Ensorcellement de Loïs McMaster Bujold (Le Couteau du Partage 1)

Quatrième de couverture

La jeune Faon a fui la ferme familiale. Elle croise sur sa route une patrouille de Marcheurs du lac. Des rumeurs circulent sur ces énigmatiques soldats-sorciers venus des forêts du nord : ils pratiqueraient la magie noire et ne possèderaient que leurs vêtements et leurs armes, de mystérieux couteaux faits en os humains. Ils sont engagés dans une lutte périlleuse contre des êtres malfaisants, inhumains et immortels, des créatures qui aspirent la vie de tout ce qui croise leur chemin, et font des hommes et des animaux des esclaves. Faon l'apprend à ses dépends... et lie son destin de façon inattendue à un patrouilleur vétéran, Dag Hickory. Un destin de dangers et de plaisirs qu'elle n'aurait jamais imaginé...

Mon avis

La première chose à dire c'est que je ne m'attendais pas à ça. Je n'ai pas spécialement été déçue, mais je pensais que ce serait un livre avec beaucoup plus d'action, qu'il y ait toute une histoire autour de ces hommes de vase alors que la plupart du livre se concentre uniquement sur l'histoire entre Faon et Dag (histoire d'amour cela s'entend). Ça ne me dérange pas en soi, parce que c'était la même chose pour L'épopée Xylara d'Elizabeth Vaughan que j'avais beaucoup aimé mais dont l'élément qui ressort est cette histoire d'amour, un peu compliqué par moment (surtout vis-à-vis des autres).

Eh bien ici avec Ensorcellement , c'est le même principe, on voit naitre petit à petit l'histoire d'amour entre Faon et Dag, en laissant un peu de côté quand même le côté fantastique, avec les actions qu'il y aurait pu avoir. Un peu dommage vu que je m'attendais à ce genre d'histoire. Après, en prenant compte ce que l'on nous expose, bah j'ai quand même bien aimé. Je me suis laissée entrainée par cette histoire, dont l'écriture fluide permet de bien comprendre et de ne pas se prendre la tête en lisant. J'aime bien ce genre de livre. ^^

Le côté romance n'est pas non plus poussé à l'extrême (quand c'est trop « je t'aime moi non plus », ça me gonfle, j'aime bien quand il y a de l'action, des bastons... de la vraie fantasy quoi ! ^^), et il y a quand même des éléments fantastiques avec ces hommes de vase et aussi de la magie, notamment avec les fameux couteaux du partage qui donne le nom à la série. On sait ce que c'est et aussi la raison pour laquelle il se nomme ainsi. Par ailleurs, on rencontre deux types de peuples, les Marcheurs de Lac et les fermiers en la présence de Dag et Faon et on voit les préjugés et pensées qui existent d'un peuple à l'autre (ça me fait toujours penser à L'épopée Xylara d'Elizabeth Vaughan pour ça, mais ça n'a quand même rien à voir).

J'ai trouvé ça sympa à lire mais ce n'est pas pour autant de la grande fantasy, comme le côté romance est plus mis en avant. Après, ça se laisse lire et je pense que je continuerai la série pour voir comment tout ça va évoluer. Mais là au moins, je saurais à quoi m'attendre.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Les contes du chat perché de Marcel Aymé

La Belle Sauvage de Philip Pullman (La Trilogie de la Poussière 1)

Un jour, je serai pompier de Quentin Gréban

Skiddy, mon ami imaginaire de Katherine Applegate

Sans raison apparente de Charlotte Bousquet