Seamróg de Béatrice Nicodème (L'Anneau de Claddagh 1)

Quatrième de couverture

Irlande, comté de Galway, 1846. Keira est la fille d’une cuisinière irlandaise, Arthur le fils d’un grand propriétaire anglais. Ils ne devraient pas se rencontrer, et encore moins s’aimer. Mais le destin les réunit, pour très vite les séparer : Keira apprend brutalement qu’Arthur est parti pour New York. Dans un pays ravagé par la famine, Keira peut s’estimer heureuse d’être employée dans une maison où on ne manque de rien. Cependant, le départ d’Arthur est suivi d’autres drames qui bouleversent son existence. Et si une vie meilleure l’attendait, elle aussi, de l’autre côté de l’Atlantique ?

Mon avis

J’étais très curieuse de découvrir ce livre qui allait se dérouler durant la famine qui a terrassé l’Irlande et je dois dire que je n’ai pas été déçue de cette lecture. Je l’ai trouvé bien sympathique, même si j’aurai aimé qu’il y ait un petit peu plus d’action. Je pense que l’on en aura davantage dans le deuxième tome qui promet beaucoup de choses, surtout au vu de la fin de celui-ci.

L’écriture de l’auteure est agréable à lire et fluide de sorte que l’on rentre rapidement dans l’histoire. Je n’en ferai pas de résumé, la 4e de couverture étant suffisamment explicite pour savoir de quoi il s’agit d’autant que les événements arrivent assez vite pour s’en faire une idée. L’histoire est plutôt sympathique, assez classique en soi mais cela fonctionne bien.

J’ai vraiment passé un bon moment en compagnie de Keira et sa mère et cela m’a permis de voyager en Irlande, moi qui rêve d’y aller ! Même s’il faut l’avouer, la période que nous voyons ici ne donne pas vraiment envie de s’y rendre, heureusement que cela a changé. De nombreux termes sont en gaéliques ce qui ajoute un côté ancien à l’histoire et nous plonge vraiment dans l’univers créé par l’auteure.

L’intrigue est bonne et bien menée, même si le rythme est assez lent. C’est pour cela que je disais que j’aurai aimé qu’il y ait plus d’action mais ce premier tome est au final assez introducteur pour découvrir la vie de Keira, celle des domestiques liée à cette famille aristocrate durant le début de la famine qui va causer de nombreux problèmes aux paysans alentour. Nous le découvrons notamment à travers une famille très attachante, celle des Duggan.

Il s’agit ici d’une romance, telle est mis l’accent sur la 4e de couverture et il est vrai que l’on se doute qu’il va y avoir de nombreuses embûches du fait de la différence sociale mais au final ce n’est pas qu’une romance, c’est bien plus que cela car Béatrice Nicodème nous dépeint une société difficile qui doit faire face à la famine et la maladie. Nous voyons donc fortement les contrastes entre les riches et les pauvres. C’est une période sombre de l’histoire de l’Irlande qui a fait de nombreux ravages, entre le manque de nourriture et les maladies, nombres de gens vont mourir ou devoir fuir pour survivre, notamment aller en Amérique.

Keira va être confrontée à des choix qui vont s’avérer plus ou moins difficile. son idylle avec Arthur va la pousser à faire certaines choses qui pourront lui causer du tort mais c’est sans compter la famine qui s’étend peu à peu. elle est vraiment au cœur de cette histoire et de bons nombres de problèmes, pour moi ici l’accent est vraiment mis sur la société, les conditions de vie plutôt que la romance, mais j’espère qu’à ce niveau-là on en aura plus. et évidemment, l’anneau de Claddagh, le nom de la série, n’est pas négligeable, je suis très curieuse de voir si cela va prendre plus d’importance par la suite et de quelle manière.

Les personnages sont attachants, que ce soit Keira ou encore les membres de la famille Duggan. Quant à la mère de Keira, elle cache beaucoup de choses, il est assez difficile de la cerner et on ne peut pas forcément dire que c’est une mère aimante et pourtant… En tout cas c’est un plaisir de voir tout ce monde interagir et j’avais un vrai intérêt à savoir ce qui allait arriver à Keira et ses proches.

En bref, Seamróg est une bonne découverte, j’ai beaucoup aimé cette histoire même si j’attendais un petit peu plus d’action mais je suis certaine que l’on va en avoir davantage dans le deuxième tome car on nous laisse présager des choses ici et je suis très curieuse de découvrir ce que ça va donner. Une fresque historique intéressante que je ne connais pas vraiment puisqu’en dehors de l’existence de cette famine je n’avais jamais rien lu sur le sujet.

En partenariat avec

Commentaires

  1. Un premier tome que je ne connaissais pas du tout mais avec lequel tu m'intrigues :)

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Vous êtes bien sur la messagerie écrite de Melisande, veuillez laisser un message après le bip écrit car elle est partie lire !

***biiip***

Posts les plus consultés de ce blog

Le coeur en braille de Pascal Ruter (Le coeur en braille 1)

Piégés entre les murs de la nuit d’Hubert Ben Kemoun (Piégés 2)

Les contes du chat perché de Marcel Aymé