Amoureuse et un peu plus de Pamela Morsi


Quatrième de couverture

Diriger la bibliothèque de Verdant dans le Kansas ? Dorothy (D.J. pour les intimes) a l’impression de vivre un rêve aussi improbable que merveilleux. Et pas question de se laisser décourager parce que la bibliothèque n’a en réalité rien du pimpant établissement qu’elle avait imaginé, mais tout du tombeau lugubre. Pas question non plus de se laisser abattre parce que les membres de sa nouvelle équipe se montrent pour le moins étranges et peu sociables : elle saura les apprivoiser.
Mais son enthousiasme et sa détermination flanchent sérieusement quand on lui présente Scott Sanderson, le pharmacien de la petite ville. Là, D.J. doit définitivement se rendre à l’évidence : elle est vraiment très, très loin du paradis dont elle avait rêvé. Car Scott n’est autre que le séduisant inconnu qu’elle a rencontré huit ans plus tôt à South Padre et avec lequel elle a commis l’irréparable avant de fuir, éperdue de honte, au petit matin… Heureusement, elle ne ressemble en rien à la jeune femme libérée et passionnée qu’elle s’était amusée à jouer le temps d’une soirée entre copines : avec son chignon, ses lunettes et ses tenues strictes, elle est sûre que Scott n’a aucun moyen de la reconnaître.

Mon avis

Je tiens tout d’abord à remercier les éditions Harlequin de m’avoir permis de lire ce livre que j’ai bien apprécié, même si je dois avouer que sur la fin, je suis justement restée sur ma faim.

C’est une comédie romantique assez classique, la 4e de couverture prêtait à sourire, tant la situation était incongrue, donc j’étais curieuse de voir comment l’auteur allait nous amener cette petite romance qui pouvait reposer sur un quiproquo ou des non dits. Et je dois dire que c’était intéressant même si ce n’était pas tel que je me l’étais imaginé. Cela dit, j’ai passé un bon moment aux côtés de D.J. et de Scott même si on peut dire qu’entre eux deux, ce n’était pas gagné. C’est d’ailleurs plus drôle ainsi et ce que je préfère. Cela n’a pas changé, le coup de foudre au premier regard, j’ai du mal à apprécier parce que ça me paraît peu crédible.

L’intrigue est courue d’avance, très rapidement on comprend même pourquoi D.J. a été embauchée, même si cela est présentée comme une rumeur… Mais, l’auteur garde un petit suspense sur les réelles motivations de la présence de la jeune femme, ce que cela induit. D’ailleurs à ce propos, on voit ce que fait un personnage (la narration est à la troisième personne) et j’avoue que j’aurai aimé que cela ait plus d’incidence et fasse réagir d’autres personnages. Je reste vague pour ne pas spoiler donc cela ne paraît pas avoir de sens mais quand on a lu le livre, on sait à quoi je me réfère. On comprend bien pourquoi ce personnage agit ainsi, mais cela n’a pas vraiment de conséquences, il y en a une légère, mais l’auteur fait l’impasse rapidement et passe à autre chose, notamment revenir sur notre couple. J’ai trouvé ça dommage tout comme le fait que la fin soit si abrupte avant d’avoir l’épilogue.

Au final, la relation entre D.J. et Scott n’est pas totalement comme je me l’étais imaginée avec une telle 4e de couverture. Il s’agit avant tout d’un jeu entre les deux personnages qui éprouvent une attirance sans jamais vraiment oser le dire, tout est sur les non-dits, ce qui cause des situations comique et étrange aussi puisque Scott ne comprend pas pourquoi D.J. agit de cette manière alors qu’il ne la connaît pas (enfin a priori). J’ai trouvé ça dommage que les deux personnages restent sur ces non-dits et fassent comme si ça n’était jamais arrivé en somme…

J’ai trouvé cette fin bizarre et abrupte comme s’il manquait quelque chose. En gros, sans pour autant spoiler, j’aurai aimé le moment où l’un des deux révèlent la chose, qu’une dispute éclate et que ça sorte pour qu’il y ait vraiment cette conscience et que cela ait des conséquences, etc. Là, ce n’était pas le cas, on voit que chacun sait, les doutes ne sont plus permis et là d’un coup c’est l’épilogue…  même si ce dernier nous montre bien que la relation entre les personnages a bien évolué. Il m’a manqué un truc pour que cette histoire soit vraiment top, après je me suis fait mon propre scénario en tête et j’ai été frustrée de voir que l’auteur n’allait pas tout à fait dans mon sens. C’est peut-être ça le problème d’ailleurs…

Pour ce qui est des personnages vraiment à proprement parlé, ils sont plutôt sympathiques et attachants. D.J. est une jeune femme qui tente de refaire sa vie et prend son métier à cœur. Etre bibliothécaire est pour elle une vocation et elle est prête à tout pour améliorer la bibliothèque de Verdant dont elle a la charge. Mais ce n’est pas si simple. Sa vie devient d’autant plus compliquée dès lors qu’elle se rend compte que le fils de sa logeuse n’est autre que son amant d’un soir, 8 ans plus tôt.

Dans l’histoire, le monde du livre est bien mis en avant, on voit D.J. dans son travail, son chien porte le nom de Dewey (nom de l’inventeur de la classification en bibliothèque). D’ailleurs les chapitres sont aussi des classifications de Dewey, ce qui est une petite touche supplémentaire, mais il faut connaître pour bien voir l’allusion.

En bref, une petite comédie romantique mignonne et touchante. Cela prête à sourire mais ce n’est pas pour autant que des sujets plus sérieux et graves ne sont pas abordés. Cela permet de relativiser un peu parfois, de garder le sourire. Les personnages sont attachants et leur jeu est d’une frustration, j’aurai aimé que la vérité éclate vraiment un moment ou à un autre pour que ça puisse bouger mais bon, on ne peut pas tout avoir. Une lecture détente sans prise de tête.

Commentaires

Enregistrer un commentaire

Vous êtes bien sur la messagerie écrite de Melisande, veuillez laisser un message après le bip écrit car elle est partie lire !

***biiip***

Posts les plus consultés de ce blog

Les âmes perdues de Cassandra O’Donnell (Le Monde Secret de Sombreterre 3)

Itinéraires Bis de Marie-Hélène Marathée

Jack et le bureau secret de James R. Hannibal (Section 13, tome 1)