Rechercher dans ce blog

Poussière d’étoile de Jeanne Willis et Briony May Smith

Quatrième de couverture

À côté de sa grande sœur qui réussit tout ce qu'elle entreprend, une petite fille cherche sa place et se confie à son grand-père. Elle rêve de briller, elle aussi, comme une étoile...

Mon avis

Poussière d’étoile est un album qui vient juste de sortir aux éditions Gallimard jeunesse. Une belle couverture, avec une petite fille et un chat, il ne m’en fallait pas plus pour commencer cette histoire, sans savoir de quoi ça allait parler et je dois dire que cela a été une très belle découverte et que cette histoire est à mettre entre toutes les mains ! Une belle leçon de vie que nous offre ce grand-père à sa petite-fille qui n’a pas confiance en elle.

Poussière d’étoile raconte l’histoire d’une petite fille qui se sent moins « briller » que sa sœur, elle se trouve des défauts que son aînée n’a pas et elle n’a pas la sensation d’être à la hauteur. C’est ainsi que son grand-père, la voyant d’un air rêveur en regardant les étoiles, va lui expliquer que dans le monde, dans l’univers, il existe des milliers d’étoiles qui sont apparues les unes après les autres. Cela ne veut pas dire que l’une est moins brillante que l’autre.

Une métaphore pour expliquer l’apprentissage, que certaines choses peuvent prendre plus ou moins de temps pour accomplir tel ou tel acte mais que, quoi qu’il arrive, on « brille tous » car nous sommes tous « des poussières d’étoile ». Nous accomplissons tous des choses importantes et n’en valons pas moins que les autres. On commence tous petits et plus on grandit et plus on est capable de faire de grandes choses. La comparaison n’a donc pas lieu d’être vis-à-vis de sa sœur aînée. Une manière de rassurer cette petite fille qui doute ainsi beaucoup d’elle.


Les illustrations sont superbes, j’aime beaucoup le graphisme. La scène se déroulant dans la nuit sous les étoiles, on a des plans vraiment magnifiques. Mais les goûts et les couleurs ça ne se discute pas donc à vous de vous faire votre propre avis avec ces quelques visuels intérieurs. En tout cas, moi j’aime beaucoup et donne vraiment une autre dimension à l’histoire, c’est immersif et on a la sensation d’être aux côtés de ce grand-père et sa petite-fille.


En bref, Poussière d’étoile est un très bel album avec de jolies illustrations qui apprend la confiance en soi de manière poétique mais aussi que l’apprentissage fait partie de la vie, on évolue au fil du temps, pour certains cela peut prendre plus de temps que pour d’autres mais l’essentiel est d’y parvenir. Un album que j’ai pris grand plaisir à découvrir et qu’il faut mettre entre toutes les mains !

Dès 4 ans.

In My Mailbox (376)


In My Mailbox a été mis en place par Kristi du blog The Story Siren et inspiré par Alea du blog Pop Culture Junkie. C’est un moyen de partager les livres reçus chaque semaine dans notre boîte aux lettres ainsi que les livres achetés ou empruntés à la bibliothèque. Tous les liens se font chez Lire ou Mourir

Mes acquisitions de la semaine


La Muse des Cauchemars de Laini Taylor (Le Faiseur de rêves 2)

Il est un monde où hommes et femmes naissent avec un don précieux, dont seuls les plus puissants gagnent le droit de se servir en temps utile, mais toujours au nom de l’Empire. À respectivement seize et dix-sept ans, Nova et Kora rêvent du jour tant attendu où des envoyés à la peau bleue viendront enfin les enlever. Alors, seulement, elles pourront accomplir leur véritable destin.

Très loin de là, à travers l’espace et le temps, dans la mythique Cité oubliée – qu’après tant d’années, Lazlo Lestrange peut désormais contempler de ses yeux –, retentit une explosion qui fait basculer son monde et celui de Sarai. Leur avenir ne tient désormais plus qu’à un fil, celui que manipule par la seule force de son esprit une enfant cruelle et meurtrie. À la fois plus puissant et plus vulnérable que jamais, le jeune homme va devoir choisir : sauver celle qu’il aime ou bien tous les habitants de la ville interdite jusqu’au dernier.

