L'Empire d'Atlantia de Lisa Fiedler (La Guerre des Mūs 1)

Quatrième de couverture

On peut être petit et avoir le cœur grand.
Dans la mystérieuse cité d'Atlanta, Hopper se retrouve plongé au milieu d'une dangereuse guerre des territoires entre chats et rats. Pour rétablir la paix, la souris devra faire preuve d'un grand courage et accepter le secret qui entoure sa naissance.

Mon avis

Voici le premier tome de la série La Guerre des Mūs qui m’a plutôt plu, j’ai passé un bon de lecture même s’il faut avouer que c’est plutôt simple dans l’ensemble.

Alors la première chose que l’on remarque est l’écriture de l’auteur qui est agréable à lire et fluide de sorte que l’on rentre rapidement dans l’histoire. Mais qu’elle est-elle ?

L’Empire d’Atlantia raconte l’histoire de Hopper qui vit avec sa sœur et son frère dans une animalerie, jusqu’au jour où il comprend qu’ils vont être le futur dîner d’un serpent. Ainsi, l’heure est à la fuite, il élabore un plan afin d’échapper à endroit au plus vite. Son chemin va le conduire seul, dans les souterrains de la ville où il va rencontrer Zucker, un rat vivant dans la mystérieuse cité d’Atlantia où une guerre des territoires a lieu contre les Mūs. Hopper va se retrouver au milieu de cette lutte et tâcher de rétablir la paix. Mais tout ce qu’on raconte sur les Mūs est-il vrai et quel rôle a-t-il vraiment au cœur de la cité d’Atlantia ?

L’intrigue plutôt bonne et bien menée même s’il faut avouer qu’elle est convenue et plutôt simple. Les révélations et retournements de situations sont plutôt prévisibles, il n’y a pas de réelle surprise en soi, pour moi, mais cela n’empêche pas de passer un bon moment de lecture. Je pense que pour le public visé (10-13 ans), cela ne pourra que plaire. Je sais qu’à cet âge-là, j’aurai vraiment adoré ce livre, donc je vous le conseille. Par certains aspects L’Empire d’Atlantia me fait penser à Fievel, un dessin animé que je regardais petite et que j’adorais et qui présente certaines similitudes par rapport à la lutte entre les souris et les chats (quoi de plus logique en même temps).

Même si ce que je viens de dire semble négatif, ce n’est pas le cas, ce n’est pas un mauvais livre. Je ne vois pas ces remarques comme un gros problème. Cela semble normal, je n’ai plus 10 ans et j’ai lu un certain nombre de choses. Je reconnais ses qualités. Par exemple, l’histoire contient son lot d’action pour qu’on ne s’ennuie pas, il y a des retournements de situations et de révélations (même si pas vraiment pour moi). L’univers est aussi intéressant et précis avec ces groupes de souris, rats et chats qui mettent en place toute une société souterraine et dont les humains ne prêtent pas spécialement attention. C’est intéressant de voir comment cela fonctionne et quelles sont leurs interactions.

Et même si c’est mignon comme je l’ai dit plus haut, l’auteur ne nous épargne pas pour autant en évoquant une situation assez horrible. Et cela le devient d’autant plus si l’on fait des liens avec une certaine réalité historique, genre la Seconde Guerre Mondiale. Cela fait froid dans le dos. C’est une histoire en somme assez classique et plutôt simple mais qui en soi est bien faite, il faut le reconnaître.

Les personnages sont assez manichéens, on se doute de bien des choses à leur sujet mais ils restent néanmoins attachants pour la plupart. De nombreux secrets et non dits vont induire parfois nos héros dans l’erreur et les mettre dans des situations compliquées. Ils vont chacun devoir faire preuve de courage afin de rétablir la paix quoi qu’il en coûte. Les personnages sont assez éclectiques dans leur manière d’être, que ce soit Hopper qui est dans le genre naïf et gentil, Zucker qui cache bien son jeu et Firren, la rebelle qui se bat pour une bonne cause. On peut se retrouver en chacun d’eux, le lecteur trouvera son compte.

En bref, L’Empire d’Atlantia est une histoire assez mignonne et convenue dans l’ensemble même si on ne nous épargne pas certains aspects sordides. C’est un univers intéressant, plutôt simple en soi avec des personnages assez manichéens, on se doute bien qu’avec des chats, des rats et des souris, les gentils et les méchants sont vite trouvés ! Mais ils n’en restent pas moins attachants et sympathiques pour la plupart et ils nous réservent bien des surprises. Un livre qui plaira beaucoup pour le public visé, moi je trouve ça sympathique mais pas non plus extraordinaire, mais j’ai tout de même pris plaisir à le lire, c’est ce qui compte.

Commentaires

  1. Juste à la couverture, il est clair que je dois tenir ce dernier entre mes mains un jour!!! Mais je n,ai que des rebonds positifs à sont sujet!

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Vous êtes bien sur la messagerie écrite de Melisande, veuillez laisser un message après le bip écrit car elle est partie lire !

***biiip***

Posts les plus consultés de ce blog

Les âmes perdues de Cassandra O’Donnell (Le Monde Secret de Sombreterre 3)

Itinéraires Bis de Marie-Hélène Marathée

Jack et le bureau secret de James R. Hannibal (Section 13, tome 1)