Même les stars aiment les sardines à l'huile de Maïa Brami

Quatrième de couverture

Alors que ses copines sont en vacances, Douce fait un stage dans le magazine féminin d’une amie de sa mère. Hélas, le journal est en difficulté et l’ambiance est désastreuse. Livrée à elle-même, Douce est un peu perdue et démoralisée.
À sa demande, on finit par lui confier la rédaction de psychotests pour le site internet bien que les journalistes les méprisent et les rendent responsables de tous les maux...
Son stage prend une nouvelle tournure quand, par hasard, elle rencontre Amira, sa star préférée, effondrée, en pleine crise de déprime. Mais les stars sont des gens très spéciaux et Douce n’est pas au bout de ses surprises...

Mon avis

Je tiens tout d’abord à remercier les éditions La Martinière Jeunesse de m’avoir permis de lire ce livre qui se lit aisément sans pour autant être transcendant.

Je ne m’attendais pas à une lecture extraordinaire mais j’en attendais un petit peu plus, on reste ici sur quelque chose d’assez classique, même si cela fonctionne dans l’ensemble. C’est le type de lecture agréable pour la plage mais qui finalement va vite s’oublier. J’ai davantage apprécié l’autre livre de l’auteur que j’ai pu lire : Les princes charmants n’existent pas que je trouve au final plus original et intéressant qui, pour rappel, est une romance par correspondance.

Pourtant le début de Même si les stars aiment les sardines à l’huile partait bien avec l’idée de ce stage en magasine féminin et le fait qu’elle rencontre sa chanteuse préférée. J’étais curieuse de voir ce que ça pouvait donner vu les circonstances. Si je suis rentrée assez facilement dans l’histoire, l’écriture y aidant beaucoup, j’ai trouvé qu’à mesure l’auteur allait trop dans l’excès et l’invraisemblable pour que je puisse totalement accrocher. Mon attention s’est peu à peu relâchée et j’ai trouvé que la fin retombait un peu comme un soufflet vu qu’on s’attend à tout ça, rien d’extraordinaire donc.

Cependant, il faut avouer que l’auteur a eu de bonnes idées en annexe de son histoire qui ajoute un nouvel intérêt, comme celle de la création du blog et de l’insertion de certains de ces articles. Cela ajoute une autre dynamique à l’histoire en plus de la narration plus traditionnelle. Autre idée originale ce sont les psychotests créés par Douce pour le magasine qui serve d’un côté l’histoire et de l’autre nous permet de nous amuser, nous lecteurs.

Je l’avoue, l’été quand j’en trouve, j’en fais. Tout comme Douce, ça me détend, pourtant en soi c’est assez débile ce genre d’articles un peu bidon créé de toute pièce mais ça me fait rire. C’est le genre d’activité que l’on peut faire avec ses amies ou sa sœur par exemple. Là, je vous avoue que je n’ai pas spécialement cherché à y répondre, je l’ai lu d’une traite comme tout roman traditionnel mais si l’envie nous en prend, on peut prendre son crayon et y répondre puisqu’on a bien les questions avec 3 réponses au choix et en fonction de ce que l’on a noté, on a un résultat inscrit juste après pour sonder notre personnalité. Jeu que l’on peut faire pendant notre lecture ou après, selon notre envie. C’est en cela que c’est aussi un livre de plage, lecture + activité simultané, c’est bien joué de la part de l’auteur.

Quant aux personnages, Douce dont le nom est à l’antithèse de ce qu’elle est vraiment est une héroïne plutôt sympathique et attachante. Elle va gagner en maturité et se retrouver au cœur d’un drame, problème au journal mais aussi chez sa chanteuse préférée qui traverse un moment difficile et compliqué. Elle va devoir tout supporter sur ses frêles épaules, qui ne le sont pas tant que ça vu tout ce qu’elle va faire. elle a de la répartie, la langue bien pendue et saura trouver toute sorte de solution, une super-héroïne en somme.

En bref, Même les stars aiment les sardines à l’huile est une lecture détente qui se lit, on sourit par moment mais ce n’est pas non plus extraordinaire et transcendant, pas le genre de livre mémorable mais que l’on peut lire aisément sur la plage, comme tout livre de « chick-lit » qui se respecte (pour adulte). Tout dépend de ce que vous recherchez dans ce livre pas mauvais mais pas indispensable.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

L'héritière de Bellecombe de Liz Carlyle

Les contes du chat perché de Marcel Aymé