Rechercher dans ce blog

18/09/2018

Frangins ! Rocío Bonilla

Quatrième de couverture

Lui, il n’aime pas sa grande-sœur. Elle, elle le traite toujours comme un petit.
Elle, elle n’aime pas son petit frère. Il fait tout le temps du bruit et il n’est jamais tranquille.
Être deux, c’est affreux !
Vraiment ?


Mon avis

Frangins ! est un album qui vient de paraître, j’avoue que lorsque j’ai vu la couverture, cela m’a intrigué car sur l’image ci-contre on voit que la sœur apparaît sous les traits d’un rhinocéros. On se demande bien pourquoi elle est vue de cette manière. Ce qui peut s’expliquer en lisant le livre.

Mais la petite particularité est que lorsqu’on retourne le livre, on constate qu’il est réversible. Et là, une autre couverture apparaît, une teinte plus vert clair où la sœur a des traits humains et le frère apparaît comme un petit singe. Il est donc possible de lire d’un côté l’histoire du point de vue de la grande sœur et celle du point de vue du petit frère.



Les deux s’accordent à dire que l’un et l’autre sont pénibles, pour différentes raisons qui leur son propre. Mais tous deux avouent quand même que parfois c’est plutôt amusant et cool d’avoir une grande sœur et un petit frère. Être à deux, c’est plutôt sympa… Et là, une petite surprise attend les deux frangins mais je n’en dirai pas plus pour éviter de spoiler l’histoire.



Vous l’aurez compris, même si je pense que le titre est assez évocateur pour cela, que cet album parle de la relation entre un frère et une sœur. Et quiconque à un ou des frangin(s) peut se reconnaître dans cette histoire. On a au moins tous vécu quelque chose de similaire, quelle que soit notre position dans la fratrie. Ce n’est pas tous les jours faciles de supporter ses frangins mais il faut avouer qu’il y a quand même des bons moments passés ensemble.



Les illustrations sont plutôt sympathiques, c’est assez détaillé, les expressions des enfants est énorme. On aime ou pas ce type de graphisme, mais je trouve que ça a son charme. Cela donne un bel ensemble.


En bref, Frangins ! est un album amusant qui pourra plaire aux enfants, et il est indéniable que pour les parents qui ont aussi des frangins pourront s’y retrouver là-dedans. Une histoire véridique sur la fratrie, même si parfois les frangins agacent, ils restent notre famille et on les aime quand même. Et plus on est de fou, plus on rit non ?

A partir de 5 ans.

17/09/2018

Mon père est un parrain de Gordon Korman (Son of the Mob 1)

Quatrième de couverture

Vince Luca rêve d’une vie normale. Difficile quand votre père est un des parrains de la mafia new-yorkaise. Cadavres dans le coffre et avocats véreux constituent son quotidien, et il est le seul membre de sa famille à réprouver les activités du clan.
Pour ne rien arranger, voilà qu’il tombe amoureux de Kendra, la fille d’un agent du FBI… qui rêve d’épingler son père !

Mon avis

Ayant terminé Émile, l’intraitable Zola sur le chemin du travail, j’étais à court de lecture pour le retour. Il me fallait donc trouver quelque chose au boulot pour ne pas repartir sans rien et mon choix s’est porté sur Mon père est un parrain, fraîchement débarqué à la librairie (le matin même en fait). Je dois dire que le titre m’a interpelé et la 4e de couverture est assez alléchante. Au final, ce roman a été une très bonne surprise et il me tarde de lire la suite !

Je ne ferai pas de résumé de l’histoire, la 4e de couverture étant suffisamment explicite pour savoir de quoi il s’agit, d’autant que les événements arrivent assez vite pour s’en rendre compte. L’écriture de l’auteur est agréable à lire et fluide de sorte que l’on rentre très rapidement dans l’histoire. Cette dernière est  écrite du point de vue de Vince, ce qui nous permet une immersion totale dans son quotidien en tant que fils de maffieux.