Sans compter qu’un danger plus grave encore menace… Car l’oiseau blanc qui surveille la citadelle depuis toujours veille, et il est grand temps pour lui de passer enfin à l’action. Dieux, monstres, fantômes, mondes étranges et guerre totale, La Muse des cauchemars clôt avec maestria une série aussi poétique que haletante. Qu’on se le tienne pour dit : l’univers de Laini Taylor n’a pas fini de hanter nos rêves…


L'inversion des pôles, il n'en restera qu'un de Guillaume Nail

2021. De fréquents signes avant-coureurs annoncent une inversion prochaine des pôles magnétiques. Un phénomène qui pourrait avoir des conséquences dévastatrices. Et déclencher le chaos. Un consortium de pays riches décide d’étudier ce que deviendrait la population si elle était livrée à elle-même, privée de repères dans un état sauvage post-apocalyptique. 100 personnes sont ainsi régulièrement lâchées sur une île coupée du monde, et affectée par une simulation de tempête magnétique. L’absence d’enjeu fausse toutefois les résultats. Et le consortium décide de passer à la vitesse supérieure, en faisant croire aux participants qu’on ne joue plus. Et qu’ils se battent cette fois pour leur survie…
Seule échappatoire, dans cette jungle sans pitié : ne faire confiance à personne. Et tout faire pour rester le dernier.



De sang et de rage de Tomi Adeyemi (Children of Blood and Bone 1) 

Ils ont tué ma mère.
Ils ont pris notre magie.
Ils ont voulu nous éliminer.
À présent, dressons-nous.

Il fut un temps, où la terre d'Orïsha était baignée de magie. Mais une nuit, tout a basculé, le roi l'a fait disparaître et a asservi le peuple des majis. Zélie Adebola n'était alors qu'une enfant. Aujourd'hui, elle a le moyen de ramener la magie et rendre la liberté à son peuple - même si face à elle se dresse le prince héritier du trône, prêt à tout pour la traquer.
Dans une Afrique imaginaire où rôdent les léopardaires blancs et où les esprits ont soif de vengeance, Zélie s'élance dans une quête périlleuse...


Surface d'Olivier Norek

Ici, personne ne veut plus de cette capitaine de police. 
Là-bas, personne ne veut de son enquête. 


Contes des mille et une nuits de Michel Laporte et Charlotte Gastaud

Schéhérazade vient d'épouser le terrible sultan. Dès la première nuit, à l'issue de laquelle elle devait mourir, son époux se passionne pour les récits qu'elle raconte avec autant de ruse que de talent, parmi lesquels : Ali Baba et les quarante voleurs, Le pêcheur et le génie...


Alex fils d'esclave de Christel Mouchard

Fin du XVIIe siècle, en Haïti : le jeune Alex, sa soeur et sa mère sont vendus comme esclaves. Son père a manigancé son retour pour pouvoir lui offrir une éducation de gentilhomme. Entre rencontre amoureuse, vie de cour et duels d'escrime, Alex ressent le besoin de se mettre au service d'une cause. Et la Révolution est en marche !


Et vous ?

Le pâtissier de mes rêves, tome 2 de Takafumi Nanatsuki

Quatrième de couverture

Chose promise, chose due ! n’en déplaise à Hayato, Miu est invitée à se goinfrer de douceurs lors d’un buffet gourmand ! Mais tandis que la lycéenne savoure de nombreuses mignardises, une mystérieuse étrangère, Caroline, fait son apparition…
Qui est-elle ? Et quel est son lien avec le passé de Masaru, propriétaire de la pâtisserie « Mon Seul Gâteau » ?! Peu à peu Miu va en apprendre plus sur le passé du maître pâtissier, tout en se rapprochant de Hayato, son apprenti !
Entre secrets qui surgissent, revanche, artisanat et amitiés, laissez-vous embarquer par ce second opus du Pâtissier de mes rêves !

Mon avis

Voici le tome 2 de la série Le pâtissier de mes rêves dont j’avais pu apprécier le premier tome. C’était une lecture détente sympathique et sous couvert de légèreté cela abordait tout de même des sujets plus difficiles. Dans ce 2e tome, c’est plus tranquille que pour le premier car l’auteur s’attarde davantage sur le personnage de Masaru, même si nos deux adolescents sont toujours là et qu’Hayato bat le chaud et le froid avec Miu.

