Sortilèges interdits d'Alice Adenot-Meyer

Quatrième de couverture

Pratiquer la magie interdite ?
C'est ce que le comte de Vald exige de Yodim, son nouvel employé. Celui-ci, jeune violoniste fraîchement diplômé de la prestigieuse académie de Dardes, se trouve entraîné dans un tourbillon de plus en plus dangereux.
Lui qui excelle en musicomagie, cet art qui permet d'agir sur une personne grâce à un sort constitué de notes, réussira-t-il à contrer les sombres projets de l'aristocrate ?

Mon avis

Sortilèges interdits est l’histoire de Yodim, jeune violoniste qui excelle aussi dans la musicomagie, un art qui permet, grâce à la musique d’agir sur quelqu’un. Lorsque son nouvel employeur le comte de Vald lui demande d’utiliser ce don à des fins peu recommandable, Yodim ne sait plus quoi faire : exécuter les ordres ou agir selon sa morale ?

Avec une telle histoire, j’étais très curieuse de la découvrir parce que ça promettait quelque chose de bien sympathique. Après lecture, je dois dire que c’était pas mal mais pas totalement ce à quoi je m’attendais. J’imaginais une tout autre ambiance, peut-être plus sombre et glaçante où la musique serait là en permanence. On parle de musique mais je ne l’ai pas vraiment sentie dans les mots ou dans l’action qui se déroulait sous mes yeux. Je trouve cela un peu dommage, à moins que je ne sois passée à côté, car cela reste le sujet principal du livre et est à l’origine de tous les maux.

La musicomagie : la musique comme une arme, c’est un principe génial mais je suis un peu restée sur ma faim parce qu’on ne nous explique pas tout sur cet art quelque peu controversé. Evidemment s’il peut faire le bien, il peut faire également du mal. J’aurai aimé que l’auteure aille plus loin, rentre plus dans les détails autour de cette pratique et là, j’ai senti que c’était un peu en surface. Il m’a manqué quelque chose pour que je sois totalement charmée.

La narration à la troisième personne nous permet de suivre différents groupes de personnages. Alors même si on reste très centré sur Yodim de temps en temps on revoit les anciens camarades de classe et professeurs de l’Académie où il avait fait ses études de musique. Ce changement de point de vue est intéressant, surtout à la fin car cela nous permet de comprendre pourquoi certains personnages arrivent si vite.

L’intrigue en soi est bonne et bien menée et par rapport à ce qui est annoncé en 4e de couverture, on retrouve tous les éléments. Cependant, il m’a manqué un petit truc pour vraiment adhérer à cette histoire qui par moment paraît un peu trop facile et aisée. C’est sympathique à lire mais je n’ai pas trouvé cela extraordinaire d’autant plus qu’un élément m’a vraiment dérangé c’est la période historique dans laquelle on se trouve.

L’histoire se déroule au XIXe siècle mais les personnages ont une manière de parler et d’agir très contemporaine. Il y a donc un décalage et je n’ai pas su passer outre, à chaque fois je me disais qu’il y avait un problème, que ce n’était pas cohérent. De même, filles et garçons dans une même institution de musique à cette époque ? J’en doute. Alors même si l’auteure a créé un univers qui lui soit propre, le fait qu’il y ait une date donnée exacte, on ne peut pas faire comme si c’était totalement imaginaire, on s’ancre obligatoirement à cette même époque en France et donc ça ne va pas. Concernant la petite « romance », j’avoue que là, c’était un peu gros, je n’y ai pas vraiment cru du coup je pense que c’était l’élément de trop. Et quand on voit la fin… à mon avis, et ça ne tient qu’à moi, ce n’était pas nécessaire pour l’histoire.

L’écriture de l’auteure est très agréable à lire et fluide de sorte que j’ai lu assez facilement ce livre. J’ai mis plus ou moins de temps à cause d’un manque de temps de ma part mais il se lit vraiment vite en soi. Une fois rentrée dans l’histoire, les pages défilent toutes seules, même si, comme j’ai pu le montrer, j’ai des petites choses à y redire et qui explique pourquoi je n’ai pas non plus adoré cette histoire.

En bref, Sortilèges interdits est une histoire plaisante, loin du coup de cœur mais l’univers que l’auteure a créé autour de la musique, la musicomagie était intéressant. Je pourrai juste lui reprocher de ne pas avoir davantage approfondi car cela aurait mérité davantage de détails et d’Histoire autour de cette pratique et de créer davantage d’ambiance. Néanmoins, l’intrigue est bonne et bien menée et ce n’était pas désagréable à lire, loin de là. A vous de faire votre propre avis dessus.

En partenariat avec

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

L'héritière de Bellecombe de Liz Carlyle

Les contes du chat perché de Marcel Aymé