L'Affaire du tarot de Pieter Aspe (Une enquête du commissaire Van In 12)

Quatrième de couverture

« Trois meurtres en moins d’une semaine, voilà une bonne publicité pour une ville qui veut vivre du tourisme ! »
À Bruges, personne n’a oublié l’affaire du tarot, une série de crimes ayant pour cibles hautement symboliques des membres respectables de l’Eglise, de l’armée et de l’Etat, tous exécutés de trois balles dans le corps. Les meurtres, jamais élucidés, étaient tous signés d’une mystérieuse carte de tarot… Vingt ans plus tard, le commissaire Van In et son fidèle inspecteur Versavel, qui traversent une période creuse, décident de reprendre l’enquête à zéro. À peine ont-ils accédé à certaines informations qui ne figuraient pas dans le dossier de l’époque, que le meurtrier au tarot frappe à nouveau. Les policiers auraient-ils ouvert la boîte de Pandore ?
Sur fond de guerre des polices, de sexe, de secrets de famille et de scandales institutionnels, un des meilleurs romans du maître flamand du suspense.

Mon avis

Je tiens tout d’abord à remercier les éditions Albin Michel de m’avoir permis de lire ce livre.

C’est toujours un plaisir de retrouver Van In, sa « femme » le juge Martens et Versavel son acolyte de toujours dans une nouvelle enquête, ou plutôt une ancienne qu’ils décident de rouvrir. Je ne ferai pas de résumé de l’histoire plus détaillé, la 4e de couverture étant suffisamment explicite pour savoir de quoi il en retourne. 

Comme dans tout bon polar, on se retrouve dans une nouvelle enquête policière avec son lot de morts, une affaire à résoudre en retrouvant les coupables, etc. En en parlant comme ça, de manière un peu caricaturale, ça n’a rien d’extraordinaire, mais ça, c’est le genre qui le veut, on doit retrouver certains éléments pour en faire un bon polar (je crois que mes cours ont déteint sur moi, ahem…). Bref, tout ça pour dire qu’on sait à quoi s’attendre mais que c’est normal et que ça ne me dérange pas.

J’aime beaucoup cette série, j’y suis attachée et même après 12 tomes, je ne m’en lasse pas, même si c’est vrai que parfois l’auteur se penche peut-être un peu trop sur l’état d’âme des personnages, sur ce qu’ils font « en dehors » du boulot, plutôt que l’enquête. Mais comme tout est lié ou que ça relance un peu l’enquête, finalement, ça n’est pas plus dérangeant que ça, pas pour moi en tout cas. Les tomes se « ressemblent » quelque peu certes, mais dès le départ on s’en rend compte, donc tout dépend de nos attentes.

L’intrigue était intéressante et bien menée comme toujours. J’aime toujours autant la manière dont Van In, et les autres, arrivent toujours à trouver la solution, à comprendre. C’est vraiment tout un cheminement et même si parfois on ne voit pas trop où l’on met les pieds, ça finit par se faire jour. On ne sait pas toujours ce qu’il en est, qui sont les coupables, et même lorsqu’on a des doutes, eh bien on n’a pas de « preuves » si l’on peut dire, ça ne reste qu’une intuition, qui se vérifie avant d’avoir les preuves du fait qu’on a une narration à la troisième personne, ce qui nous permet de suivre différents groupes de personnages, pas seulement Van In ou encore Hannelore.

Ça reste un polar, donc avec son côté « prévisible » dans les grandes lignes, mais je trouve quand même ces livres intéressants, je ne m’en lasse pas parce que jusqu’à la fin, on a toujours un suspense qui fait qu’on ne peut qu’accrocher malgré tout. En plus souvent ce petit quelque chose est glauque ou nous faire comprendre des éléments qui étaient restés en suspens pendant l’histoire… 

Ce que j’apprécie aussi – même si ça en devient frustrant – ce sont ses fins quelque peu inachevées, qui laissent libre choix aux lecteurs de voir ce qui a bien pu se passer, etc. Ça n’est jamais une fin totalement close, claire et net, on peut avoir souvent un petit doute… ce qui donne forcément envie d’en savoir plus, parce que parfois on peut voir dans le tome suivant quelques réponses, puisqu’on a souvent des retours sur ce qui a pu se passer avant.

J’aime toujours autant les personnages, des réponses à nos questions arrivent (oui j’avoue, j’étais frustrée de ne pas savoir, je me doutais de la réponse, mais quand même, c’est énervant de ne pas en être sûr !). Van In m’avait un peu manqué depuis le 11e tome (lu en décembre 2012) et je l’ai retrouvé avec plaisir, il ne change pas des masses mais on le comprend un peu mieux parfois et sa morale est mise de côté quand ça l’arrange, mais au moins il résout des affaires… Versavel acolyte de toujours qui est là quand il faut et il forme un peu la « béquille » de Van In et Hannelore, on n’imagine plus le couple sans lui maintenant… Mais du coup ça forme un bon trio qui fonctionne bien, que j’apprécie beaucoup.

L’écriture est toujours aussi sympathique, j’aime bien le style, ça se lit bien, toujours aussi rapidement et comme l’histoire est intéressante, ça ne fait jamais long feu. Le livre a été lu en une journée, ça n’est pas pour rien et pourtant j’ai fait durer le plaisir, j’ai essayé… mais bon, j’étais trop pressée de savoir, de retrouver les personnages pour me permettre de le laisser trop longtemps de côté.

En bref, une suite tout aussi bien que les précédents, je ne me lasse pas de lire cette série. L’univers est intéressant, les personnages aussi, je m’y attache de plus en plus et j’ai envie d’en savoir plus, les enquêtes toujours aussi bien menées pour notre plus grand plaisir. Que demander de plus ?

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Les contes du chat perché de Marcel Aymé

La Belle Sauvage de Philip Pullman (La Trilogie de la Poussière 1)

Un jour, je serai pompier de Quentin Gréban

Sans raison apparente de Charlotte Bousquet

In My Mailbox (306)