Les contes du chat perché de Marcel Aymé

Quatrième de couverture

«Comme le loup protestait de ses bonnes intentions, elle lui jeta par le nez :
- Et l'agneau, alors ?... Oui, l'agneau que vous avez mangé ?
Le loup n'en fut pas démonté.
- L'agneau que j'ai mangé, dit-il. Lequel ?
- Comment, vous en avez donc mangé plusieurs ! s'écria Delphine. Eh bien ! C'est du joli !
- Mais naturellement que j'en ai mangé plusieurs. Je ne vois pas où est le mal... Vous en mangez bien, vous !»

Mon avis

Les contes bleus du chat perché

Je continue à lire mes livres pour les cours (la littérature jeunesse), je vous assure que c’est un vrai plaisir de ce plonger dans les livres de ce cours (Les contes bleus du chat perché, Le magicien d’Oz, Alice au pays des merveilles et Peter Pan). Donc voilà le tour de ce livre et j’en fais une petite chronique parce que bon c’est très sympa, c’est un classique et que pour le coup je suis sûre que ça pourrait en intéresser plus d’un.

Voilà des petits résumés express de chaque conte, si ça vous dit de savoir de quoi ça parle, parce que bon des titres tout seul, ça n’évoque pas grand-chose quand même (et ça me fera des penses bêtes d’ici le mois de juin pour mes exams, ça m’évitera d’oublier ^^). Si vous ne souhaitez pas savoir de quoi ça parle, je vous conseille d’aller directement au paragraphe qui suit « Les cygnes » puisque je ne donne mon avis général qu’à ce moment-là (ou juste après les petites "frise" comme celle-ci).


*-*-*-*

Le loup : Une petite histoire qui raconte l'amitié entre un loup et deux petites filles Marinette et Delphine qui avaient pourtant l'interdiction d'ouvrir à qui que ce soit et en particulier au loup parce qu'il était méchant et allait les dévorer toute crue si elle le laissait entrer. Mais les fillettes, malgré les recommandations et l'interdiction des parents,  ont fini par céder et ont réussi à prouver qu'un loup pouvait être bon et jouer avec lui sans souci. Mais comme dit le dicton : Chassez le naturel et il revient au galop !

Le cerf et le chien : On retrouve de nouveau Marinette et Delphine alors qu’elles étaient tranquillement chez elles avec leurs animaux de compagnie (un poussin et un chat) quand un cerf arrive en courant en leur demandant de le cacher puisqu’un chien est à sa poursuite pour le tuer. Les filles font ce qu’il lui demande quand survint le chien qui ne croit pas un instant aux histoires des fillettes quand elles affirment qu’ils ne se trouvent pas là, alors il va fouiner un peu, malgré la ruse du chat. Mais le chien face aux pleurs des fillettes va devenir conciliant et ruser pour laisser la vie sauve au cerf contre les autres chiens de la meute qui le poursuivaient.

L'éléphant : Alors que les parents de Marinette et Delphine partent voir l’oncle Alfred, les deux fillettes restent à la maison comme il pleut des cordes. Ainsi pour s’occuper, elles convainquent les animaux de jouer avec elle à l’Arche de Noé, ainsi s’engage toute sorte d’animaux dans cette folle aventure. Mais une poule souhaite y participer alors qu’il y en a déjà une à bord, alors l’une des deux fillettes proposent à la poule de faire croire qu’elle est un éléphant, cette dernière prépare donc son rôle dans la chambre d’à côté tout en regardant à quoi ressemble un éléphant dans un livre. Mais la poule a peut-être pris son rôle trop à cœur et les parents sont sur le point de rentrer à la maison…

Le canard et la panthère : Alors que Delphine et Marinette étudient la géographie en compagnie du canard, elles finissent par lui dire qu’il devrait voyager, c’est pourquoi il finit par apprendre par cœur la géographie du monde avant de partir en voyage. Lorsqu’il revient, il est accompagné d’une panthère qui explique leur voyage et les changements qui se sont opérés en elle avant de prendre peu à peu le commandement de la maison, suite à l’injustice qui était faite dans la maisonnée (que ça soit envers les animaux ou les deux fillettes). Ainsi tout se passe pour le mieux, du moins la plupart du temps, jusqu’à ce que le cochon (souvent grognon et peu amical envers la panthère) disparaisse du jour au lendemain…

Le mauvais jars : Alors que Delphine et Marinette jouent à la balle dans le pré un jars passe par là et lorsqu’il les entend rire, il pense que c’est à ses dépends. Il finit par se fâcher et confisquer la balle qui est soi-disant sur son pré, avant de mordre les deux fillettes au mollet. Ces dernières se plaignent à un âne qui était non loin de là et tentent par tous les moyens de récupérer leur balle sans y parvenir. L’âne finit alors par élaborer tout un plan pour aider les deux fillettes et au passage à se jouer de ce mauvais jars.