Ce n’est pas tous les jours facile d’être le fils du parrain. Vince voudrait avoir une vie normale, ne pas savoir ce que fait sa famille, son père et ses « oncles » mais on n’échappe jamais vraiment à sa famille et à son destin. Malgré lui, Vince va se retrouver dans des situations assez compliquées. Mais quand en plus de ça, il tombe amoureuse de LA fille qu’il ne faut pas, c’est encore pire. Une histoire à la « Roméo et Juliette » version gendarmes (ou ici plutôt le FBI) et voleurs (mafia) qui n’est pas pour me déplaire.

J’ai vraiment passé un très bon moment de lecture. J’avoue que je ne connaissais pas du tout ce livre et en ignorait l’existence (une version en grand format est sortie en 2005) et je suis bien contente que ce livre paraisse en poche car il aurait été dommage de passer à côté. Le ton est assez léger, c’est plutôt amusant même si on voit bien que la situation de Vince est assez critique. On sent son désespoir quand sa famille ruine sa vie, d’une manière ou d’une autre. Quand on sait qui est son père, on peut avoir peur des représailles…

Ce que j’ai aussi aimé dans l’histoire c’est qu’il y a plusieurs intrigues en une, plusieurs choses s’entremêlent. On voit le quotidien d’un adolescent dont les hormones commencent à le titiller, sa rencontre avec Kendra va changer pas mal de choses, notamment sa relation avec son meilleur ami Alex (qui est au courant de l’identité de son père). Forcément quand une fille s’immisce, cela peut changer certaines amitiés… Sans compter le fait que le père de Kendra est agent du FBI, celui-là même qui essaye par tous les moyens de mettre en prison le père de Vince. De l’autre, Vince qui se retrouve mêlé malgré lui à certaines affaires de son père. Des gens lui doivent de l’argent et Vince essaye tant bien que mal à résoudre leur problème sans faire preuve de violence. Mais cette affaire risque d’être bien plus complexe qu’elle n’en a l’air. Vince ne sait vraiment pas dans quelle galère il s’est lancé.

Beaucoup de sujets sont traités dans cette histoire et c’est ce qui la rend si intéressante et passionnante. C’est haletant, on ne s’ennuie pas un seul instant il se passe toujours quelque chose, une nouvelle information qui change la donne et c’est reparti pour un tour. C’est un roman dynamique avec des rebondissements qui ne pourra que plaire aux adolescents et qui surtout, leur parleront (notamment la partie lycée, amitié et amour).

Vince est un adolescent attachant, il essaye autant que possible de vivre sa propre vie, d’ignorer les activités de son père et on comprend aisément pourquoi. Mais il ne faut pas non plus se voiler la face, s’il a un mode de vie très confortable, c’est grâce à l’argent sale que rapporte son père. C’est donc un peu hypocrite d’occulter tout ça, quand ça l’arrange. Dans cette histoire Vince se cherche (comme bon nombre d’adolescents), il essaye de s’affranchir de son père, de trouver sa propre voie, ce que le père comprend parfaitement mais il y a des limites à ne pas franchir.

Même si on sait que son père est quelqu’un de mauvais, qu’il n’hésiterait pas à tuer ou à tabasser des gens, il reste un père et avec Vince, il a un rapport assez protecteur. Il a conscience que son fils est différent de lui, qu’il peut faire plein de choses, encore faut-il qu’il sache lui-même ce qu’il veut. Il en apparaît presque quelqu’un de sympathique. J’ai bien dit « presque », il reste un parrain.

En bref, Mon père est un parrain est un premier tome amusant qui m’aura beaucoup plu. L’histoire est bonne et bien menée, on voit que ce n’est pas tous les jours facile d’être le fils d’un mafieux, cela nuit grandement à sa vie sociale et amoureuse. Et quand l’histoire prend des allures de Roméo et Juliette avec des parents ennemis, l’un cherchant à mettre l’autre en prison, c’est encore pire. Un roman intéressant et prenant que je vous invite à découvrir ; une folle aventure attend Vince qui n’est pas au bout de ses surprises. Vivement la suite !

C'est lundi, que lisez-vous ? [173]



Rendez-vous initié par Mallou qui s'est inspirée de It's Monday, What are you reading ? by One Person’s Journey Through a World of Books. La relève après Mallou, le récap des liens se fait maintenant chez Galleane.

