Zalim de Carina Rozenfeld (Zalim 1)

Quatrième de couverture

Un royaume d’un autre monde, ressemblant fort à notre Norvège, est en proie à la guerre. Il invoque un démon pour l’aider à gagner, qui choisit alors un hôte humain inconnu. Cet hôte oublie son identité humaine à chaque fois que le démon se réveille et le possède, du coup la personne qui le porte en elle ne sait pas ce qu’elle devient.
Qui est l’hôte ? Va-t-il réussir à prendre le dessus sur le démon pour le maîtriser ?

A PARAÎTRE LE 3 OCTOBRE 2016

Mon avis

Zalim est le nouveau roman de fantasy à paraître de Carina Rozenfeld et je dois dire que ça a été une bonne lecture pour moi. Si j’avais bien aimé les diptyques Phaenix et La Symphonie des abysses dans l’ensemble, je dois dire que ce n’était pas tout à fait à la hauteur de la trilogie Doregon, plus jeunesse, qui m’avait fait connaître l’auteur. Avec Zalim, j’ai retrouvé la patte de l’auteur et l’imagination que j’avais adorée dans cette trilogie.

Zalim raconte l’histoire de deux royaumes voisins Arensdaal et Rakeshin qui sont en guerre depuis des siècles. Une guerre qui dure et qu’Arensdaal semble perdre. Leur seule solution pour y mettre fin est d’invoquer un monstre, un démon vivant dans l’Ether : Zalim. Mais pour cela, il doit prendre possession d’un corps humain, mais sans que l’hôte n’en sache rien. Car lorsque la transformation a lieu, l’hôte ne se souvient de rien et n’est pas conscience de sa présence qui obscurcit son âme et aspire sa vie. Qui sera l’hôte du monstre ? Pourra-t-il contrôler le démon et maîtriser sa soif destructrice ?

L’histoire semble simple mais on voit que cela cache quelque chose de plus grand et des problèmes dont on n’a pas de suite conscience. L’action arrive dès les premières pages, le ton est donné et l’on sait à quoi s’en tenir, la plupart du temps pour la suite. Mais il se peut que nous soyons surpris à certains moments quant à la tournure des événements ce qui n’est pas pour me déplaire, bien au contraire ! Des petits moments de pauses s’immiscent ci et là pour qu’on ait le temps de reprendre notre souffle et que les éléments se mettent doucement en place mais ce n’est pas pour cela qu’il ne se passe rien, bien au contraire. J’ai trouvé le rythme bien composé et ne me suis pas ennuyée un seul instant.

Une bonne partie de l’intrigue repose sur l’identité de l’hôte du démon. Durant un très long moment, pour ne pas dire les ¾ du livre, on ne le sait pas et l’auteur parvient à garder son suspense jusqu’au bout. Même si pour ma part, ça n’a pas été tout à fait le cas. Lors de la présentation de ce livre par l’éditeur, raison qui explique pourquoi je l’ai déjà lu, j’avais eu une petite idée sur l’identité de l’hôte, qui s’est avérée. Avec le peu d’éléments que j’avais, ça me semblait pertinent. Mais, je tiens à dire que les indices dans le livre sont vraiment minces et mon idée reposait plus sur une intuition que sur des éléments concrets pour le prouver. A voir si d’autres que moi le découvrent avant la grande révélation finale et voir si cela semble évident pour tout le monde.

L’écriture de Carina Rozenfeld est toujours aussi agréable à lire et fluide. Elle arrive à nous transporter en un rien de temps dans son monde et a créé quelque chose de suffisamment détaillés pour nous donner une bonne idée de là où l’on met les pieds tout en nous donnant envie d’en savoir plus à ce propos. Le livre n’est pas très long (dans les 300 pages) pourtant l’univers reste assez complet pour un premier tome et on se doute bien qu’il y a encore beaucoup de choses à découvrir. J’ai déjà hâte de lire la suite étant donné les événements. Et le fait que ce soit écrit à la troisième personne, nous permet également de suivre ce qui se passe du côté de l’ennemi : Rakeshin et de voir que de leur côté aussi des choses se mettent en place pour parvenir à renverser le pouvoir à Arensdaal. Cette histoire de démon et d’hôte n’est donc pas le seul élément de l’histoire même si c’est le point central de l’intrigue, d’autres s’y ajoutent pour apporter de l’intérêt.

Quant aux personnages ils sont assez éclectiques dans l’ensemble et ils sauront aussi nous surprendre, que ce soit Elyana, la princesse héritière du royaume d’Arensdaal ou sa sœur Kaia, Ederinn Maley qui supporte tout le poids du monde sur ses épaules ou encore Jad qui vient du royaume de Rakeshin. La plupart des personnages sont attachants et ont un rôle bien particulier à jouer dans cette guerre et je suis très curieuse de voir où l’auteur va nous emmener dans le prochain et dernier tome.

Petite mention pour la couverture que je trouve juste magnifique. Et il est certain que lorsque le livre sortira vraiment, je me le prendrais pour l’avoir dans ma bibliothèque.

En bref, ce premier tome de Zalim est concluant. J’ai beaucoup aimé l’univers créé par Carina Rozenfeld avec ce monstre qui détruit tout sur son passage dès lors qu’on l’invoque. L’intrigue est bonne et bien menée, plutôt simple en soi mais efficace dans le genre. Tout repose essentiellement sur la guerre et la découverte de l’identité de l’hôte qui vous surprendra, ou pas. Les personnages sont attachants et éclectiques, de quoi passer un bon moment avec eux. En tout cas, cela m’a bien rendu curieuse et j’ai hâte de découvrir la suite.

Commentaires

  1. Il me tente beaucoup ! J'apprécie l'auteur et le résumé me plait alors pourquoi hésiter ? ^^

    RépondreSupprimer
  2. Je n,ai pas encore lu de roman de cette auteure, mais je dois avouer que cette couverture me fait trop envie!!! je l'ai noté et j'espère avoir la chance de le découvrir!

    RépondreSupprimer
  3. Haaaa la couverture est magnifique et c'est l'occasion de découvrir l'auteure ! Wish-list direct!

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Vous êtes bien sur la messagerie écrite de Melisande, veuillez laisser un message après le bip écrit car elle est partie lire !

***biiip***

Posts les plus consultés de ce blog

Le coeur en braille de Pascal Ruter (Le coeur en braille 1)

Piégés entre les murs de la nuit d’Hubert Ben Kemoun (Piégés 2)

Les contes du chat perché de Marcel Aymé