Cesare Vol.10 de Fuyumi Soryo

Quatrième de couverture

Tout Pise est en effervescence : Giovanni de Médicis s’apprête à passer son grand oral, ultime étape qui le sépare de la fin de ses études et surtout de son accession au rang de cardinal…
Mais sa réussite n’aura pas seulement des conséquences politiques. A la suggestion de Cesare, Angelo se prépare à partir pour Florence, où il est destiné à devenir le nouvel homme de confiance de son Excellence. L’avenir des Borgia, des Médicis et de la papauté même repose désormais sur les épaules de Giovanni !

Mon avis

Après avoir attendu pendant des mois la suite de Cesare, sortie prévu début juillet, repoussée à fin août, achat le 13 septembre et lu dans la soirée…

Au début de ce volume 10, Giovanni est sur le point de passer son dernier examen, l’oral qui lui permettra de mettre un terme à ses études et être nommé cardinal. C’est un moment décisif pour les Médicis car cela fait longtemps qu’il n’y en a pas eu dans la famille et il faut à tout prix consolider les alliances. Les questions s’enchaînent, montrant le grand talent oratoire de Giovanni mais tout semble trop facile, c’est à ce moment-là que Cesare, membre du jury pose ses questions qui vont amener un débat fort intéressant sur la place du peuple, des puissants, etc. Cela met davantage en danger Giovanni, mais n’empêche pas ce dernier à accéder au rang de cardinal. Puis, à la suggestion de Cesare, Angelo est envoyé à Florence auprès de son Excellence Giovanni, pour lui prêter main forte et avoir quelqu’un sur qui compter.

Ce livre est intéressant même s’il faut avouer qu’il ne se passe pas grand-chose dans l’ensemble du livre. C’est davantage centré sur la nostalgie, le moment du changement donc il y a des passages plus tendres et tranquille. C’est un tome qui fait la transition entre deux événements, moment charnier qui vous nous mener à des choses plus sérieuses et qui tourneront sur la politique « religieuse ». Mais il permet de revenir sur les relations entre Angelo et Cesare, le moment des adieux ; car même si Cesare est fin manipulateur et agit dans son intérêt et celui de son père, il s’est tout de même attaché à Angelo. Et on le voit bien dans ces moments de pause justement, une balade sur la Santa Maria de Christophe Colomb, une chevauchée, etc.

On peut croire qu’Angelo reste à la solde de Cesare et même si ce dernier lui a apporté beaucoup, il s’en affranchi un petit peu et l’on voit qu’il commence à devenir plus tactique. Le jeune homme naïf connu dans le premier tome n’est plus totalement là, il aura beaucoup évolué, son esprit vif s’aiguisant un peu plus comme nous le montre la fin du volume.

Je ne vais pas écrire un long paragraphe pour parler des illustrations, je pense qu’on aura compris en lisant mes chroniques des volumes précédents que j’aime beaucoup. Je ne m’en lasse vraiment pas, les plans sont superbes et les plans couleurs disponibles au début de l’ouvrage apportent un petit plus non négligeable.

En bref, un nouveau tome intéressant qui va nous mener davantage dans la politique puisque les éléments se mettent en place petit à petit. Je ne peux que vous conseiller cette série qui est passionnante et addictive.

Commentaires

  1. Ton avis sur cette série que je ne connaissais pas du tout me donne bien envie :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. ah c'est absolument génial, il ne faut surtout pas hésiter à la lire !

      Supprimer

Enregistrer un commentaire

Vous êtes bien sur la messagerie écrite de Melisande, veuillez laisser un message après le bip écrit car elle est partie lire !

***biiip***

Posts les plus consultés de ce blog

Les contes du chat perché de Marcel Aymé

Un jour, je serai pompier de Quentin Gréban

La Belle Sauvage de Philip Pullman (La Trilogie de la Poussière 1)

Sans raison apparente de Charlotte Bousquet

In My Mailbox (306)