Rechercher dans ce blog

23/05/2019

Le Parfum de la Trahison d'Erin Beaty (La Couleur du Mensonge 2)

Quatrième de couverture

Ayant prouvé sa valeur en tant qu’espionne et entremetteuse prodige, Sage Fowler est désormais bien introduite dans la haute société grâce à son titre de préceptrice des filles du roi. Quand elle apprend qu’une expédition secrète se prépare, elle saisit cette chance de servir une fois de plus son royaume – et de retrouver par la même occasion l’homme qui est désormais son fiancé, le capitaine Alexander Quinn. Chargée de l’éducation du prince Nicholas, elle observe avec beaucoup d’intérêt la toute nouvelle unité d’élite. Mais l’audace de la jeune fille n’est pas du goût d’Alexander, et leurs relations s’enveniment…
Quand le capitaine, poussé par des raisons connues de lui seul, franchit la frontière voisine au risque de créer un grave incident diplomatique, tout bascule. Sage n’a plus le choix : avec pour seules ressources son don pour les langues et une connaissance approfondie de l’adversaire acquise à la capitale en qualité d’espionne personnelle de la reine, elle doit trouver le moyen d’éviter une nouvelle guerre…

Mon avis

Après avoir lu Féroce, le 2e tome de Lena Wilder, je me suis lancée dans le 2e tome de La Couleur du Mensonge, cela fait un moment qu’il est dans ma PAL, il était temps que je me mette à jour dans les séries que je suis. C’est bien de lire les nouveautés, mais continuer ou terminer les séries c’est encore mieux.

J’avais beaucoup aimé le premier tome donc j’étais très curieuse de lire cette suite et je dois dire que je ne suis pas déçue du voyage. J’avais tellement envie de savoir ce qui allait se passer que je n’ai pas pu m’empêcher de lire ce livre presque d’une traite, dans la journée tant j’étais happée par les événements. Un très bon 2e tome que je vous conseille vivement. J’ai hâte de lire le prochain tome (qui devrait sortir en août, d’après ce que j’ai pu voir, à confirmer).

Je ne ferai pas de résumé de l’histoire, la 4e de couverture étant suffisamment explicite pour savoir de quoi il s’agit d’autant que les événements arrivent assez vite pour s’en rendre compte. Très honnêtement, je ne lis plus les 4e de couverture des suites que je lis, on ne sait jamais s’il y a des spoilers et puis, si on a aimé un premier tome, ça ne sert à rien de savoir à l’avance ce qu’on va découvrir. Ainsi, je me suis totalement laisser emporter par la plume de l’autrice et j’ai suivi avec grande attention cette nouvelle aventure qui est juste superbe. Une suite à la hauteur du premier, j’ai beaucoup aimé cette histoire, même si elle m’en a fait voir de toutes les couleurs…

Étant donné la fin du premier tome, qui aurait pu se suffire à lui-même, je me demandais comment l’autrice allait rebondir, ce qu’elle allait nous proposer et je dois dire qu’elle a réussi à renouveler son récit et approfondir son univers. Si comme moi vous aimez les romans de Fantasy avec son lot d’intrigues politiques vous en serez ravis avec cette série terriblement efficace dans le genre avec des personnages hauts en couleur qui ne peuvent pas nous laisser indifférents.

On suit par alternance plusieurs groupes de personnages, à savoir d’un côté Sage, de l’autre Alex mais aussi un 3e personnage dont je tairai le nom. Si pendant une partie, Sage et Alex se retrouvent ensemble, pendant une grosse majorité, surtout vers le milieu, chacun est de son côté, sans savoir ce qu’il est advenu de l’autre. Autant vous dire que la tension ne fait que naître dans ces cas-là car on peut craindre le pire… Le fait qu’on alterne les points de vue permet de créer plus de suspense, des effets de surprises et aussi de nous en apprendre plus sur ce qui se passe, alors même que les personnages ignorent tout et ne font que découvrir au fur et à mesure.

Mais cela n’empêche pas le fait que l’autrice nous cache beaucoup de choses et mène parfaitement sa barque pour nous mener là où elle le souhaite sans savoir avant LE moment ce qui se passe. J’étais loin de me douter de ce que j’allais découvrir dans cette histoire et ça fait du bien de se laisser avoir et porter par le récit. J’ai beaucoup aimé l’histoire qui est prenante et haletante, il se passe sans arrêt quelque chose au point que l’on n’a pas vraiment le temps de reprendre notre souffle. Et même dans les moments les plus « calmes », des éléments nous parviennent et s’imbriquent pour nous faire comprendre ce qui est en train de se passer.

Erin Beaty joue avec nous et nous malmène autant que ses personnages. Par moment, ça a été l’ascenseur émotionnel et jusqu’au bout on craint pour les personnages. Sage est fidèle à elle-même, elle est très intelligente et grâce aux quelques indices qu’elle a pu glaner ici et là, elle a très vite compris ce qu’il en était. Difficile dans ces conditions de lui cacher quoi que ce soit et cela agace Alex qui est prêt à tout pour la tenir éloigner de tout ça, pour la protéger. Mais Sage ne l’entend pas de cette oreille.

