Chaque soir à onze heures de Camille Benyamina et Eddy Simon

Quatrième de couverture

Paris 2014, on y suit le parcours de Willa, habituée à frayer avec la jeunesse dorée et superficielle des beaux quartiers de la capitale, jusqu’à la Villa des Brouillards perdue au fin de Montmartre. Dans cet endroit hors du temps, comme bloqué en plein XIX, elle fait la connaissance de Marni une jeune pianiste aveugle et de son frère, le sombre Edern. Après la disparition de leurs parents, le frère et la sœur s’y sont comme reclus, bloqués par les lourds secrets de famille et depuis peu, victimes d’un maître chanteur. Touchée par Marni et séduite par Edern, Willa décide de percer les mystères de la Villa des Brouillards.

Mon avis

Chaque soir à onze heures est l’adaptation BD du roman éponyme de Malika Ferdjoukh et je dois dire que cela a été plutôt une bonne surprise. Je suis désormais curieuse de lire le roman, même si je connais déjà la fin.

Je ne ferai pas de résumé de l’histoire, la 4e de couverture étant suffisamment explicite pour savoir de quoi il s’agit, d’autant que les événements arrivent assez vite, on sait à quoi s’en tenir. J’ai trouvé l’intrigue plutôt bonne et bien menée dans l’ensemble.

Il s’agit d’un thriller où il se passe des choses inexpliquées autour de la famille des Brouillards. Entre le meurtre de la mère par le père, les bruits entendus à 11 heures précises chaque soir par Marni, la jeune fille… Willa enquête et elle est loin de se douter de ce qu’elle va découvrir. Quand des incidents surgissent sur sa personne, on se doute qu’elle se rapproche dangereusement de la vérité pour qu’on veuille l’empêcher d’enquêter plus longtemps et de trop se rapprocher de cette famille. C’est plutôt haletant, on se demande chaque instant où tout cela va nous mener. Le seul petit reproche que je peux faire c’est que la fin est un chouïa rapide, on n’a pas vraiment le temps de comprendre ce qui se passe que tout est terminé.

En plus de l’enquête, on suit la vie de Willa, ses amours qui sont quelque peu compliquées mais elle fait face. C’est une jeune femme forte qui va de l’avant et qui ne se laisse pas intimidée, elle va au bout des choses. une héroïne agréable à suivre et qui saura remonter la pente et ne pas se laisser abattre.

Les dessins sont vraiment beaux, j’ai bien accroché et cela donne une certaine ambiance à l’histoire, un côté mystérieux, sombre et parfois froid qui correspond vraiment bien au livre.

En bref, Chaque soir à onze heures est une belle surprise, j’ai bien apprécié l’histoire, les dessins sont très beaux et donne une atmosphère particulière à ce thriller. Je suis désormais très curieuse de découvrir le livre dont il est à l’origine pour voir s’il est bien fidèle.

A partir de 14 ans.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Asynchrone de Fabien Clavel

Celle qui murmurait à l'oreille du mec en costard de Laëtitia Constant

Concours Celle qui murmurait à l'oreille du mec en costard [TERMINE]