Je ne ferai pas de résumé de l’histoire la 4e de couverture étant suffisamment explicite pour savoir de quoi il s’agit d’autant que les événements arrivent assez vite pour le comprendre. Il s’agit donc un tome dédié à Masaru, le fameux maître pâtissier qui initie Hayato à cet art. Dans le premier tome, on voyait qu’il cachait des choses sur son passé et ici, de nombreuses questions vont trouver réponses et ce, grâce à une étrangère, une française : Caroline qui ravive les souvenirs du pâtissier. Et Miu et Hayato sont prêts à tout pour découvrir l’identité de cette étrangère et pourquoi Masaru semble si distant.

J’ai bien aimé cette histoire, qui était plutôt efficace et dans la lignée du premier tome. On voit encore qu’entre Hayato et Miu c’est compliqué et les choses vont le devenir encore plus quand ils vont devoir collaborer puisque Miu va travailler dans la pâtisserie, Masaru ayant besoin de quelqu’un pour l’aider dans sa tâche. Il semble si ailleurs depuis l’arrivée de cette mystérieuse femme. Qui est-elle, que veut-elle ? Autant de questions qui trouveront réponses et je dois dire que je ne m’attendais pas du tout à une telle histoire. On comprend mieux pourquoi Masaru agit de cette manière avec Hayato et qu’il cherche à lui inculquer certaines valeurs et de faire de lui un bon pâtissier.

L’écriture est toujours aussi agréable à lire, on rentre rapidement dans l’histoire qui se lit vraiment d’une traite. C’est le genre de livre sans prise de tête, mais qui nous donne faim. Il faut l’avouer, parler pâtisserie en permanence et surtout comment le fait Miu, ça donne envie de manger. A chaque fin de partie, on a toujours une petite anecdote en lien avec la pâtisserie qui nous est présentée et je dois dire que c’est vraiment intéressant, j’ai appris pas mal de choses !

En bref, ce 2e tome du Pâtissier de mes rêves est une lecture plaisante, à l’image du premier tome. L’histoire était bonne et bien menée, on découvre un peu plus le personnage de Masaru qui est vraiment très sympathique et la relation entre Miu et Hayato évolue elle aussi. Je suis curieuse de découvrir la suite.

Irineï et le Grand Esprit du mammouth, tome 2 de Val Reiyel

Quatrième de couverture

Irinéï, jeune chaman sibérien de douze ans, doit se libérer de ses doutes et de ses peurs afin de réussir ce qu’il désire le plus au monde : ramener le mammouth en Sibérie pour qu’il vive libre et heureux sur la toundra…
A travers son regard, c’est toute l’humanité qui s’interroge sur la préservation de la vie animale et l’avenir de la planète.

Mon avis

Ayant adoré le premier tome d’Irinéï et le Grand Esprit du mammouth, j’avais hâte de lire cette suite qui m’a été envoyé avec de belles surprises (une dédicace et un attrape-rêve), autant dire que cette suite et fin n’est pas restée longtemps dans ma PAL. La fin du premier tome était trop horrible pour que j’en reste là, donc à peine reçu, je me suis précipité sur ce 2e tome que j’ai adoré ! Un diptyque que je vous invite vivement à découvrir tant c’est prenant, une aventure humaine magnifique qui nous invite à réfléchir sur notre société et notre rapport aux animaux et à la nature.

Je ne ferai pas de résumé de l’histoire, la 4e de couverture étant suffisamment explicite pour savoir de quoi il s’agit, d’autant que les événements reprennent peu de temps après la fin du premier et quand on l’a lu, on sait à quoi s’attendre pour cette suite.

L’écriture de Val Reiyel est toujours aussi agréable à lire et fluide de sorte que l’on rentre rapidement dans l’histoire et il ne m’a pas fallu beaucoup de temps pour replonger dans cet univers et continuer les aventures d’Irinéï, ce jeune sibérien de 12 ans qui nous offre une belle leçon de vie dans ce 2e tome.

Bon, j’admets que sur certains points, je n’adhère pas à la vision qui est donnée ici mais il est clair qu’il faut changer certaines habitudes et on voit à quel point l’appât du gain et la soif de pouvoir est forte dans l’humanité. Ce qui ne peut que nous conduire à notre perte… mais on n’apprend jamais de nos erreurs, c’est bien connu !