Évidemment, leur comportement va les éloigner l’un de l’autre, faute de communication… Comme souvent dans ce genre de situation / roman. Mais c’est aussi ce qui fait tout l’intérêt, si tout allait bien dans le meilleur des mondes ça se saurait et l’histoire serait bien fade. Il faut l’avouer, on aime bien quand il y a des drames, quitte à avoir quelques serrements de cœur. Quand on ressent certaines émotions, cela veut dire que le contrat est rempli et que le livre est bon, très bon même. Même si ça peut agacer par moment…

De nouveaux personnages entrent en scène, on en apprend davantage sur ceux que l’on avait pu rencontrer dans le tome précédent. Autant de personnages auxquels on s’attache et dont on veut en savoir plus. En espérant que tout finisse par rentrer dans l’ordre, d’une manière ou d’une autre.

En bref, Le Parfum de la trahison est une suite à la hauteur du premier. L’intrigue est excellente avec tous ces jeux de pouvoirs, ces manipulations qui nous font prendre conscience des enjeux politiques. L’action est omniprésente au point que l’on ne peut pas s’ennuyer un seul instant, avec des rebondissements et révélations qui nous serrent le cœur. Mais cette histoire n’aurait pas la même saveur sans les personnages qui ne peuvent que nous toucher et nous donner envie d’en savoir plus sur eux. Une série que je vous conseille grandement et dont il me tarde de lire le dernier tome. J’ai hâte de voir ce qu’Erin Beaty nous réserve pour le final !

22/05/2019

Féroce de Johan Heliot (Lena Wilder 2)

Quatrième de couverture

— Tu as conscience que ça pue le piège à plein nez ?
J’ai soupiré. C’est évidemment la première chose à laquelle j’avais pensé. Gerry se montrait encore plus soupçonneux depuis que j’avais fini de lui raconter mon "entretien" avec l’ancien de la Horde.
— Mais si Jared lui a dit la vérité à propos de ce village secret... Je ne peux pas laisser passer une occasion pareille d’en découvrir plus sur mon espèce, ma famille.
— Tu as déjà une famille, ici. Une mère. Des amis, des gens qui t’aiment.
— S’il y a une seule chance pour que ce village existe, je dois la saisir.
— Qu’est-ce que tu espères trouver là-bas, Lena ?

Nouvelle Alpha de la Horde, Lena s’embarque avec ses amis dans un périple mouvementé qui la conduira à la découverte de ses origines, dans un village secret au nord du pays. Mais ses ennemis la traquent. Qu’adviendra-t-il s’ils découvrent avant elle l’existence de cette ancienne lignée ?

Mon avis

Après avoir lu L’Ensorceleuse, le tome 3 de L’Anti-Magicien, je me suis lancée dans ce 2e tome de Lena Wilder, il était temps que je termine ce diptyque depuis le temps que j’ai lu le premier tome. Je dois dire que c’est une série plutôt intéressante qui change de ce qu’on peut trouver dans le genre.

Lorsque j’avais commencé le premier tome, je ne savais pas à quoi m’attendre et en le terminant, je dois dire que j’étais à des lieux d’imaginer ce que cette histoire allait nous dévoiler. C’est donc une belle surprise, pas une histoire coup de cœur pour moi, je l’admets, mais ça reste une lecture intéressante, une lecture sans prise de tête avec son lot d’aventure et de problèmes. De quoi passer un bon moment et honnêtement, c’est tout ce qui m’importe.

Je ne ferai pas de résumé de l’histoire, la 4e de couverture étant suffisamment explicite pour savoir de quoi il s’agit d’autant que les événements arrivent assez vite pour s’en rendre compte. Il m’a fallu un peu de temps pour me remettre dans le bain, cela fait longtemps que j’avais lu le premier tome, mais c’est revenu assez vite et j’ai pu poursuivre cette lecture qui ne m’aura pas fait long feu. Juste le temps d’une soirée et c’était terminé. J’avais envie de savoir ce qui allait arriver aux personnages et plus j’avançais et plus je craignais pour eux.

L’intrigue est bonne et bien menée, on suit la nouvelle existence de Lena en tant qu’alpha de la Horde, sa relation avec Gerry et sa meilleure amie Lucinda. Mais très rapidement, Lena va se retrouver face à un dilemme, mais ne pouvant pas abandonner les siens et elle va se lancer dans une aventure qui risque de changer l’avenir de la Horde. Une quête qui va la mener à en savoir plus sur ses origines, et elle était loin de s’imaginer ce qu’elle allait trouver en s’engageant dans le Nord. L’histoire est bonne, c’est prenant, on suit avec curiosité cette quête qui va s’avérer plus dangereuse que prévue. Il y a pas mal d’action et de rebondissements, même si on a le plus gros condensé sur la fin du roman. Mais ce n’est pas gênant, ça va crescendo, comme pour le premier tome et cela reste une bonne histoire efficace dans le genre.

