La fuite de Cate Tiernan (Immortels 1)

Quatrième de couverture

La nuit dernière, tout mon univers s’est écroulé. Et j’ai dû mettre les voiles. Disparaître. Incy est allé trop loin. Lui, mon meilleur ami, celui avec qui j’ai fait les quatre cents coups. D’habitude, je ne donne pas dans le sentiment. Mais cette fois c’est différent. Il n’avait pas le droit d’agresser ce type sans raison. Et surtout, jamais il n’aurait dû voir cette marque dans mon cou, que je cache depuis des siècles. Parce que j’ai oublié de vous dire : j’ai 459 ans.
Voilà comment je me retrouve à River’sEdge. Vous m’imaginez, moi dans un centre de redressement pour immortels qui veulent filer droit ? Passer mes journées à avoir des pensées positives et une alimentation équilibrée… très peu pour moi. Pourtant je dois rester. Je le sens. Ce type, Reyn, je l’ai déjà croisé quelque part, j’en suis sûre. Mais où ? Et quand ?

Mon avis

A la base, je n’étais pas forcément emballée pour ce livre, déjà la couverture me paraissait étrange et la quatrième de couverture ne m’attirait pas plus que ça. Mais j’ai eu de bon retour sur ce livre et vu que j’avais beaucoup apprécié l’autre série de Tiernan (Wicca) et qu’en plus ce livre était plus mature, je me suis lancée.
Alors je tiens à dire que je ne regrette pas ma lecture, mais je préfère quand même Wicca, car je trouve ici qu’il manque quelque chose, mais je reviendrais dessus après.

Le moins que l’on puisse dire c’est que le problème surgit dès les premières pages. Alors que Nastasya est avec sa bande de copains, à moitié ivre (pour la plupart) dans un taxi pour se rendre à un bar. Jusque là, rien d’exceptionnel, sauf qu’on apprend rapidement qu’ils sont tous des immortels. On n’a pas spécifiquement d’informations dessus, mais ils ont des pouvoirs et cela on le voit rapidement car l’un deux : Incy (Innocencio) s’en sert contre le chauffeur, lui brisant la colonne vertébrale (tétraplégique à vie). Nastasya prend peu à peu conscience de ce que son meilleur ami a fait, de son acte et elle commence à se poser des questions. C’est pourquoi elle décide de fuir car elle ne reconnaît plus son meilleur ami, celui qui l’a toujours accompagné pendant toutes ces années (je pourrais même dire siècles). C’est alors que l’on suit Nastasya, Nastya, alors qu’elle quitte le pays, pour aller aux Etats-Unis. Pendant sa fuite, on voit des passages de sa vie (remontant à plusieurs siècles, n’oublions pas qu’elle a 459 ans). Dans l’un d’eux, elle se souvint d’une femme, River, qu’elle va finir par vouloir retrouver. Voilà comment elle se retrouve à River’sEdge, une sorte « d’école » pour réapprendre à vivre, où il y a quelques professeurs et étudiants. Elle ne se sent pas à sa place et sa rencontre avec Reyn, la pousse à s’en aller et pourtant… Plus elle le voit et plus elle se pose des questions à son sujet, l’intriguant et l’attirant de plus en plus.

Pendant la moitié du livre, elle nous raconte donc sa fuite, son arrivée à River’sEdge et les taches qu’elle fait là bas pour changer de vie. Ainsi il ne se passe pas tant de choses que ça mais c’est quand même intéressant. Dans la deuxième partie du livre, on en apprend un peu plus sur chacun, sur Nastya, mais on a également des révélations sur ce qu’ils sont. On a quelques réponses sur les Immortels que Nastya n’étaient pas en mesure de raconter car elle ignore beaucoup de choses (normal avec son passé, on ne peut que le comprendre).

Alors si vous cherchez à lire un livre avec plein d’actions toutes les deux pages, n’ouvrez pas ce livre, vous risquez de vous ennuyer à mourir. Je ne dis pas qu’il ne se passe rien, mais que l’Action avec un grand A, du genre bataille magique, course contre la montre et cie ne sont pas au programme de ce livre. L’histoire se centre davantage sur le passé de Nastya – que j’ai trouvé assez intéressant et qui nous permet de mieux comprendre le personnage, ce qu’elle a vécu et pourquoi elle en est arrivé là. Mais en même temps, cela lui fait prendre conscience de sa vie et on a là toute une réflexion. Le livre tourne beaucoup autour de ça, d’une quête d’identité. Après toutes ces années / ces siècles, Nastya s’est perdue quelque part et le but de cette « école » est de lui redonner un sens. Lorsque vous vivez des siècles, il y a des choses qui n’en ont plus, car la vie passe rapidement et que les années finissent par finir en siècles et que ça devient la même chose pour Nastya. Sa vie a été difficile, on s’en rend bien compte, mais son comportement des dernières années n’est pas des plus remarquables et au cours du livre, elle s’en rend bien compte et désire changer de vie. On voit là une bonne évolution dans son personnage. Nastya peut être exaspérante pour certains, mais moi je trouve qu’elle est tout simplement perdue et qu’elle a besoin d’aide. La narration est assez intéressante parce qu’elle émet parfois des petites réflexions sur sa propre vie qui font sourire mais on voit qu’elle tente de prendre sur elle, de travailler.