L’histoire est prenante avec une intrigue bonne et bien menée. Tout du long, on se demande si tout cela va bien finir car plus on avance et plus les obstacles sont nombreux sur le chemin. Le sauvetage du Grand Esprit du mammouth est plus qu’urgent mais certains sont prêts à tout, au nom du pouvoir et de l’argent pour garder leur bien précieux.

Dans ce 2e tome, l’auteur aborde une nouvelle culture (en voyant la couverture du livre et sachant que j’ai reçu un attrape-rêve, il n’est pas bien compliqué de savoir laquelle) et je dois dire que cela apporte une nouvelle dimension à l’histoire. C’était vraiment intéressant de voir ces nouveaux personnages qui vont aussi changer la trame de cette histoire et la rendre encore plus prenante.

Sans pour autant être moralisateur, à travers les yeux d’Irineï et d’autres personnages qui gravitent aussi de lui, cette histoire nous permet de porter un autre regard sur notre monde. Tirant sur la sonnette d’alarme, le tout est de faire comprendre aux gens où l’on se dirige, ce que l’on fait de notre planète et il est évident que ça n’a rien de réjouissant.

Les personnages évoluent, prennent conscience de certaines choses et vont agir pour le bien commun, quitte à se mettre d’autres personnages à dos et se créer des problèmes. Jusqu’à la fin, l’avenir peut être incertain et on craint pour nos personnages.

Irinéï est toujours aussi touchant et attachant, le regard qu’il porte sur notre société est intéressante et permet de remettre certaine chose en perspective et de nous faire poser des questions, mais c’est également le cas de Marion qui lutte et limite depuis longtemps. On va apprendre à mieux la connaître dans ce 2e tome et de comprendre pourquoi elle agit de cette manière. Irinéï va aussi beaucoup évoluer, apprendre beaucoup sur lui-même et devenir un peu plus le chaman que sa grand-mère Helina voyait en lui. Quant à John, c’est celui qui va le plus évoluer et sa vie prendra un tournant à laquelle il ne s’attendait pas.

En bref, Irineï et le Grand Esprit du mammouth est un diptyque que je vous invite vivement à lire si ce n’est pas encore déjà fait. C’est une très belle histoire que j’ai pris grand plaisir à lire et je n’ai pas trop envie d’en dire plus car ce serait gâcher la surprise, mais croyez-moi, lisez ce livre, vous ne serez pas déçus ! C’est une série qui nous pousse à réfléchir et à, peut-être, agir pour la planète, pour notre futur et celui des générations à venir. A découvrir de toute urgence si ce n’est pas déjà fait !

Apollyon de Jennifer L. Armentrout (Covenant 4)

Quatrième de couverture

Confrontée à ce qu’elle craignait le plus – s’égarer au moment de l’Éveil et être sous l’emprise de l’Élixir – Alexandria n’est plus certaine de savoir à qui se fier. Seth lui a promis beaucoup… mais Aiden a toujours été là pour la protéger et la guider, quitte à défier les dieux.
Alors que le chaos règne sur Terre, ces derniers ne reculeront d’ailleurs devant rien pour empêcher le Premier d’atteindre sa toute-puissance. Pour cela, il faudrait briser la connexion entre les deux Apollyons, or, la seule personne à même d’intervenir est morte depuis des siècles.
Alex prendra-t-elle le risque de partir à la recherche de cette âme ? À moins qu’elle n’empêche Seth d’accomplir son destin… en prenant sa place ?

Mon avis

Apollyon est le 4e tome de Covenant, une série que j’aime tout particulièrement parce que Jennifer L. Armentrout est une autrice que j’apprécie et qui m’emporte toujours en un rien de temps dans son univers. Mais je dois avouer que j’appréhendais de lire ce livre-là. Vu les circonstances, suite à l’Éveil d’Alex, je craignais pour la suite mais il faut faire confiance à Jennifer L. Armentrout et cette suite est des plus géniales ! J’ai adoré et j’ai hâte que le dernier tome sorte pour avoir le fin mot de toute cette histoire.

Il faut savoir qu’il existe une nouvelle qui s’appelle Elixir qui, devrait normalement, se lire avant ce roman pour comprendre ce qui a bien pu se passer. Cela permet de voir pourquoi certains personnages ont agi comme ils l’ont fait. Cette nouvelle sortira au format numérique en mai, bon, tant pis pour moi, ne lisant pas dans ce format-là, je n’en saurai pas plus.