C’est un univers vraiment intéressant, on a ici une revisite du mythe du loup-garou mais ça n’a rien à voir avec ce qu’on peut lire d’habitude dans le genre. Il n’est pas question de vrais loups, rien de très « glamour » là-dedans, et à travers cette histoire, on va mieux comprendre les origines des sauvagus et ce que cherchait à faire son père. Mais on va également découvrir l’envers du décor et il est loin d’être reluisant. J’étais loin d’imaginer tout ça lorsque je me suis lancée dans cette série qui est plutôt surprenante à ce niveau.

En bref, Féroce est un 2e tome à la hauteur du premier. C’était bien sympathique, même si je suis loin du coup de cœur cela reste une lecture plaisante et intéressante. L’univers est original, l’intrigue est bonne et bien menée avec son lot d’action et de problèmes. C’est efficace dans le genre et on passe un très bon moment de lecture. Les personnages sont attachants et vont devoir faire preuve de courage et de sang-froid. Mais heureusement pour Lena, elle est bien entourée et saura faire face à toutes les situations.

21/05/2019

Montée magique d'Ilona Andrews (Kate Daniels 6)

Quatrième de couverture

La mercenaire Kate Daniels et son compagnon Curran, le Seigneur des Bêtes, se démènent pour résoudre une nouvelle crise déchirante. Incapables de contrôler leur bête, de nombreux enfants métamorphes de la Meute ne survivent pas à leur première transformation et n’atteignent pas l’âge adulte. Il y a bien un remède qui pourrait les aider, mais le secret de sa fabrication est jalousement gardé par les clans européens et peu de doses sont disponibles à Atlanta.
Kate ne supporte pas de voir souffrir des innocents. Pourtant, la solution qu’elle et Curran ont trouvée promet d’être encore plus douloureuse. Les métamorphes européens, qui ont déjà essayé de manipuler le Seigneur des Bêtes par le passé, lui ont demandé d’arbitrer un conflit en échange du fameux remède. Comme la survie de la jeune génération et le futur de la Meute sont en jeu, Kate et Curran savent qu’ils doivent accepter la proposition... Mais il ne fait aucun doute qu’ils se dirigent tout droit dans la gueule du loup.

Mon avis

Ma commande étant enfin arrivée au boulot, je n’ai pas attendu très longtemps pour me pencher sur ce 6e tome de Kate Daniels. À peine ma précédente lecture terminée (aka Le Tyran des Songes), je n’ai pas résisté, bien que l’heure soit tardive, à commencer Montée magique que j’ai adoré. Avec Kate Daniels, désormais, je sais que c’est une valeur sûre, de quoi passer un excellent moment de lecture et je dois dire qu’avec ce tome, on en voit des vertes et des pas mûres… bref, si vous ne connaissez pas encore cette série, il va falloir s’y mettre les gens ! Car contrairement à certaines séries d’Urban Fantasy, celle-ci se bonifie avec le temps. Je ne suis pas prête à dire au revoir à Kate si tous les prochains tomes sont dans la même veine.

Je ne ferai pas de résumé de l’histoire, la 4e de couverture étant suffisamment explicite pour savoir de quoi il s’agit d’autant que les événements arrivent assez vite pour s’en rendre compte. Et très honnêtement, maintenant, je ne cherche même plus à savoir de quoi ça parle, je me laisse totalement emporter par le récit et fait une confiance aveugle dans les auteurs. Et je n’en suis pas déçue puisque ce tome est vraiment très bon, il nous apprend pas mal de choses sur l’univers, sur certains personnages, dont de nouveaux qui font leur apparition ici. Autant de bonnes promesses pour la suite.

J’étais tellement happée dans l’histoire, que je ne voulais pas lâcher ce roman. C’est quand même bête, autant d’attente (des mois, et même des années pour moi) pour lire ce nouveau roman inédit et il est lu dans la journée… Je n’ai pas pu m’en empêcher, je voulais savoir ce qui allait arriver à Kate et Curran.

Dès les premières pages, le ton est donné, et là, on ne peut craindre pour la suite. Je ne pouvais pas en rester là et m’endormir sur cette note, ce n’était pas possible. Les auteurs jouent sur la corde sensible et nous captent en deux secondes et c’est ainsi que les pages ont défilé sans que je ne m’en rende compte. L’intrigue démarre au quart de tour, tout finit par se mettre en place assez rapidement et Kate et Curran se retrouvent de l’autre côté, du monde, en Europe dans un traquenard, le pire c’est qu’ils en ont conscience mais évidemment, ils vont y aller pour essayer de comprendre pourquoi… Je peux vous dire qu’ils ne vont pas être déçus du voyage. Je ne m’attendais pas du tout à ça et c’est avec une grande attention que j’ai suivi leur mission et elle va, bien évidemment, s’avérer bien plus complexe qu’elle n’en avait l’air. Mais sinon, ce ne serait pas drôle et le roman n’aurait aucun intérêt si tout se passait bien dans le meilleur des mondes.

