Et tu périras par le feu de Karen Rose (Chicago 5)

Quatrième de couverture

Hantée par une enfance dominée par un père brutal – que son entourage considérait comme un homme sans histoire et un flic exemplaire –, murée dans le silence sur ce passé qui l’a brisée affectivement, l’inspecteur Mia Mitchell, de la brigade des Homicides, cache sous des dehors rudes et sarcastiques une femme secrète, vulnérable, pour qui seule compte sa vocation de policier. De retour dans sa brigade après avoir été blessée par balle, elle doit accepter de coopérer avec un nouvel équipier, le lieutenant Reed Solliday, sur une enquête qui s’annonce particulièrement difficile : en l’espace de quelques jours, plusieurs victimes sont mortes assassinées dans des conditions atroces. Le meurtrier ne s’est pas contenté de les violer et de les torturer : il les a fait périr par le feu…
Alors que l’enquête commence, ni Mia ni Reed, ne mesurent à quel point le danger va se rapprocher d’eux, au point de les contraindre à cohabiter pour se protéger eux-mêmes, et protéger ceux qu’ils aiment…

Mon avis

Et tu périras par le feu est le 5e tome de la série Chicago de Karen Rose. A savoir que le 4e tome n’a pas été réédité (Le lys rouge qui met en scène Tess et Aidan), j’espère qu’ils le feront, ça m’embête d’avoir « raté » un volume. Après comme à chaque fois on change de couple et de type d’enquête ça n’est pas trop gênant mais j’aime bien lire dans la continuité les séries. Après il faut savoir que les livres de Karen Rose s’entrecroisent tout le temps, plusieurs villes mais un même univers donc les personnages secondaires d’un côté deviennent les principaux de l’autre.

Bref, ici nous retournons à Chicago auprès de Mia Mitchell, l’équipière d’Abe (voir Dors bien cette nuit, le tome 2 de la série) qui revient après avoir été blessé par balle sur une nouvelle enquête qui concerne un pyromane, en collaboration avec Reed Solliday, un fire marshall. Evidemment, comme dans tous les livres de Karen Rose, on a un côté le thriller et l’enquête policière et de l’autre, la partie romance.

Comme dans chacun des livres de Karen Rose, l’intrigue est bonne et bien menée. C’est haletant et prenant. J’aime beaucoup ces livres, après je reconnais que si on les lit à la suite, il y a un côté redondant, on retrouve le même type de schéma mais un de temps en temps ça fait du bien c’est agréable. Je passe toujours un excellent moment en compagnie de ses personnages donc je ne vais pas m’en plaindre !

Comme d’habitude, on suit toujours différents points de vue, ceux du « couple », en l’occurrence Mia et Reed ici et le tueur dont on ignore totalement l’identité. Même si au fur et à mesure de l’histoire, on en apprend plus sur lui et ses motivations, l’identité reste un mystère pendant une grosse partie de l’histoire et ça c’est génial. J’avoue que je n’avais pas du tout pensé à lui, Karen Rose sait y faire pour maintenir le suspense et nous donner envie d’en savoir plus. Les pages défilent sans qu’on ne s’en rende compte pour nous amener à la révélation finale. Et vu que j’avais ce livre durant mon périple vers les studios Harry Potter, autant vous dire que j’avais pas mal de temps devant moi pour dévorer ce livre qui n’aura pas fait long feu (même pas deux jours). Ça se dévore sans fin, même si je dois dire qu’ici l’auteur est allée assez loin. Certains passages étaient bien glauques, ça m’a fait mal au cœur d’imaginer tout ça…

Le couple présent ici a des blessures, de profondes, si bien qu’ils ne semblent pas être en mesure de refaire leur vie et d’être en couple. Et pourtant on va voir au fur et à mesure qu’ils sont vraiment faits l’un pour l’autre, qu’ils peuvent se compléter et se comprendre par bien des manières. Sans compter que l’alchimie est là, et contre ça, on n’y peut rien !

Mia est une battante et à travers d’autres livres, on a pu voir à quelle point elle a la tête dure. Elle est déterminée et aime tout contrôler. Elle a également ses secrets et elle est prête à tout pour les cacher, seulement il arrive à un moment où cela devient de plus en plus difficile à tout dissimuler quand ses mondes, sa vie professionnelle et sa vie personnelle entre en collision pour le meilleur comme le pire. C’est une femme intéressante à laquelle on ne peut que s’attacher, elle est sympathique, même si ses airs durs et sarcastiques, on voit qu’elle a grand cœur. C’est juste qu’elle a trop souffert et qu’elle ne veut pas se dévoiler totalement, en même temps, on peut la comprendre.

Quant à Reed, il est super, c’est un personnage que je découvre pour la première fois ici et c’est quelqu’un de bien qui ne peut qu’aller avec Mia. Deux fortes têtes avec chacun ses failles, ils se complètent vraiment bien, même si tous les deux se voilent totalement la face quant à leur sentiment. Mais c’est un vrai challenge et Karen Rose y réussit bien. Reed n’a pas eu une vie facile et ça, on le découvre à mesure de cette histoire et on ne peut que s’attacher à lui et compatir à sa douleur. Mais il aura su dépasser tout ça, en grande partie même s’il y a encore du chemin à faire. Un certain passage qui concerne sa fille m’a fait mal au cœur…

En bref, Et tu périras par le feu est un roman prenant qui m’aura tenu en haleine tout du long. J’avais envie de découvrir pourquoi cet homme s’en prenait à ses femmes, avoir toutes les carte en main, et espérer que tout cela prenne fin rapidement. Quant au couple réuni ici il est superbe. Mia et Reed se complètent parfaitement, cela n’a pas été simple, leur caractère et leurs attentes étant bien spécifiques au début, ce n’était pas gagné ! Mais parfois, il faut savoir changer les règles du jeu pour le bien de tous… Si vous ne connaissez pas les livres de Karen Rose, il est toujours temps de s’y mettre !

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Les contes du chat perché de Marcel Aymé

La Belle Sauvage de Philip Pullman (La Trilogie de la Poussière 1)

Un jour, je serai pompier de Quentin Gréban

Skiddy, mon ami imaginaire de Katherine Applegate

Sans raison apparente de Charlotte Bousquet