Après, pour avoir lu le roman directement, je n’ai pas eu le sentiment d’être perdue ou de ne rien comprendre donc ce n’est pas dérangeant de ne pas la lire. Mais j’avoue que ça me rend curieuse de savoir ce qui s’y passe, même si on a quelques allusions ici.

Je ne ferai pas de résumé de l’histoire, la 4e de couverture étant suffisamment explicite pour savoir de quoi il s’agit d’autant que les événements arrivent assez rapidement pour s’en rendre compte. Dès les premières pages, le ton est donné et ce que je craignais est arrivé, c’est tellement dur de voir Alex dans cet état, esclave de Seth. Et elle est prête à tout pour essayer de le rejoindre, mais Aiden et ses amis veillent sur elle pour empêcher ça et qu’Alex devienne la source du pouvoir du Premier, de Seth, à moins qu’une autre solution soit envisagée pour changer le destin funeste d’Alex ?

L’intrigue est bonne et bien menée, comme toujours mais on sent que la fin approche. Beaucoup d’éléments se mettent en place pour essayer de trouver une solution sur le sort d’Alex, pour empêcher Seth de devenir tout puissant (décidément, plus ça va et plus je le déteste ce mec).  Les rebondissements sont nombreux dans ce tome, tout comme les révélations et il y en a beaucoup auxquelles je ne m’attendais pas. J’étais assez choquée, comme pour le précédent tome parce que ça complique la donne et me fait craindre pour l’avenir.

Même si l’heure est grave, il y a toujours des moments plus calmes, plus doux et d’autres plus légers. Cela permet de détendre un peu l’atmosphère et de donner un certain rythme à l’histoire et de ne pas être sans arrêt sous pression, sans quoi ce serait insoutenable. Mais là, c’est bien dosé et on apprécie ces petits moments « détentes », même si on sait parfaitement que ce n’est qu’un petit instant et que celui d’après, l’action redémarre au quart de tour avec son lot de problèmes, de luttes et tout ce que peut engendrer les prémices d’une guerre.

On en apprend beaucoup sur les personnages, on voit leur force et leur faiblesse. Ça fait plaisir d’en revoir certains, même si les circonstances ne sont pas les meilleures. Alex va bien évoluer ici, elle l’adolescente à la grande gueule, qui se plaint tout le temps, de toute la misère du monde, assez nombriliste (comme beaucoup d’adolescents, même si elle a des circonstances atténuantes depuis qu’elle est revenue au Covenant) et ça fait plaisir à voir. Elle est plus combattive, même si ça ne plaît pas toujours car elle prend des risques et peut jouer un peu trop en solo au goût d’Aiden qui veut à tout prix la protéger.

Aiden, quant à lui, il va nous surprendre par bien des manières et je l’adore toujours autant et même encore un peu plus. Lui aussi n’est pas parfait et à ses failles, mais on ne peut que l’aimer pour ça. L’autrice a le don de créer des personnages masculins qu’on ne peut pas oublier, même ceux qu’on aime détester, comme Seth…

En bref, Apollyon est un excellent tome qui a comblé toutes mes attentes. Jennifer L. Armentrout nous fait passer par diverses émotions tout au long de cette lecture, on craint pour nos personnages qu’elle ne ménage pas, tout en nous livrant une histoire haletante et prenante. L’action est omniprésente, on ne s’ennuie pas un seul instant et on dévore ce livre en un rien de temps. Je suis désormais curieuse de voir ce que donnera le prochain tome qui promet d’être épique avec LA scène de bataille finale et vu ce qu’on a appris ici, je crains en même temps pour l’avenir de nos personnages… Affaire à suivre avec le dernier tome.

Face nord de Jean-Marie Defossez

Quatrième de couverture

Pour fêter leur baccalauréat, ils décident de gravir la mythique face nord des Grandes Jorasses, dans les Alpes. A 4300 mètres d’altitude, c’est le drame : ils sont surpris par un orage qui déclenche une avalanche. Ils réussissent à se réfugier dans une grotte, mais sans téléphone portable ni matériel, comment vont-ils s’en sortir ? D’autant plus que Stéphane est grièvement blessé. Réussiront-ils à ressortir indemnes de cette expédition ?