C’est un tome prenant et addictif, il se passe quelque chose toutes les 5 minutes, il n’y a pas de répits et lorsque ça devient un peu plus calme, ce n’est que pour annoncer une grosse tempête qui va se déchaîner et tout ravager sur son passage. L’intrigue est vraiment bonne et bien menée. Elle nous permet de mieux cerner certains personnages, de voir comment ils fonctionnent, et comment la politique est tout un art qu’il faut savoir parfaitement maîtriser… Tout n’est que jeux de pouvoirs et, le chantage et l’échange de bons procédés sont des bons moyens pour parvenir à leurs fins.

C’est frustrant de ne pas pouvoir en dire plus parce que je ne veux pas spoiler l’histoire et tout ce qu’on y apprend, mais il faut savoir que ce tome est vraiment excellent même si mon cœur a eu quelques ratés… Entre Curran et Kate, il n’y en a pas un pour rattraper l’autre. Ce sont deux têtes de mule et à cause d’un manque de confiance / communication, il y a quelques problèmes dans le couple (euphémisme quand tu nous tiens…). Et j’avoue que là, ça m’a un peu agacé, j’ai eu les mêmes sentiments que Kate et ça a été l’ascenseur émotionnel. Mais c’est aussi ce qui fait l’intérêt de cette série, on vit totalement ses aventures et on ne peut pas rester indifférent à ce qui se passe.

En bref, Montée magique est un 6e tome à la hauteur des précédents. C’est toujours aussi prenant et addictif, l’univers s’approfondit toujours un peu plus et plus ça va et plus je me dis que c’est vraiment très riche et bien pensé. Je suis vraiment curieuse de voir ce que l’avenir nous réserve avec tout ce qui vient de se passer et tout ce qu’ils viennent d’apprendre. C’est un tome haut en couleur, riche en action et rebondissements, de quoi passer un très bon moment de lecture, même si c’est l’ascenseur émotionnel parfois. Les personnages sont toujours aussi attachants et sympathiques. Plus on avance et plus on apprend à les connaître et forme une autre famille à laquelle on a envie de prendre soin. Vivement le prochain tome !

PS : une petite nouvelle est intégrée à la fin du roman et nous permet d’assister à un événement dont Kate nous fait part en cours de route. Une nouvelle intéressante qui m’aura bien plu.

20/05/2019

Le Tyran des Songes d'Oren Miller

Quatrième de couverture

Emma lit dans les âmes : elle voit le vrai visage de ceux qu’elle croise. Et elle déteste ce talent qu’elle subit depuis l’enfance. 

Mais d’autres dans l’ombre l’observent aussi et vont lui montrer que toute sa vie n’est que mensonge et redoutable illusion. Emma plonge alors dans un univers cruel où dieux et déesses antiques, sorciers, magiciennes et autres créatures se disputent une partie d’échec grandeur nature dont elle est l’enjeu. Elle doit alors s’enfuir, éviter les dangers, survivre, coûte que coûte. Et découvrir pourquoi le Marchand de sable d’intéresse autant à elle... 
Excepté que l’un des joueurs de cette folle partie n’est pas comme les autres. 
La Mort n’aime pas perdre, elle n’aime pas non plus attendre. 

Alors quand la Mort se trouve assez proche pour souffler sur votre nuque, vous n’avez que deux options : 
Gagner. 
Ou courir. 
Toujours plus vite.

Mon avis

Le Tyran des Songes est un roman qui m’a attiré tout de suite, il faut dire que la couverture est plutôt sympathique et mystérieuse mais quand on voit de quoi il s’agit, ça ne pouvait que me plaire. Mais j’étais loin d’imaginer une telle histoire, j’ai beaucoup aimé ! Même si je dois dire, que je ne serai pas contre l’idée d’une suite parce qu’il y a certains éléments qui restent sans réponses et je l’avoue, les personnages me manquent déjà…

Je ne ferai pas de résumé de l’histoire, la 4e de couverture étant suffisamment explicite pour savoir de quoi il s’agit d’autant que les événements se mettent assez rapidement en place pour savoir à quoi s’en tenir.

L’écriture d’Oren Miller est vraiment très agréable à lire et fluide de sorte que l’on rentre très rapidement dans l’histoire. J’ai été happée en un rien de temps et cela me donne envie de lire d’autres de ses ouvrages (ça tombe bien, j’ai Le roi sombre dans ma PAL qui attend depuis un moment, il va falloir que je l’en sors…). Il s’agit d’un bon pavé qui dépasse les 500 pages mais très honnêtement, il se lit en un rien de temps, je n’ai mis que deux jours tant j’avais envie de savoir ce qui allait arriver aux différents personnages. C’est très prenant et addictif comme lecture, je vous le conseille vivement !