On répond comme chaque Lundi à trois petites questions :

1. Qu'ai-je lu la semaine passée ?
2. Que suis-je en train de lire en ce moment ?
3. Que vais-je lire ensuite ? 




En début de semaine j'ai lu pas mal de livres (les trois premiers) et après j'ai mis un peu plus de temps sur le dernier. La fatigue n'aidant pas, il m'a pris plus de temps que prévu, mais ce n'est pas grave, cela m'a permis de rester un peu plus longtemps avec les personnages et cet univers si atypique que j'ai adoré découvrir ! Je vous conseille vraiment ces 4 lectures !


Mérovingiens de Patrick McSpare

Après la mort de son père, Childéric Ier, Clovis devient peu à peu le roi de tous les Francs, jusqu’à poser les fondations de la future France. Comment un jeune barbare inexpérimenté a-t-il pu supplanter ses puissants voisins et rivaux ? Grâce à sa conversion au catholicisme lui assurant le soutien des élites gallo-romaines ? A sa science militaire ? Certainement. Mais avant tout grâce à l’action de trois agents secrets, une femme et deux hommes.
Obéissant chacun à des motivations différentes, ces guerriers de l’ombre au tragique passé vont peu à peu transformer l’héritier en roi des rois.
Manipulations, chantages, trahisons, sexe, meurtres …
Mission impossible au pays des Francs.


16/09/2018

Émile l'intraitable Zola de Bertrand Puard

Quatrième de couverture

Émile mène une vie bien tranquille à Aix-en-Provence, où il partage son temps entre le collège, les balades avec son camarade Paul Cézanne dans les oliveraies et des rendez-vous secrets avec son amoureuse.
Mais une grande nouvelle vient bouleverser le futur écrivain : son père lui aurait laissé un trésor ! Émile se lance alors dans un immense jeu de piste qui le conduit à Paris, la ville de tous les mystères. À qui peut-il faire confiance ? Qui sont ses ennemis ? D’aventure en aventure, le jeune Zola est au moins sûr d’une chose : il aura plein d’histoires à coucher sur le papier, quand il rentrera chez lui – s’il rentre.

Mon avis

Émile, l’intraitable Zola est le 2e volume consacré à la jeunesse de grands auteurs français. Après avoir écrit sur Alexandre Dumas, Bertrand Puard s’arrête sur la vie d’Émile Zola pour une aventure hors du commun. C’est une série de livres vraiment très intéressant et je serai curieuse de découvrir le prochain volume consacré à Victor Hugo.

Je ne ferai pas de résumé de l’histoire, la 4e de couverture étant suffisamment explicite pour savoir de quoi il s’agit d’autant que les événements arrivent assez vite pour s’en rendre compte. Comme d’habitude la plume de l’auteur est remarquable et on est transporté en un rien de temps à Aix-en-Provence aux côtés du jeune Émile.

On est vraiment dans le roman d’aventure. Émile va se lancer dans une vraie chasse au trésor qui va l’amener à voyager d’Aix-en-Provence à Paris, mais aussi à des pays limitrophes. L’intrigue est bonne et bien menée, on ne s’ennuie pas un seul instant et comme Émile, notre curiosité est piquée à vif. On se demande bien quelle peut être la nature de ce trésor, pourquoi devoir chercher tous ces indices pour y parvenir ? Le tout en essayant d’échapper à des hommes, notamment M. Migeon qui est aussi à la poursuite de ce trésor, alors même que la famille Zola a des dettes auprès de lui. Une affaire qui va s’avérer bien plus complexe qu’elle n’en a l’air.

Je dois avouer que je ne m’attendais pas du tout à une telle révélation de fin. J’ai été très surprise de la tournure des événements et j’ai beaucoup aimé suivre cette aventure. Je ne connais pas du tout la vie d’Émile Zola, donc je ne saurai dire quelle est la part de vérité et de fiction là-dedans, la seule chose dont je suis sûre c’est l’amitié entre Zola et Cézanne. Mais je me renseignerai davantage sur lui car cela a attisé ma curiosité. Cela dit, quelques notes à la fin de l’ouvrage pour démêler le vrai du faux aurait été intéressant, pas sûre que les enfants lisant ce roman aient la curiosité d’aller faire plus de recherche après lecture.