À PARAÎTRE LE 27 MARS 2019

Mon avis

Après avoir lu le 2e tome de Rue des Tempêtes, je me suis lancée dans Face nord, un roman jeunesse assez court que j’étais curieuse de découvrir. Et je dois dire que la découverte a été bonne, c’était vraiment intéressant et efficace dans le genre, je suis sûre que ça ne pourra que plaire aux adolescents.

Je ne ferai pas de résumé de l’histoire, la 4e de couverture étant suffisamment explicite pour savoir de quoi il s’agit, d’autant que les événements arrivent vite pour s’en rendre compte. La première chose que l’on remarque est l’écriture, j’avoue que je n’avais jamais lu de livres de l’auteur et ça a été une très belle découverte. Une plume simple et efficace et j’entendais parfaitement la voix de ces adolescents (la narration est triple, on suit tour à tour à la première personne Julie et Éric et une autre à la 3e personne qui englobe les 3 amis). Il en ressort une certaine justesse dans les propos de ces adolescents, on se les imagine très bien, ces 3 passionnés d’escalades qui, pour fêter leur Bac vont gravir la face nord des Grandes Jorasses.

Comme je le disais, la narration est triple, on a différents points de vue mais aussi deux temporalités. En effet, nous suivons dans le présent le trio dans leur périple et les catastrophes qui vont s’ensuivre mais aussi des flash-back, 7 ans ou 15 jours plus tôt, qui retracent leur rencontre, leur parcours et comment ils en sont arrivés à gravir cette montagne et de voir aussi comment leur trio a pu évoluer au cours du temps. Ces va-et-vient temporels sont vraiment intéressants et permet de mieux cerner les personnages, de voir leur motivation et à quel point ils comptent les uns pour les autres.

L’intrigue est bonne et bien menée, c’est prenant et intéressant. On s’inquiète bien évidemment pour les personnages dont la vie est en danger. Avec le peu de moyen dont ils disposent, certains d’entre eux sont blessés, plus ou moins gravement et la tempête se lève de nouveau et avec le froid mordant, ils risquent leur vie. Ils vont devoir faire preuve de courage et surtout garder la tête froide (quelle ironie !) pour essayer de s’en sortir.

Les thèmes abordés par l’auteur sont vraiment intéressant. Il est question avant tout d’une amitié entre deux garçons (Éric et Stéphane) et une fille (Julie). Mais avec l’âge, on voit que les hormones entre en ligne de compte, qu’il y a des sentiments qui naissent, si certains se soldent par un échec cuisant quand d’autres prennent davantage d’ampleur. Avec ce trio, on voit les premiers émois amoureux, balbutiants et parfois perturbants, surtout quand on voit l’amitié qui les lie, un rapprochement et plus si affinité, ne va-t-il pas faire basculer l’équilibre entre les trois amis ? Mais c’est aussi l’amitié autour d’une passion commune, l’escalade, celle de l’adrénaline et des sensations qu’elle peut procurer, même s’ils ont conscient des dangers, Éric plus que quiconque sait que la montagne peut être dangereuse.

Les personnages sont vraiment intéressants et attachants, on espère de tout cœur qu’ils s’en sortent, qu’ils puissent continuer leur vie insouciante et vivre d’autres expériences, comme n’importe quels adolescents. Ils ont tous les trois des personnalités très différentes, on arrive bien à les cerner, surtout Éric et Julie qui, du fait qu’ils prennent la parole, nous permet d’être au plus près d’eux et de mieux les comprendre. Stéphane reste plus en retrait, et nous paraît plus inaccessible, à son image, lui le grand gaillard qui se fait pourtant très discret depuis toujours.

En bref, Face nord a été une très belle découverte livresque, j’ai beaucoup aimé cette histoire qui fait monter l’adrénaline. C’est un vrai compte à rebours, on s’inquiète pour notre trio de choc durant leur escalade sur la face nord. Une vraie amitié les lie, même si ces derniers temps, elle est fragilisée dans son équilibre avec l’arrivée de l’adolescence et des premiers émois amoureux. Mais l’amitié est plus forte que tout et grâce à cela, ils vont se serrer les coudes et être plus unis que jamais. Un très bon roman que je vous invite à découvrir !