Ce qui est intéressant c’est que l’on ne suit pas que le personnage d’Emma. Bien souvent dans ce type de roman, c’est le personnage principal qui prend la parole et nous raconte son histoire. Dans les ¾ des romans YA c’est comme ça, du coup on n’a, souvent, qu’un seul point de vue et on se concentre sur ce héros et sur ce qui lui arrive. Ici ce n’est pas le cas. La narration est à la 3e personne et on suit différents groupes de personnages, certes, Emma va être au centre de l’attention de tout le monde, mais finalement, dans le ressenti de ma lecture, ce n’est pas tant elle le « vrai » personnage principal, pour moi c’est davantage un duo de gars dont l’un est La Mort en personne. Elle est l’objet des convoitises de beaucoup, mais ce n’est pas toujours elle qui agit et qui fait avancer les choses, même si elle ne reste pas inactive, bien au contraire. Elle va nous surprendre par bien des manières et cela la rend particulièrement intéressante.

En voyant les personnages en présence, le Marchand de sable et la Mort, on voit que l’on est dans un univers très lié à la mythologie. J’avoue qu’en le commençant, je ne le savais pas c’est donc une très bonne surprise pour moi de découvrir cet univers et de voir comment l’autrice a recréé quelque chose d’unique à partir d’une mythologie connue par le plus grand nombre. J’ai beaucoup aimé le côté très ancré dans notre réalité, tout en y insérant de manière subtile les aspects anciens liés à cette mythologie, de l’Urban Fantasy en somme. C’est vraiment bien fait et très complet. On voit à quel point ça a été réfléchit et le remaniement est très intéressant. On se rend bien compte que tout est bien cadré avec une certaine hiérarchie et politique et dans ces cas-là, il y a toujours des jeux de pouvoirs où tous les coups sont permis et certains sont très forts à ce jeux. Certains sont meilleurs que d’autres… L’univers est très riche et complexe, tout pour me plaire et quand il y a de la politique dans l’air, c’est toujours un vrai régal, il ne m’en fallait pas plus pour adorer cette histoire.

Quant à l’histoire même, elle paraît simple au premier abord mais petit à petit, l’autrice tisse sa toile et tout finit par faire sens. On ne s’attend pas du tout à cela, et si on croit dans un premier temps savoir qui sont les coupables, on déchante assez facilement et comme je l’ai dit, tous les coups sont permis pour parvenir à ses fins, et certains sont prêts à retourner leur veste, à trahir et à mentir. De l’action, du suspense jusqu’au bout, des retournements de situations et de nombreuses révélations, il n’en faut pas plus pour en faire un roman addictif et prenant. J’étais vraiment à fond dans cette lecture qui nous reste en tête un moment.

Mon seul petit « bémol », le seul « petit point négatif » pour moi, c’est que j’attendais une fin un peu plus spectaculaire que celle qui nous est donnée. Vu les problèmes accumulés, le nombre de personnages, etc. je trouve que c’est un chouïa trop facile et rapide. J’imaginais d’autres choses pour cette fin, donc c’est vraiment le seul petit souci, mes attentes étaient autres. Mais cela n’empêche pas que l’histoire soit vraiment très bonne et intéressante et c’est une fin tout à fait honorable, attention. Juste que j’avais autre chose en tête et à la fin de ma lecture, c’est là où je me suis dit qu’une petite suite ne serait pas pour me déplaire puisque certaines choses sont restées sans réponse.

Quant aux personnages, on a là un panel très intéressant. La majorité sont plutôt attachants, comme Emma qui se retrouve au cœur d’une intrigue dont elle ignorait tout, ses amis sont assez amusants aussi ils forment un drôle de trio et vont être impliqués eux aussi dans cette affaire qui dépasse l’entendement. Quant au duo Vlad et Jack… il est juste excellent, j’ai vraiment adoré ces deux personnages qui portent une grosse partie de l’histoire, mais le Marchand de Sable n’est pas en reste. Au fur et à mesure, on apprend à les connaître et notre opinion sur eux évoluent au fil du temps. C’est assez bluffant de voir comment l’autrice arrive à nous retourner complètement quand on comprend les tenants et les aboutissants.

En bref, Le Tyran des Songes a été une très bonne lecture pour moi, j’ai vraiment adoré l’histoire qui est bonne et bien menée, avec son lot d’action et de problèmes. J’aurai aimé une fin un peu plus spectaculaire au vu de tout ce qui se passait, mais très honnêtement, cette fin reste très bien, je suis pointilleuse. C’est pour ça que ce n’est pas un coup de cœur, mais ça reste excellent. Oren Miller a recréé un univers original et prenant sur une base de mythologie grecque et cela fait merveille. De l’Urban Fantasy pour la YA vraiment prenant et avec des personnages haut en couleur qui nous font vivre ici une aventure comme jamais. Je vous le recommande vivement, vous pouvez y aller les yeux fermés, vous allez adorer !