L'âne et le cheval : Alors que les deux fillettes sont dans leur chambre, chacune d’elle fait le souhait de devenir un cheval et un âne parce que c’est selon elles, ce qu’il y aurait de mieux au monde. Quelle est leur stupeur lorsqu’elles se rendent compte que leur souhait a été exaucé, mais peut être que cela n’a pas été une si bonne idée que ça car elles vont se rendre compte que la vie d’un âne et d’un cheval dans la ferme familiale n’est peut-être pas la meilleure vie et leurs parents de très bons maîtres… Une leçon à ne pas oublier…

Le mouton : Delphine et Marinette sont en train de jouer avec leur mouton quand un soldat qui passait par là et qui avait des soucis avec son cheval décide de l’échanger contre divers animaux de la ferme familial. L’échange se conclut par celui du cheval contre le mouton des filles et le soldat finit par repartir avec la pauvre bête. Mais le mouton étant un cadeau de l’oncle des fillettes et leur animal préféré, le cheval noir et le canard vont se lancer à la recherche du soldat pour tenter de récupérer le mouton.

Les cygnes : Les parents des petites filles partent pour la journée en leur interdisant de franchir la route. Seulement, Marinette voit une chevrette qui semble aller quelque part déterminée, elle lui demande donc où elle va : vers le rendez-vous des enfants perdus. Un peu après Delphine et Marinette voient un chiot marcher aussi vite que possible pour aller à ce même rendez-vous mais comme il est petit il ne peut pas aller très vite. C’est pourquoi elles lui proposent de le porter et de les emmener, mais une fois près du rendez-vous, elles se font embarquer pensant qu’elles cherchent des parents… Le tout sera de tenter de rentrer avant le que leurs parents ne rentrent et se rendent compte de leur disparition et désobéissance.

*-*-*-*

Ça se lit bien, c’est très rapide. Dans ces « contes bleus » il y en a 8, qui font en moyenne une 10aine de pages donc ça n’est pas grand-chose (ce sont des contes après tout, ça n’est jamais très long) et c’est vite lu. Et puis comme c’est bien écrit, c’est d’autant plus plaisant. On voit bien que ce sont des contes, que c’est adressé à des enfants mais ça n’en reste pas moins sympathique à lire quand même. Les histoires sont toutes mignonnes, avec certaines leçons à en tenir si on veut y voir une certaine morale (bien qu’elle ne soit pas explicitement écrite, comme c’est le cas chez les Contes de Perrault, là, c’est présenté comme de simples histoires. Ce qui dans un sens m’a un peu étonné puisque je pensais qu’on retrouverait cet aspect « morale » ici.

J’ai vraiment passé un bon moment en lisant ces contes et je ne regrette pas de les avoir lu, c’est pratique les cours parfois, ça donne l’opportunité de lire des livres qu’on n’aurait pas lu soi-même (bien souvent à raison) mais parfois on y trouve de bons livres donc c’est bien sympathique de les découvrir, après tout, ce sont des classiques, alors autant les lire ça ne fait jamais de mal pour les connaissances personnelles.

Je trouve ça sympathique aussi le fait qu’on retrouve tout le temps Delphine et Marinette dans les différents contes. Ça permet de faire une certaine uniformité dans le livre puisque l’on suit au final toujours les mêmes personnages c’est juste qu’on nous présente différents animaux (du moins en personnage « principal » et que l’on peut retrouver d’un conte à l’autre également). Ça change des Contes de Perrault où ce sont toujours des histoires, des cadres et des personnages totalement différents, là ça donne la sensation d’avoir un recueil de contes, et l’univers étant déjà connu ça permet de suivre les histoires de ces petites filles (quelque peu désobéissantes) dans leur ferme (avec des parents quelque peu douteux, négligents et crédules quand même).

En bref, j’ai passé un bon moment, c’était sympa même si au bout d’un moment j’étais contente d’en finir (à mon avis c’est surtout parce que 16 Lunes de Kami Garcia & Margaret Stohl qui est en cours de lecture et presque terminé me faisait énormément de l’œil). Un classique dans les contes, parfait pour les enfants et même pour les adultes, ça reste sympa à lire et bon ; lire des classiques, ça ne fait jamais de mal, il faut se culturer un peu de temps en temps ! (oui tout à fait, se culturer ! ^^).

Commentaires

  1. Ca me replonge en enfance tout ça :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. c'est clair, et avec mes lectures ces derniers temps, j'y suis vraiment mdr je ne lis que de la littérature jeunesse ces derniers temps lol va falloir que je change et ailleurs voir autre chose lol

      Supprimer
  2. vous m avait sauver pour mon intro

    RépondreSupprimer
  3. Merci j ai une intero c trop cool il est moins long que le livre merci merci :-)

    RépondreSupprimer
  4. euh si ça peut vous faire plaisir mais ça ne reste pas l'intégralité du livre, les résumés ne dévoilent pas tout et bon... vu la longueur des livres, vous pourriez les lire tout seul...

    RépondreSupprimer
  5. trop cool ce livre . mon conte préféré est les boites de peinture

    RépondreSupprimer
  6. trop le livre j'adore les contes vraiment bravo

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Vous êtes bien sur la messagerie écrite de Melisande, veuillez laisser un message après le bip écrit car elle est partie lire !

***biiip***

Posts les plus consultés de ce blog

L'héritière de Bellecombe de Liz Carlyle