L’autre personnage intéressant et important est évidemment Reyn, que l’on découvre assez rapidement finalement et on se pose plein de questions sur lui. on essaye comme Nastya, à travers ses souvenirs, de comprendre en quoi il peut lui être familier même s’il dit le contraire. Elle a le sentiment de l’avoir déjà rencontré (en 4 siècles, il y a de quoi faire), mais ne sait plus. River, la femme qui dirige River’sEdge, est attachante, on voit qu’elle veut les aider, aider Nastya même si cette dernière n’en prend pas conscience tout de suite. Elle est toujours là, pour elle, pour la rassurer et lui expliquer les choses, même si elle ne le dit pas toujours directement. Elle laisse son élève réfléchir et comprendre par elle-même, même si cela exaspère Nastya. C’est un personnage très intéressant je trouve et qui n’a pas fini de nous dévoiler tous ces mystères j’en suis sûre.

Même s’il n’y a pas énormément d’action, j’ai tout de même apprécié ce livre, car on voit que ça pose les bases d’une bonne histoire. On a beaucoup de questions sans réponses ici, et je suis sûre qu’on en apprendra plus dans le prochain tome. Il y a beaucoup de non-dits et de choses mystérieuses autour de Nastya, de son passé, tout comme Reyn d’ailleurs. On a envie de découvrir cela et par ailleurs, la relation entre les deux personnages est des plus intéressantes, compliquée, mais intéressante quand même. En plus, je dois avouer que ce livre de livre me plaît parce qu’on a affaire ici à des immortels, oui, mais surtout à des êtres pourvus et magie et ça, c’est mon rayon. J’adore les histoires qui touchent à la magie, sorcellerie, ce genre de choses (faut dire que je suis entrée dans la fantasy avec ce genre de personnages là, je trouve ça plus intéressants que des loups-garous ou des vampires, eh oui, chacun son truc même si j’apprécie aussi ces deux types de créatures, quand il y a des « sorciers / mages » bah ça me passionne bien plus). La magie est complexe ici et au cœur de l’histoire évidemment et on en apprend un peu plus à chaque page et on voit que Nastya n’est pas comme toutes les immortels. Le tout est de bien savoir en quoi et pour le moment… on ne sait pas tout. Je ne vais pas développer la magie, ou type de personnages que l’on peut trouver sans quoi ça ne vous laissera pas le plaisir de le découvrir… mais j’aime beaucoup cet univers créé par Cate Tiernan, donc ce sera avec plaisirs que je me plongerai dans le prochain tome.

Il est vrai que ce texte est plus mature que Wicca, on sent ça en partie « à cause » du personnage. Nastya a quand même 459 ans (même si elle a l’apparence d’une ado de 17 ans), alors que Morgan n’en a que 16 ou quelque chose du genre, donc forcément ça joue. Mais le comportement de Nastya est relativement proche d’une ado, dont elle a l’apparence. J’ai préféré Wicca car il y a plus d’action, mais il faut dire que le livre que j’ai lu, comporte en vérité 3 tomes (cf la VO). Donc en fait, c’est la manière de faire de Cate Tiernan, de s’attarder sur certaines choses, de prendre du temps (même si cela peut ennuyer certaines personnes) et de ne pas avoir de Grandes Actions, mais cela reste tout de même intéressant. Je pense que dans les prochains tomes de cette série, on en aura plus et que ce sera plus dynamique.

Voilà, en somme c’est un 1er tome très intéressant, même s’il ne se passe pas tant de choses que ça, mais ça met bien en place l’univers, la « quête » de Nastya et nous pose plein de questions et de problèmes à venir. Et je dois dire que la fin est assez marrante quand même. Ça m’a bien fait sourire (il est étonnant de constater que certaines personnes ne gardent en tête que certains faits dans une histoire…).

Commentaires

  1. Comme toi, je préfère Wicca. Mais c'est sympa à lire.

    RépondreSupprimer
  2. J'ai bien aimé cette série. Pour moi, un vrai régal !!

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Vous êtes bien sur la messagerie écrite de Melisande, veuillez laisser un message après le bip écrit car elle est partie lire !

***biiip***

Posts les plus consultés de ce blog

Les âmes perdues de Cassandra O’Donnell (Le Monde Secret de Sombreterre 3)

Itinéraires Bis de Marie-Hélène Marathée

Jack et le bureau secret de James R. Hannibal (Section 13, tome 1)