19/05/2019

Boudicca de Jean-Laurent Del Socorro

Quatrième de couverture

Un siècle après leur victoire sur la Gaule, les Romains veulent à présent soumettre l’île de Bretagne – l’actuelle Angleterre. Les Celtes y sont divisés, trop faibles ou trop cupides pour s’opposer à eux. Au prix de nombreux sacrifices, animée par une vengeance dévastatrice, une reine guerrière fière et indépendante va pourtant se dresser sur leur chemin et réaliser l’impossible : unir tous les clans contre l’envahisseur. Si sa révolte est finalement brisée, Boudicca demeure, aujourd’hui encore, une des plus grandes figures de la résistance à l’oppression. Plus que son histoire, voici sa légende...

Mon avis

Après avoir lu La mystérieuse Lady, je voulais relire un peu d’adulte, histoire d’alterner mes lectures et ne pas lire tout le temps la même chose. Mon choix s’est donc porté sur Boudicca qui était dans ma PAL depuis un moment et qui pourtant me faisait très envie.

J’ai entendu parler de Boudicca il y a quelques années lorsque je suis allée aux Imaginales, quand le livre venait de sortir en GF chez Actu SF lors d’une conférence en présence de l’auteur. Je dois dire que cela m’avait donné envie de découvrir son roman. Mais ma PAL étant ce qu’elle était, j’avais fait l’impasse. Alors j’ai profité de cette réédition poche pour me lancer dans cette histoire, même si j’ai mis pas mal de temps à la sortir de ma PAL.

Mais mieux vaut tard que jamais, d’autant que j’ai adoré ma lecture ! C’était vraiment intéressant et prenant et une fois n’est pas coutume depuis mes vacances, (même si ce jour-là était la reprise du boulot), il ne m’aura pas fait long feu.

Je ne ferai pas de résumé de l’histoire, la 4e de couverture étant suffisamment explicite pour savoir de quoi il s’agit d’autant que les événements arrivent assez vite pour s’en rendre compte.

L’écriture de l’auteur est vraiment très agréable à lire et fluide. Je n’avais encore jamais lu l’auteur mais je dois dire qu’avec Boudicca ça m’a donné envie de découvrir davantage son univers. Une écriture simple et efficace, c’est vraiment très bien écrit. La narration est à la première personne, si bien que l’on est du point de vue de Boudicca, et cela nous permet d’être au plus proche d’elle, de bien cerner la personnalité de cette femme hors du commun et sa vie.

Je vous l’avoue, je ne connaissais pas du tout cette femme, il faut dire que j’ai pas mal de lacunes en Histoire, mais j’ai beaucoup apprécié découvrir son histoire de cette manière, ça m’a rendu curieuse d’en savoir plus sur cette guerrière. En tout cas, avec la version de Jean-Laurent Del Socorro, j’ai pris grand plaisir à faire sa connaissance.

Le roman est partagé en trois parties qui correspondent à des moments précis de la vie de Boudicca, son enfance, son « adolescence » et puis sa vie plus adulte. À travers ces trois époques, on la voie évoluer, la petite fille qui devient une femme guerrière, en quête de reconnaissance et d’amour pour ce père absent alors même qu’il est un très bon roi. Puis elle devient femme, se marie et finira par régner un jour. On voit à quel point elle tient à son peuple et essaye de faire au mieux pour eux, même si parfois elle se retrouve en désaccord avec son mari et doit céder. Mais elle a une forte personnalité, et sait faire entendre sa voix malgré tout. Boudicca est une femme assez incroyable, même si elle était loin d’être parfaite.

À travers cette histoire, on voit également la société de l’époque, leur culture et leur croyance. On voit à quel point la présence des Romains (pour ne pas dire qu’ils les ont complètement envahis) a changé leur mode de vie, même si Boudicca œuvre pour le bienêtre de son peuple et est prête à les défendre quoi qu’il arrive. Bien que le roman soit court, on voit bien l’évolution de cette société, l’influence des Romains parmi ces différents clans. Quelque part, ça m’a fait penser à la série Rigante de David Gemmell qui nous raconte l’histoire d’une famille à travers diverses générations au sein d’un clan (plutôt écossais).

Je regrette presque que le roman soit si court pour ne pas avoir pu rester un peu plus longtemps dans cet univers. Mais attention, le roman se suffit totalement à lui-même, rajouter des pages auraient risquer de créer des longueurs inutiles. C’était vraiment une excellente lecture.

En bref, Boudicca est une lecture addictive et vraiment intéressante. J’ai adoré découvrir le destin de cette femme, de cette guerrière qui est prête à tout pour protéger les siens et défendre les droits de son peuple. Bien que femme, elle a réellement régné sur son peuple, a eu un impact et un certain respect parmi ses pairs. Boudicca est une femme assez extraordinaire et je suis bien contente d’avoir pu faire sa connaissance à travers ce roman.

