Avant d'aller dormir de S.J. Watson

Quatrième de couverture

À la suite d’un accident survenu une vingtaine d’années plus tôt, Christine est aujourd’hui affectée d’un cas très rare d’amnésie : chaque matin, elle se réveille en croyant être une jeune femme célibataire ayant la vie devant elle, avant de découvrir qu’elle a en fait 47 ans et qu’elle est mariée depuis vingt ans. Son dernier espoir réside dans son nouveau médecin, Ed Nash. Celui-ci lui a conseillé de tenir un journal intime afin qu’elle puisse se souvenir de ce qui lui arrive au quotidien et ainsi reconstituer peu à peu son existence. Quand elle commence à constater de curieuses incohérences entre son journal, ce que lui dit son entourage et ses rares souvenirs, Christine est loin de se douter dans quel engrenage elle va basculer. Très vite elle va devoir remettre en question ses rares certitudes afin de faire la vérité sur son passé… et sur son présent.

Mon avis

Je tiens tout d’abord à remercier les éditions Sonatine pour m’avoir permis de lire ce livre et ainsi découvrir une petite merveille. Je comprends parfaitement en quoi ce livre a pu être un coup de cœur de l’été, ça a été aussi le mien.

Je dois avouer que j’étais impatiente de lire ce livre parce qu’il m’avait vraiment intrigué et une fois que je l’ai eu entre les mains, il a été difficile de résister alors je me suis empressée de terminer mon livre en cours pour pouvoir le lire. Malheureusement pour moi, ce livre n’est pas resté longtemps entre mes mains, il ne m’a fait qu’une journée vraisemblablement.

Avant de parler de l’histoire et de dire mon ressenti, je dois vous mettre en garde. Contrairement à son titre… ne lisez jamais ce livre avant d’aller vous couchez, sans quoi vous risqueriez de faire une nuit blanche, tout ça pour continuer de merveilleux livre… A vos risques et périls donc (j’en ai fait les frais, je sais de quoi je parle). Lire avant de dormir n’est pas une bonne idée lorsque vous devez vous lever tôt le lendemain. Vous êtes prévenus.

L’écriture de l’auteur est vraiment agréable à lire et fluide. Sérieusement ce livre de 400 pages (écrit petit dedans) se lit aisément, sans aucun problème et j’avoue avoir été surprise par la rapidité à laquelle j’ai pu lire ce livre. L’histoire était tellement captivante que j’avoue avoir eu du mal à le lâcher, à peine l’avoir posé pour arrêter, que je le reprenais quasi aussitôt, avide de découvrir l’histoire de cette femme, de ce qui lui est arrivé et comment elle fait pour vivre. La narration étant à la 1ere personne, on s’attache énormément à Christine et on est comme elle, tout aussi amnésique sur ce qui s’est passé et on découvre peu à peu son histoire. On lit en même temps qu’elle ce qui lui est arrivé.

On découvre ainsi Christine, une femme amnésique, qui se réveille dans une chambre qui lui est inconnue. Elle prend peur, s’inquiète et se demande ce qu’elle a bien pu faire. Puis, l’homme a ses côtés lui apprend qu’elle est sa femme, et qu’il est son mari : Ben et cela depuis plusieurs années. Lorsqu’elle s’était réveillée ce matin là, elle pensait avoir dans la vingtaine, sauf qu’elle a en réalité dans la quarantaine. Son mari prend ainsi soin d’elle, lui explique tout ça attentive, lui montrant plein de post-it sur lesquels sont indiqués des choses qu’elle doit faire, afin de ne pas oublier, avant qu’il ne parte pour le travail. Christine se retrouve donc toute seule et s’occupe comme elle peut, jusqu’à ce qu’elle reçoit un appel, un certain Dr Nash qui dit être son médecin et qui avait rendez-vous avec elle. Méfiante, elle ne le croit pas, mais finit par prendre confiance et elle finit par le retrouver et il discute à son bureau. Il lui montre un journal, et lui apprend que c’est le sien, cela fait partie de son « traitement ». Le Dr Nash lui avait conseillé d’écrire dans un journal les actions de ses journées afin qu’elle n’oublie pas. Il lui rend ainsi et elle commence sa lecture, où elle va découvrir que tout n’est pas ce qu’il semble être.

