Ne m’appelez pas Blanche-Neige de Gally Lauteur

Quatrième de couverture

Qui a dit que la vie était un conte de fées ? Lorsqu’on est trahie par sa meilleure amie, difficile d’y croire. Sous le choc, Blanche, 18 ans, préfère s’enfuir dans la nuit parisienne, entraînée par de mystérieux fêtards rencontrés sur le réseau social le plus populaire du moment. Si la magie devient virale, une princesse peut-elle s’en sortir avec pour seules armes : sa répartie et son téléphone ? Oserez-vous croquer cette pomme d’amour et découvrir le cœur des princes de votre entourage ?

Mon avis

Ne m’appelez pas Blanche-Neige est un nouveau roman en lien avec les contes, notamment celui de Blanche-Neige, quoi de mieux pour ma table dédiée aux contes, détournements et réécritures sur mon lieu de travail ? J’ai donc voulu découvrir ce livre pour voir ce que cela donnait… Et le résultat n’est pas brillant… J’ai été très déçue, je m’attendais à quelque chose de très différents, c’est bien dommage parce que le sujet aurait pu être intéressant…

Je ne ferai pas de résumé de l’histoire, la 4e de couverture étant suffisamment explicite pour savoir à quoi s’en tenir, sans compter le fait que les événements arrivent assez vite pour s’en rendre compte. Je ne peux pas reprocher cela à l’auteur, l’intrigue commence vraiment dès les premières pages, nous plongeons directement dans les problèmes de Blanche qui s’enfuit en pleine nuit après avoir découvert la trahison de sa meilleure amie. Mais à partir de là… j’ai été un peu de désillusion en désillusion…

L’écriture de l’auteur est plutôt simple. J’ai lu ce livre juste après Marquise de Joanne Richoux et pour le coup, il n’y a pas photo… la qualité d’écriture n’est vraiment pas la même donc je venais de quitter un très bon livre, aussi bien pour son écriture que pour l’intrigue, pour arriver sur celui-là qui ne m’a pas emballé…

Ensuite, je pensais qu’on serait plus dans la réécriture et que, malgré le côté très moderne de l’histoire, on retrouverait l’aspect du conte de Blanche-Neige et ce n’est pas vraiment le cas. Du moins pas comme je l’entendais. Je pensais que ça serait quelque chose comme Sortilège d’Alex Flinn ou encore les Chroniques Lunaires de Marissa Meyer. On reprend la trame du conte et on ajoute de nouveaux éléments et on y fait des modifications pour moderniser le conte, ce n’est pas le cas ici. Ce n’est que par touche, en dehors du prénom de l’héroïne que l’on déforme, que l’on revoit certains passages et j’avoue que sans les titres des chapitres, on ne reconnaîtrait encore moins de choses du conte…

L’idée de base était intéressante mais pas suffisamment exploitée pour moi. Il y a un côté naïf et niais à l’histoire du coup ça ne passait pas pour moi. Et quand on voit le projet auquel va participer Blanche, franchement c’est une blague… J’ai levé les yeux au ciel et me dit qu’un truc pareil ne pouvait être qu’une mauvaise idée, très mauvaise…

L’auteur veut jouer sur du suspense en cachant le passé de certains personnages, à attirer notre curiosité sur certains faits, mais aucune explication n’arrive, donc j’étais curieuse même si par moment ça m’agaçait de ne pas avoir plus d’informations à ce sujet. Et lorsqu’on en apprend plus, là j’ai levé les yeux au ciel et ça m’a encore plus énervé parce que franchement, déjà que je n’appréciais pas spécialement ce personnage mais alors là, c’était encore pire à la fin… Non, face à ça, je ne peux pas être attendrie et le plaindre, vraiment pas…

Quant aux personnages, ils ne relèvent pas vraiment le niveau… Je n’ai pas aimé l’héroïne, je la trouvais pleurnicheuse et agaçante. Elle manquait d’intérêt à mes yeux du coup c’est difficile de s’intéresser à son histoire et ses problèmes dans ces cas-là. Je peux plus facilement pardonner une intrigue un peu faible si les personnages sont superbes et irréprochables. Je parle dans les détails, les caractéristiques, la profondeur et non leur bon sens éthique, car un méchant peut être sublime mais horrible à la fois pour ses actes. Or ici ce n’est pas le cas…

Les personnages secondaires le sont trop, ils manquent de profondeurs alors même que les personnalités se voulaient « marquées », vu qu’on les présente d’une certaine manière dans ce « conte » mais ça n’a pas fonctionné pour moi. Certains étaient plutôt agaçants et j’aurai vu un autre couple pour le final de cette histoire, ça aurait été plus intéressant à mes yeux… Mais ce n’est pas moi qui fais le scénario donc…

En bref, Ne m’appelez pas Blanche-Neige est une déception pour moi, je m’attendais tellement à autre chose, une « vraie » réécriture de conte alors que ce n’est pas vraiment le cas ici. On retrouve certes certaines allusions mais pas vraiment le conte pour moi et si l’idée de base était intéressante, je ne l’ai pas trouvée bien exploitée. Les personnages ne m’ont pas spécialement plu, j’ai trouvé l’héroïne énervante et pleurnicheuse et le « prince » de l’histoire m’agaçait plutôt qu’autre chose donc… Je suis passée à côté de ce livre, c’est dommage parce que le pitch était prometteur et la couverture plutôt réussie.

Commentaires

  1. Dommage... je vais continuer à lire des avis afin de voir ce que les blogueurs en pensent et je prendrai ma décision par la suite. Mais pour le moment, il m'intrigue !

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Vous êtes bien sur la messagerie écrite de Melisande, veuillez laisser un message après le bip écrit car elle est partie lire !

***biiip***

Posts les plus consultés de ce blog

Piégés entre les murs de la nuit d’Hubert Ben Kemoun (Piégés 2)

Le coeur en braille de Pascal Ruter (Le coeur en braille 1)

Les contes du chat perché de Marcel Aymé