In My Mailbox (384)


In My Mailbox a été mis en place par Kristi du blog The Story Siren et inspiré par Alea du blog Pop Culture Junkie. C’est un moyen de partager les livres reçus chaque semaine dans notre boîte aux lettres ainsi que les livres achetés ou empruntés à la bibliothèque. Tous les liens se font chez Lire ou Mourir

Mes acquisitions de la semaine

Ce qui nous consume... de Georgia Caldera (Adam et Violette 2)

Violette, au passé aussi troublé qu'au brillant avenir, vient d'intégrer une école d'art. Elle s'est installée chez sa mère et son nouveau beau-père, puis a fait la connaissance du fils de celui-ci, le solitaire et énigmatique Adam. Après s'être ignorés et déchirés durant des semaines, ils ont trouvé la paix dans les bras l'un de l'autre et se sont déclaré leur amour. Violette doit désormais apprendre à lui faire confiance mais les secrets qui voilent le ténébreux regard d'Adam pèsent sur leur couple. Parviendra-t-il à lui révéler ses démons et à accepter son aide ?


Poséidon fait des vagues de Fanny Gordon (Mytho 2)

Poséidon, Dieu de la Mer et des Océans, est fier de présenter son musée des offrandes aux douze Dieux de l'Olympe ! Mais l'horreur le frappe quand il comprend que les " cadeaux " recueillis dans les eaux ne sont que des tonnes de déchets abandonnés par les hommes. 
Il accepte l'invitation de Charlie, une amie d'Aphrodite, à naviguer quelques jours le long des côtes varoises, pour réaliser l'ampleur des dégâts. Aux côtés de la jeune fille et de sa famille, Poséidon – sous les traits de Marius, un étudiant de 20 ans – participe à sa manière à la sauvegarde de la planète.


L'ensorceleuse de Sebastien de Castell (L'Anti-Magicien 3)

En Gitabrie, l'invention d'un petit oiseau mécanique a attiré les espions de tous les territoires. Chacun est prêt à tuer pour mettre la main sur ce prodige animé par une magie puissante et dangereuse. Et c'est justement là que se dirigent Kelen, Rakis et Furia, les vagabonds les plus recherchés du continent.


Meurtre mode d'emploi (à l'usage des jeunes filles) d’Holly Jackson

Règle N°1 : ne jamais rouvrir une affaire classée

Sal Righ s’est accusé du meurtre de sa petite amie Andie Bell avant de se donner la mort… Cinq ans après les faits, Pippa ne croit pas à la culpabilité de Sal. Envers et contre tout, elle ré-ouvre même l’enquête, découvrant un élément majeur : Andie était loin d’être la parfaite jeune fille sage et docile. Elle dealait de la drogue, harcelait des camarades… Plusieurs suspects s’ajoutent à la liste de Pippa, de plus en plus sûre que son instinct ne la trompe pas. La preuve ? Le véritable meurtrier commence à s’inquiéter et lui envoie des menaces de mort si elle poursuit ses investigations.



Et vous ?

18/05/2019

Amour fatal de Claire McFall (Le Passeur d'ombres 1)


Quatrième de couverture

Dylan a échappé de justesse à un terrible accident. Du moins, c’est ce qu’elle croit. Car le paysage désolé qui l’entoure n’a plus rien de l’Écosse. C’est une plaine dévastée hantée par des esprits. Et le garçon qui l’y attend n’a rien d’ordinaire. Il s’agit de Tristan, le Passeur chargé de l’amener dans l’au-delà. Mais cette fois, tout est différent. Le plus sacré des interdits pour un passeur est brisé : il tombe amoureux. Et cela pourrait bien lui coûter son âme… ou celle de Dylan.

Mon avis

Amour fatal est le premier tome du Passeur d’ombres, je dois dire que j’étais curieuse de lire ce livre lorsqu’on me l’a présenté. La couverture, bien que simple interpelle, tout comme le titre et sans compter le pitch. Lorsque j’ai su qu’il était question de mort et de « passeur » comme dans la mythologie grecque, j’étais assez curieuse de voir ce que ce premier tome pouvait donner. Et je dois dire que pour l’instant, c’est une lecture agréable sans être exceptionnelle, j’attends de voir la suite pour me faire un meilleur avis sur cette série.

Je ne ferai pas de résumé de l’histoire, la 4e de couverture étant suffisamment explicite pour savoir de quoi il s’agit d’autant que les événements arrivent relativement vite pour savoir à quoi s’en tenir, du moins pour ce qui est du pitch présenté ici.

L’écriture de l’autrice est plutôt agréable à lire et fluide de sorte que l’on rentre assez rapidement dans l’histoire. On fait la connaissance de Dylan, une jeune adolescente qui va partir quelques jours chez son père, avec qui elle a pris contact peu de temps auparavant. Vivant seule avec sa mère, elle ne le connaît pas c’est donc chez un étranger qu’elle se rend. Et là, l’accident qui va la tuer survient.