Les personnages sont intéressants et attachants, le trio formé par Zola, Cézanne et Baille montre une vraie amitié. Ils vont se serrer les coudes et aider Zola dans sa démarche. On ne peut que les apprécier.

En bref, Émile, l’intraitable Zola est un roman bien sympathique que j’ai apprécié découvrir. Mêlant réalité et fiction, Bertrand Puard nous embarque dans une chasse au trésor qui risque de changer la vie du petit Émile et lui montrer qu’un trésor n’a pas toujours la même valeur en fonction des gens. Un roman qui ne pourra que plaire aux enfants avides d’aventure.

In My Mailbox (350)



In My Mailbox a été mis en place par Kristi du blog The Story Siren et inspiré par Alea du blog Pop Culture Junkie. C'est un moyen de partager les livres reçus chaque semaine dans notre boîte aux lettres ainsi que les livres achetés ou empruntés à la bibliothèque. Tous les liens se font chez Lire ou Mourir

Mes acquisitions de la semaine

La Résurrection de Pierre Bordage (Arkane 2)

Après le massacre de son clan, Oziel, fille de la maison du Drac, a réussi à fuir dans les bas-fonds de la cité labyrinthique d’Arkane. C'est là qu'elle va se mettre en quête de son frère aîné et organiser leur vengeance…
De leur côté, Renn, l’apprenti enchanteur de pierre, et Orik, le guerrier déraciné, arrivent en vue de la grande cité porteurs d’une bien sinistre nouvelle : l’approche imminente de l’invincible armée qui a déjà anéanti le royaume d’Orik.
Bientôt les destinées du trio vont s’entremêler et décider de l’avenir d’Arkane…


L'Aura noire de Ruberto Sanquer (L'Aura noire 1)

L’apocalypse a anéanti la Terre Arcane voilà 3 157 ans. Depuis, les arbres ont acquis une conscience et les humains, des pouvoirs singuliers. Louyse et ses douze camarades entrent en apprentissage pour devenir des sorcières-guérisseuses, capables de protéger leur peuple en s’unissant à la Nature. Un beau jour, cette symbiose est brisée par un Démon assoiffé de vengeance et de conquête, qui jette une malédiction sur Louyse. Celle-ci voit ses proches disparaître les uns après les autres, mais nie l’évidence, jusqu’à la mort de son amour adolescent. Elle va alors se battre pour se défaire de l’Aura noire et sauver son peuple des griffes du démon ! Mais comment porter le poids d’un tel destin lorsque l’on est une adolescente timide et secrète ?



L'île des secrets d'Alexiane de Lys (Les ailes d'émeraude 3)


À peine échappés du repaire des Narques, Cassiopée, Gabriel et leur bande font une effroyable découverte : le village de Tornwalker a été réduit en cendres, et de nombreux Myrmes ont été froidement massacrés.
Pour arrêter le projet de leurs ennemis, le petit groupe possède quelques ressources : un mystérieux code… mais aussi un prisonnier de valeur, Manassé, peu disposé à la négociation.
Voyages, course contre la montre et sacrifices : Cassiopée devra apprendre à se connaître et faire des choix déterminants, au risque de perdre définitivement les siens. Sera-t-elle seulement prête à payer le prix d’une vie en paix ?


Et vous ?

15/09/2018

Maman Ours déménage de Ryan T. Higgins

Quatrième de couverture

Michel l’ours grincheux habite avec ses oisons adoptifs (car il est leur Maman) et avec trois souris turbulentes (car elles refusent de partir). Michel, qui n’aime rien tant que la solitude, craque. Puisque les souris restent, c’est lui qui part !
Lorsqu’il trouve la maison de ses rêves, sans une souris à l’horizon, il sent quelque chose d’inhabituel lui chatouiller le visage : un sourire ! Mais son répit sera de courte durée. Les souris n’ont pas dit leur dernier mot et comptent bien organiser une crémaillère d’anthologie...

Mon avis

Maman ours déménage est le 3e volume des aventures de Michel, « cette maman oie » qui a dû, par la force des choses, adopter 4 petites oies. Dans le tome précédent, les souris avaient squatté sa maison durant ses vacances et avaient changé la maison en hôtel. Tout cela avait bien entendu agacé Michel qui craque totalement.


