Orgueil et préjugés de Jane Austen

Quatrième de couverture

Issue d’une famille de la petite gentry, Elizabeth Bennet ne manque ni d’humour ni de malice. Lors d’un bal, elle rencontre le hautain Mr Darcy, l’un des hommes les plus riches d’Angleterre, mais aussi l’un des plus orgueilleux, qu’elle méprise aussitôt. Après avoir mal jugé le charme de la jeune femme, il tombera amoureux d’elle et mènera une longue lutte intérieure entre ce que lui dicte son cœur et ce qui convient à son rang. Comment réussiront-ils à vaincre leurs préjugés et à faire taire leur orgueil pour connaître l’amour ?

Mon avis

Est-il nécessaire de présenter ce livre ? Il s’agit d’une romance classique incontournable et pourtant, je ne l’avais pas encore lue. La raison ? La romance n’était pas spécialement mon truc avant, et je me souviens, il y a 8 ans (quand je suis rentrée à la fac), j’avais dit que jamais je ne lirai Jane Austen. Comme quoi, il n’y a que les abrutis qui ne changent pas d’avis, comme on dit… Pour ma défense à l’époque, je ne lisais vraiment que de la Fantasy, peu d’autres genres…

A force d’en entendre parler, notamment par une certaine Secret Forbidden World qui voulait refaire ma culture en me montrant au moins le film, puis l’opportunité de me procurer l’ouvrage (bosser en librairie à des avantages) ainsi que l’envie d’une romance, me voilà lancée dans ce chef d’œuvre de la littérature anglaise. Je comprends désormais pourquoi il y a tout un trip autour de Mr Darcy. Effectivement, il y a de quoi…

Je vais arrêter le suspense et donner cash mon avis sur ce livre, j’ai adoré. Oui, je reconnais, j’ai eu tort de dire que je ne le lirai jamais, j’ai eu tort de ne pas m’y intéresser plus que ça (cela ne fait que 3/4 mois que je sais de quoi parle le livre grâce au film…). Quand je disais parfaire ma culture, je ne plaisantais pas…

Orgueil et préjugés est une romance comme je les aime où le couple est à des années lumières l’un de l’autre mais qui par la force des choses vont finir ensemble. Le jeu entre les deux est assez exaspérant et frustrant, il faut l’avouer. D’une part, avec l’époque dans laquelle l’histoire se déroule, sous la régence, il y a des règles à respecter, une certaine bienséance donc le rapport entre homme et femme est assez complexe. D’autre part, avec deux têtes de mule pareilles, cette romance ne pouvait qu’être compliquée.

Mr Darcy est au premier abord quelqu’un de froid et d’antipathique ; lors de la rencontre entre lui et Elizabeth au bal, il lui jette à peine un regard, la trouvant « passable » pour ne pas dire « laide » ou « moche » en somme. Pas de quoi faire rêver et pourtant, au fur et à mesure de l’histoire, nous apprenons beaucoup de choses sur lui qui font que nous craquons toujours un peu plus pour cet homme qui est loin d’être insensible et froid, comme va finir par se rendre compte Elizabeth. Même si cela prend un certain temps.

Elizabeth est farouchement indépendante, elle n’a pas la langue dans sa poche, et ne paraît pas toujours convenable, surtout pour certaines familles bien plus nobles que la sienne. Ses manières peuvent déranger et pourtant, elle n’en est que plus agréable à mes yeux. Mais je l’avoue, par moment, j’ai eu envie de la secouer, non, on ne peut pas envoyer balader quelqu’un comme Mr Darcy, même s’il l’a un peu cherché et que je comprends son geste… Mais non, il faut réfléchir un peu quand même Elizabeth !

Mais cette histoire n’aurait pas la même saveur sans la famille Bennet que nous suivons avec grand intérêt. Elizabeth est la 2e d’une fratrie de 5 enfants, 5 filles et chacune d’elles apporte un petit quelque chose à cette famille quelque peu hors norme. L’aînée, très fleur bleue et timide aura bien des difficultés avec ses amours, quant à Lydia, elle va nous en faire voir de toutes les couleurs avec ses frasques.

Mais le summum de cette famille reste la mère qui est juste… Comment dire ? Elle est unique en son genre. Assez frivole dans le genre et voulant à tout prix marier ses filles, elle va montrer une certaine aptitude dans la manipulation, notamment par rapport à Jane et Bingley pour qu’elle aille chez lui sous la pluie et qu’elle y reste… Un épisode assez mémorable. Mme Bennet est, il faut l’avouer, complètement folle mais il n’empêche qu’elle aura réussi en grande partie à obtenir ce qu’elle veut, même si elle n’y est pas nécessairement pour quelque chose. Quant au père, Mr Bennet, il paraît désabusé face à cette femme grandiloquente et ses filles qui n’en font qu’à leur tête.

En dehors de la romance, il s’agit vraisemblablement de montrer aussi, avec une certaine ironie les mœurs et la vie quotidienne sous la régence. J’ai trouvé ça vraiment intéressant.

Un petit constat, le film réalisé en 2005 avec Keira Knightley en tant qu’Elizabeth Bennet, est assez fidèle au livre car lorsque je le lisais, je revoyais parfaitement les scènes du film et je m’imaginais Elizabeth et Mr Darcy sous les traits des acteurs. J’ai pu constater aussi que certaines répliques étaient fidèles au livre, notamment lorsque le père d’Elizabeth lui fait remarquer qu’il en serait fâché si elle venait à se marier avec Mr Collins.

En bref, Orgueil et préjugés a été pour moi une superbe lecture, j’ai adoré découvrir cette famille quelque peu déjanté, cette fameuse Elizabeth et son Mr Darcy. Je comprends l’engouement pour cet homme qui saura se dévoiler au fur et à mesure de cette histoire et prouver à Elizabeth qu’ils sont faits l’un pour l’autre. Il faut juste prendre son mal en patience mais c’est tellement savoureux, qu’on ne leur en voudra pas ! Un classique, une romance à lire de toute urgence !




Commentaires

  1. Un livre magnifique que je relis toujours avec beaucoup de plaisir ! C'est vrai que le film avec Keira Knightley est très fidèle au livre. La version de 1995 avec Colin Firth et Jennifer Ehle est aussi très réussie !

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Vous êtes bien sur la messagerie écrite de Melisande, veuillez laisser un message après le bip écrit car elle est partie lire !

***biiip***

Posts les plus consultés de ce blog

Piégés entre les murs de la nuit d’Hubert Ben Kemoun (Piégés 2)

Le coeur en braille de Pascal Ruter (Le coeur en braille 1)

En équilibre d'Anne Plichota et Cendrine Wolf (Les 5/5, tome 1)