Le piano maléfique de Françoise Grenier Droesch

Quatrième de couverture

La légende rencontre parfois la réalité. Leur bus arrêté dans un village fantôme, les élèves d'une classe de CM2 se retrouvent enfermés dans le château de Comte de Nerval. Nourris des repas les plus fabuleux, ils écoutent ce passionné de Chopin, jouer du piano des heures durant. Quelles métamorphoses opèrent ces notes envoûtantes ?
Grâce aux témoignages des enfants désormais réfugiés à l'hôpital de Brienne, l'inspecteur Herbert pénètre dans les terres Rouges, domaine du pianiste maléfique qui pratique d'étranges expériences sur les êtres humains.
Dans Le piano maléfique les splendeurs illusoires se muent en d'effroyables vérités. Françoise Grenier Droesch introduit le romantisme le plus sombre au cœur d'une enquête fantastique pour bâtir une intrigue dont les rouages font froids dans le dos.


Mon avis

Je tiens tout d’abord à remercier Françoise Grenier Droesch qui m’a permis de lire son livre, malheureusement, ça a été une déception pour moi.

L’histoire est simple, on annonce dans le journal local que des enfants ainsi que des accompagnateurs partis en sortis on été retrouvés errants aux alentours du bourg de Brienne Le Château. Les parents avaient été sans nouvelles d’eux pendant trois jours et s’en étaient inquiétés. Le groupe a été transféré à l’hôpital car les enfants semblaient vieillis, mal en point. L’inspecteur Herbert Léonidas est mis sur l’affaire, même s’il était en congé. Il part donc à l’hôpital et écoute les témoignages des enfants et des accompagnateurs, et tous racontent la même chose. Il semblerait que le Comte de Nerval soit derrière cette histoire. Les enfants n’ont pas arrêté de manger mais leur état décharné laisse les médecins et l’inspecteur perplexe. Et tous parlent d’une mélodie, du piano du Comte… Il va donc mener son enquête pour découvrir qui est ce Comte et ce qui est arrivé à ses enfants…

L’histoire aurait pu être pas mal, mais je n’ai pas été transporté. L’intrigue était simple et aurait pu être intéressante mais que je ne l’ai pas toujours trouvée logique. Les réactions de certains personnages au vu de situations données, me semblaient fausses, pas appropriées. J’ai vraiment eu du mal à plonger dans ce livre et à m’y intéresser vraiment. De plus, par moment j’avais la sensation de passer du coq à l’âne et de ne pas savoir toujours de quoi on parlait. On passe trop d’une chose à l’autre sans vraie logique et je me demandais parfois où l’auteur voulait en venir. Je dois avouer que l’histoire ne m’a pas tellement plu, et je m’attendais à mieux que ça.

Hormis les quelques fautes d’orthographes et problèmes de mise en page (je n’en parlerai pas), je trouve qu’au niveau de la narration il y a des soucis. Et ça, je pense que c’est la raison première qui ne m’a pas plu. Ce n’est pas tant la narration générale, que les dialogues et ça m’a empêché de rentrer vraiment dans l’histoire. Au début du livre, l’inspecteur Herbert récolte les témoignages des enfants et accompagnateurs et là… j’ai eu un vrai blocage parce que ce ne sont pas des faits racontés à la 3e personne de manière détachés, comme si le narrateur nous faisait un résumé, mais bel et bien l’histoire en direct par le témoin, et donc cela est inséré dans un dialogue. Le souci c’est que les enfants (9 ans en gros) et les adultes, parlent au passé simple pour raconter ce qui n’est absolument pas possible, ni crédible. Des enfants de 8 ans ne maîtrisent pas ce temps là et même des adultes bien souvent ne savent pas l’employé à bon escient et encore moins le conjuguer. De ce fait, j’ai eu beaucoup de mal à me mettre dans l’histoire, parce que c’et lourd, ça n’est pas crédible au vu des personnages et à l’époque où se déroule les faits (2010, on ne parle pas comme ça de nos jours, ça se saurait). Il y a donc un décalage entre le langage employé et les personnages, et ça se voit aussi avec le vampire qui pour le coup tient un langage « plus récent » et là, ça casse un peu le personnage et ne le rend pas crédible non plus.

Je ne me suis pas tellement attachée aux personnages, je ne les trouve pas suffisamment approfondi. L’inspecteur aurait pu l’être davantage vu que c’est quand même le personnage principal de l’histoire il mène l’enquête etc. sauf qu’on le survole trop et qu’en plus il y a tout un mystère autour du personnage (en rapport avec ses rêves) et finalement ça n’est pas exploité et rien n’est développé là-dessus. Donc je trouve que ça ne sert à rien de nous avoir parlé de ça, si finalement il n’y a pas d’explication dessus. Le vampire aurait pu être intéressant, surtout à travers les quelques monologues, mais là encore, on ne voit pas grand-chose et je n’ai pas trouvé grand intérêt dessus. Par ailleurs, on nous parle de certaines choses à travers ces monologues, mais là encore ce n’est pas exploité. Quant aux autres, on les voit tellement peu, qu’on les oublie vite.

En bref, cette histoire ne m’a pas tellement plu, j’ai trouvé que l’intrigue partait un peu dans tous les sens, sans vrai lien. Les personnages ne sont pas suffisamment approfondis et les réactions et langage de certains ne sont pas cohérents. J’ai eu beaucoup de mal avec l’écriture par moment donc pour lire ce n’était pas évident. Ça aurait pu être sympa, mais je n’ai pas accroché, après ça ne tient qu’à moi, ça peut plaire à d’autres gens.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Asynchrone de Fabien Clavel

Celle qui murmurait à l'oreille du mec en costard de Laëtitia Constant

Concours Celle qui murmurait à l'oreille du mec en costard [TERMINE]