Le livre est divisé en trois partie, celle du moment présent, le journal de Christine avant de retourner au moment présent. Il faut avouer que la 2e partie occupe presque tout le livre et cela nous permet d’être plongés vraiment au cœur des pensées et action de Christine qui chaque jour oublie ce qui s’est passé la veille. Cela lui sert donc de mémoire et au fur et à mesure, elle va comprendre qu’il y a des choses incohérentes entre ce qu’on lui dit, et ce qu’elle a pu écrire, des conversations et informations qu’elle a pu récolter à force décrire vraiment tout ce qui se passe dans sa journée. L’intrigue est vraiment bien menée et pendant tout le long du livre, je voyais l’évolution dans le personnage, dans les informations, mais je me suis souvent demandé où l’auteur voulait en venir. Ce livre est assez psychologique quand même, parce qu’on sent une tension, on se doute qu’il y a un problème quelque part, mais on ne sait pas forcément où il se trouve. Et ce n’est vraiment que dans la dernière partie, vers la toute fin que l’on comprend enfin la solution et je dois avouer que je ne m’y attendais pas. je n’avais pas du tout penser à ça. L’auteur sait jouer avec son lecteur, le mener en bateau, comme on peut mener en bateau Christine. Elle est touchante, et on a vraiment envie de l’aider à s’améliorer, à comprendre ce qui a pu se passer, mais on est tout aussi démunie qu’elle. Mais elle peut compter sur l’aide de son mari, mais également de son médecin : le Dr Nash, qui met tout en œuvre, d’une quelconque manière.

Finalement, on se retrouve dans la même situation qu’elle, et ainsi, on peut se mettre facilement à sa place et comprendre ce qu’elle ressent. On découvre tout en même temps et on s’attache énormément à cette femme qui est totalement désorientée la plupart du temps et en découvrant des aspects de sa vie, elle voit bien qu’il y a des choses qui ne collent pas sans qu’on puisse réellement le prouver. Christine ne nous joue pas de tour, elle raconte dans son journal tout simplement ce qui se passe, sans fausser personne. Et c’est en cela que ce livre est génial parce que l’auteur en choisissant de laisser la parole à Christine, nous plonge dans un univers assez sombre et qui pourrait devenir vite angoissant vu que chaque matin elle ne sait pas qui elle est. Cet effet de répétition est évidemment très présent dans le livre mais je trouve que c’est bien maîtrisé et ça n’est pas lourd à la lecture. Tout au long de ce livre on a des doutes, on ne sait plus en qui on doit faire confiance et on se retrouve seul et sans ressource et pourtant, la vérité finira par éclater, mais il faut voir à quel prix.

En bref, pour un premier tome, je trouve que S.J. Watson s’en sort à merveille, il a écrit un livre vraiment super. Je l’ai beaucoup apprécié, c’est un coup de cœur pour moi parce qu’on est vraiment plongé au cœur de l’histoire, comme la narratrice, on ne comprend pas tout ce qui se passe mais à mesure tout se révèle et on prend enfin l’ampleur de la situation, de ce qui s’est passé et on comprend également comment elle en est arrivé là. C’est vraiment un bon thriller, assez psychologique, qui saura nous surprendre. Il est assez difficile de vraiment retranscrire ce que j’ai ressenti en lisant ce livre, mais je l’ai trouvé vraiment génial. L’idée de base était très bonne et l’auteur en a fait quelque chose d’intéressant et captivant. C’est un livre à lire d’urgence ! Bonne lecture !

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Piégés entre les murs de la nuit d’Hubert Ben Kemoun (Piégés 2)

Le coeur en braille de Pascal Ruter (Le coeur en braille 1)

Les contes du chat perché de Marcel Aymé