeur en braille de Pascal Ruter (Le coeur en braille 1)

En équilibre d'Anne Plichota et Cendrine Wolf (Les 5/5, tome 1)