Amour interdit de Jay Crownover (Bad 1)

Quatrième de couverture

« Je m’appelle Shane Baxter. Mais tout le monde m’appelle Bax. Je suis un voleur.
Vous avez une copine ? Je vous la piquerai. Une belle bagnole tout juste retapée ? Je vous la piquerai. Des appareils électroniques très chers que vous croyez à l'abri dans un coffre ? Je viendrai, et je vous les piquerai, parce que, de toute façon, vous n'en avez pas besoin. »

Le quartier gangréné de vices de The Point tremble. Bax vient de sortir de prison, et son ombre menaçante plane sur tous les habitants. Car il a bien l’intention de se venger pour les cinq années perdues derrière les barreaux. Cinq années sacrifiées au nom de l’amitié, au nom de Race, celui qu’il considérait comme son frère. Mais quand Dovie, une rousse aussi surprenante que déterminée, fait irruption sur son chemin pour l’aider à retrouver Race, les plans de Bax sont perturbés. Les filles, il les enchaîne comme les clopes – vite consommées, vite jetées – mais celle-là lui fait un truc bizarre. Au palpitant. Alors, même s’il sait qu’il joue avec le feu, il décide de la laisser entrer dans sa vie. Une vie de sang et de cendres.



Mon avis

J’ai eu ce livre en avant première en me rendant chez l’éditeur pour une présentation des futures parutions. Je dois dire que lorsqu’on m’a parlé de ce livre, j’ai eu un peu peur, le côté : « Sexe, drogue et rock n’ roll » qui transparait dans l’univers et certain des personnages, ne me tentait pas des masses. Les bad boys oui mais jusqu’à un certain point, le genre de gars comme Bax ne me fait franchement pas rêver. Je dois admettre que j’étais assez sceptique avant de le commencer mais avant de juger un livre sur des a priori, il vaut mieux le lire et voir le contenu directement pour s’en faire une vraie idée.

Je me suis donc lancée dans la lecture du premier tome de Bad : Amour interdit et je dois dire que j’ai plutôt bien aimé. Même si je n’ai pas totalement craqué pour Bax et cette romance (pas comme Ugly love récemment) ce n’est pas si mal et j’ai plutôt passé un bon moment en compagnie de Bax et Dovie. Ce n’est pas un coup de cœur mais cela se laisse lire même si on n’échappe pas à certains clichés et qu’effectivement la série porte bien son nom.

L’histoire est plutôt simple et prévisible par moment mais cela reste efficace. On se laisse emporter par les événements qui s’enchaînent très vite et avec suffisamment d’action pour qu’on n’ait pas le temps de s’ennuyer. Il y a bien sûr des petits moments de pause pour qu’on puisse reprendre notre souffle mais dès les premières pages le ton est donné. Nous sommes plongés au cœur de la violence, des trafics en tout genre, etc. Bienvenue à The Point ! C’est vraiment un univers sombre, dangereux et malsain, le moins que l’on puisse dire c’est que l’auteure a réussi son pari et a su trouver un héros à sa hauteur car il ressemble vraiment à la ville où il a toujours vécu.

Bax est sombre et dangereux, et parfois malsain aussi, mais au moins il en est conscient et sait qu’il ne doit pas s’approcher de la blanche colombe pure et douce qu’est Dovie. Ok, le jeu de mot était facile… a dove en anglais étant une colombe pour information. Bax n’a rien d’un enfant de cœur, il a fait plein de conneries, il vient juste de sortir de prison et est prêt à tout pour comprendre les raisons de son enfermement. Ce n’est pas le genre de garçon à qui on ferait confiance et s’accrocherait, pourtant Dovie va devoir s’en accommoder pour sortir d’un mauvais pas Race, le meilleur ami de Bax.

A cause du côté bad boy trop prononcé dans son aspect le plus mauvais. J’avais peur de ne pas accrocher au personnage, de ne pas l’apprécier et donc de ne pas comprendre le choix de Dovie de rester avec un tel gars pour se mettre en couple. Pas de vrai spoiler là dedans, c’est une romance avant tout, on sait à quoi s’attendre. Je ne vais pas dire que mon avis a totalement changé et que je suis fan mais je dois admettre qu’en grattant un peu la surface on se rend compte qu’il cache de bons côtés. Dovie va lui permettre de les mettre à jour et montrer un aspect plus reluisant. Quand on voit ce qu’il est capable de faire pour des gens qui comptent pour lui, on ne peut pas totalement lui en vouloir et le détester.

Dovie est une jeune femme à la fois forte et fragile. Elle sait ce qu’elle veut, ne lâche pas facilement prise même si elle est totalement terrifiée par ce qui se passe et par la personnalité changeante de Bax. C’est limite parfois s’il n’est pas bipolaire et même elle distingue deux personnalités en lui. C’est assez troublant et personnellement, je rencontre un gars comme ça je fuis. Mais ce n’est pas le but de la manœuvre, l’auteure ayant voulu créer une romance entre une femme bien propre sur elle, trop gentille par rapport à son environnement face à un homme que l’on devrait craindre et éviter à tout prix.

La narration est divisée en alternance entre Bax et Dovie ce qui nous permet d’avoir accès directement aux sentiments de chacun et à leurs pensées. Et au fur et à mesure on voit vraiment un changement s’opérer en Bax, il semble s’adoucir sans pour autant devenir inoffensif. Il restera à jamais marqué par son passé de voyou mais il évolue tout de même et prend conscience de certaines choses et ses relations avec les autres vont aussi prendre un tournant inattendu. Je n’en dis pas plus pour éviter tout spoiler. Quant à Dovie, elle prend de l’assurance et de la petite fille effrayée, une autre femme va émerger. En même temps, le fait d’être au contact de Bax ne peut pas totalement la laisser indemne.

L’écriture de l’auteure est plutôt simple mais adapté par rapport aux personnages. Lorsque Bax prend la parole, c’est un langage plutôt familier voire vulgaire – sans que ce soit trop à outrance – les négations « ne » sont absentes, c’est très oral. Quand il s’agit de Dovie, c’est légèrement plus soutenu, on voit qu’elle a davantage d’éducation que Bax. Mais dans tous les cas, ça reste très simple et l’utilisation du présent donne la sensation d’assister directement à ce qui se passe devant nous, comme si on nous parlait, à nous lecteurs. Cela permet d’être davantage pris à parti dans l’histoire et de nous entraîner dans les ennuis de nos deux protagonistes.

Au final, j’ai bien apprécié cette histoire alors que j’avais peur que ça ne me plaise pas à cause du côté bad boy dans son aspect le plus noir et mauvais. Certes, c’est loin d’être les Bisounours, mais je m’attendais à pire et à ne pas accrocher au personnage de Bax. Je suis curieuse de lire la suite où l’on va retrouver Race comme personnage principal avec une autre jeune femme, mais je n’en dirai pas plus pour éviter tout spoiler, mais on la rencontre d’ores et déjà ici. Une série que je vais suivre car cela a attisé ma curiosité, comme quoi tout est possible.

En partenariat avec

Un livre que vous pouvez 
finir en une journée.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

L'héritière de Bellecombe de Liz Carlyle

Les contes du chat perché de Marcel Aymé