C’est ainsi qu’elle va faire la connaissance de Tristan, le fameux « Passeur » de l’histoire, si dans un premier temps, elle ne comprend pas qui il est et ce qu’il fait, assez rapidement, elle va prendre conscience qu’elle est morte et qu’il doit l’emmener « de l’autre côté ». Mais pour cela ils vont devoir franchir la Friche, une vallée qui va la mener vers sa « seconde vie ». Seulement, le chemin sera bien plus périlleux qu’elle ne le pensait et au cours du chemin, Dylan et Tristan vont développer une certaine amitié…

Il s’agit avant tout d’un tome introducteur. Le fond l’histoire peut être intéressant et j’étais curieuse de voir où l’autrice allait nous emmener avec cette histoire de passeur et comment les deux personnages allaient tomber amoureux. Bon, à ce niveau-là, j’avoue que je n’y ai pas vu une grande alchimie, j’ai vu des autrices s’en sortir beaucoup plus facilement, mais bon, admettons, ce n’est pas ce qui me dérange le plus ici. Mais plutôt qu’il ne se passe pas grand-chose… C’est pour ça que je suis loin du coup de cœur et que j’attends de voir la suite car ici, on peut résumer le roman en quelques mots, il s’agit avant tout d’une traversée, et donc pendant plus de la moitié du livre, on voit les deux personnages marcher et Dylan se plaindre et poser pas mal de questions sur cet univers. Voilà… Donc je trouve ça dommage qu’on ne voie pas plus de choses pour ce premier tome. C’est assez lent et je pense que beaucoup de gens s’en lasseraient rapidement.

Certes, on apprend des choses sur cette « Friche », ce monde de l’autre côté et c’est loin d’être idyllique, et j’ai trouvé qu’il y avait de l’idée, raison pour laquelle j’ai aussi continué et que j’ai envie de lire la suite. On en apprend aussi sur le rôle de Tristan en tant que Passeur. Le fait qu’il ne se passe « rien de plus », permet de se centrer sur les personnages, sur leur relation où ils vont apprendre à se connaître et plus si affinités, même si pour ma part, ce n’est pas assez, je n’ai pas vraiment ressenti l’alchimie, comme je l’ai dit un peu plus haut. Mais ça, ce n’est pas si facile que ça de créer une romance en si peu de temps.

Le problème est que l’on n’a pas grand-chose d’autres à se mettre sous la dent, si ce n’est sur le dernier tiers de l’histoire où là, ça devient plus intéressant mais il faut attendre un bon moment. Quant à la fin, je dois dire que je me pose pas mal de questions et ça attise ma curiosité pour me donner envie de lire la suite. J’aurai presque préféré que la première moitié du livre soit plus courte mais qu’on ait davantage de suite à la fin de ce premier tome pour savoir ce qui va se passer après. Mais bon, à voir ce que donnera les autres tomes.

Dylan est une jeune adolescente avec un certain caractère. Avec sa mère c’est parfois conflictuel et le fait qu’elle aille chez son père est un problème. Mais Dylan a envie d’apprendre à le connaître et n’hésite pas à se rendre chez lui pour apprendre à le connaître. Elle est assez impulsive et tête brulée, ce qui n’est pas toujours une bonne qualité, comme elle l’apprendra à ses dépens au cours de son « voyage ». Par certains aspects, elle va faire preuve d’une grande maturité, ce qui va étonner Tristan qui a vu plus d’une âme en tant que Passeur et en même temps, elle va se comporter comme une petite fille capricieuse et râleuse. Un tempérament pas toujours simple à gérer mais on voit qu’avec Tristan, il se passe quelque chose.

Tristan est plutôt énigmatique, il ne veut pas donner trop d’informations par crainte de l’effrayer et de la mettre en danger, lui qui doit lui assurer un voyage sans heurt et le plus rapidement possible car le danger rôde. Mais ce voyage n’aura rien d’habituel pour lui. C’est un personnage intéressant qu’on ne peut qu’apprécier, il fait souvent prendre de sang-froid, même si cela peut s’apparenter à de l’arrogance. Je suis assez curieuse d’en apprendre plus sur lui par la suite.

En bref, Amour fatal est un premier tome introducteur qui nous présente les personnages et la situation, cela reste assez vague, même si on a pu se faire une idée du rôle de Tristan en tant que passeur ainsi que le monde qui est créé derrière, même si ça reste assez succinct. Étant donné la situation, avec une telle fin, cela me rend curieuse d’en savoir plus et voir ce qu’il va advenir des personnages, tout en espérant qu’il y aura davantage d’action dans les tomes à venir, car pour l’instant, ça reste très léger. Une lecture agréable mais pas transcendante car cela reste très lent avec peu d’action. Mais je lirai tout de même la suite parce que ça a attisé ma curiosité et je pense que les problèmes ne font que commencer. Affaire à suivre donc.