Puisqu’on ne peut pas le laisser tranquille, il décide, dans ce nouvel opus, de partir et de trouver une nouvelle maison. Mais ça ne sera pas de tout repos, car bien sûr, il faut trouver un endroit agréable et assez grand pour lui et ses oies. Mais une fois la perle rare trouvée, ses oies vont déprimer, les souris leur manquent… mais ces dernières n’ont pas dit leur dernier mot !


L’histoire est toujours aussi amusante. Il faut voir la tête de Michel quand il voit ce qu’est devenu sa maison et sa tranquillité, c’est à mourir de rire. Il est vraiment pas content et tire une tête…Pauvre Michel, il n’avait pas demandé cette vie-là mais il faut bien avouer, qu’elle est bien plus mouvementée et intéressante que lorsqu’il était tout seul.

L’illustration est toujours aussi sympathique, après on aime ou pas ce type de graphisme mais cela me plaît et cela donne un bel ensemble. Les expressions de Michel sont extras.


En bref, Maman ours déménage est une nouvelle aventure sympathique et amusante dans laquelle Michel va se trouver une nouvelle maison car il en a assez des souris qui squattent sa maison, tout comme les oies qu’il a dû adopter d’ailleurs. Mais parfois, dans la vie, il y a des choses que l’on ne peut pas prévoir ni contrôler et il faut savoir s’en contenter.

A partir de 4 ans.

14/09/2018

La semaine des bêtises de Mily Cabrol et Amélie Graux

Quatrième de couverture

Lundi : faire déborder le bain.
Mardi : écraser les fleurs du jardin.
Mercredi : semer le désordre dans la maison.
Jeudi : faire sonner le réveil en pleine nuit.
Vendredi : jouer avec la mousse à raser.
Samedi : cuisiner un gâteau aux coquilles d’œufs…
Mila n’est jamais à court de bonnes idées. Que va-t-elle bien pouvoir concocter dimanche ?

Mon avis

La semaine des bêtises est la suite de C’est pas moi c’est mon loup !, un album que je n’avais pas chroniqué à l’époque (durant mon apprentissage) mais qui est très sympathique à lire au demeurant ! Dans cet album, on retrouve la même petite fille. Si dans le premier les bêtises étaient faite par le loup qu’elle accusait, dans La semaine des bêtises, elle en est bien l’auteur.

Chaque jour, une nouvelle bêtise fait trembler d’effroi ses parents. Du coup, il est tout naturel qu’arrivé à la fin de la semaine, le dimanche, sa maman se demande bien ce qu’elle va pouvoir faire. Mais elle risque d’être bien surprise… En effet, le dimanche, Mila ne fait rien, elle joue tranquillement sans mettre le bazar, au point que sa mère pense qu’elle est malade.


Une chute plutôt amusante car lorsqu’on voit le comportement de la petite fille durant la semaine, on imagine le pire pour le dernier jour, alors que c’est tout le contraire. Beaucoup de parents s’inquiètent davantage quand il n’y a pas de bruit et que l’enfant est tranquille car souvent ça annonce une grosse bêtise ou des gros problèmes. N’est-ce pas ?


Chaque double page présente un jour de la semaine si bien que l’on a toute une scène et que l’on peut prendre la mesure des dégâts. Le texte est assez simple, si bien que c’est accessible à des petits. Par ailleurs, le côté répétitif ne pourra que leur plaire, ils pourront anticiper le fait que Mila fasse une nouvelle bêtise le lendemain.


Côté illustration, le style est assez épuré, un fond blanc et la scène en couleur, un bon coup de crayon qui donne un bel effet. Après c’est une question de goût, on aime ou pas.

En bref, La semaine des bêtises est un album sympathique, même si je le trouve un chouïa en dessous de C’est pas moi c’est mon loup ! Mais cela reste une agréable lecture qui amusera les enfants, notamment pour son côté répétitif et le fait qu’elle fasse des bêtises, un thème qui parlera beaucoup aux tout-petits.

A partir de 3 ans.