Un très gros changement de Lauren Baratz-Logsted (Poussette et Talons aiguilles 2)

Quatrième de couverture

« Enfin, Jane, tu as perdu la tête ? »
Voilà ce que tout le monde s’obstine à me répéter... sans avoir tout à fait tort. Car qui aurait pu croire que moi, Jane Taylor, réputée tête en l’air et dotée de la dose minimum d’esprit pratique, je me transformerais en mère responsable du pur au lendemain ?
Responsable... Enfin, n’exagérons rien : je ne suis pas sûre que ma façon d’éduquer Emma - Emma étant ma fille, vous l’aurez compris — fera l’objet d’un reportage dans Parents Magazine, mais en tout cas, je prends mon nouveau rôle de maman très au sérieux ! Car figurez-vous que la maternité m’est un peu tombée dessus. Non pas que j’ignore la façon dont on fait les bébés (j’ai trente ans et un Q.I. normal, merci)... mais il se trouve que j’ai découvert Emma dans son petit couffin, abandonnée sur le parvis enneigé d’une église le soir de Noël. Bon d’accord, les nouveau-nés, je n’y connais pas grand-chose... mais je vous jure qu’Emma et moi, on est faites pour s’entendre !

Mon avis

Je tiens tout d’abord à remercier les éditions Harlequin de m’avoir permis de lire ce livre que j’ai bien apprécié. ce n’est pas un coup de cœur mais cela a été une lecture détente sans prise de tête, ce dont j’avais besoin donc c’était parfait pour cela.

La fin d’Un très gros mensonge se terminait sur la découverte d’un bébé par Jane sur les marches d’une église. Et elle compte bien élever cette petite fille coûte que coûte. Nous voyons ainsi à travers les mois, qui correspondent à un chapitre en particulier, la « maternité » de Jane auprès d’Emma, cette petite fille si mignonne mais voilà, il y a de nombreuses embûches qui vont se dresser sur son chemin et qui pourrait compromettre cette vie idyllique entre Jane et Emma.

Cette suite m’a davantage plu que le premier tome car il est d’une certaine manière plus touchant et que le personnage de Jane évolue, ce qui n’était pas du luxe. Dans le premier tome, avec tous ses mensonges, on se demande si elle est vraiment une adulte responsable et on était tout le temps dans la surenchère. Evidemment, à force de mentir, elle s’est retrouvée dans une situation délicate et il est vrai qu’au bout d’un moment cela devenait un peu lourd.

Dans ce tome-ci, on retrouve le même cheminement mais j’ai trouvé cela moins lourd parce que la démarche est assez différente. J’étais davantage impliquée dans cette histoire, l’effet bébé sans doute, je ne voulais pas qu’il arrive quelque chose à cette petite, ni à Jane par conséquence. Mais à force de mentir, pour le bien de sa fille qu’elle veut à tout prix garder, on se doute fortement que cela va finir par se retourner contre elle. Elle avait déjà beaucoup perdu à cause de tous ses mensonges lors de sa prétendue grossesse et là, on se doute bien qu’il va y avoir des problèmes. Mais Jane n’imagine pas encore à quel point la perte peut être encore plus douloureuse…

J’ai davantage apprécié Jane dans ce 2e opus, elle gagne en maturité et s’avère être une bonne mère pour Emma, même si elle est loin d’être irréprochable. On sait qu’elle le fait par amour et pour le bien de cette petite qu’elle ne veut pas quitter. C’est d’autant plus touchant quand on voit que ses efforts sont tout le temps remis en cause (à raison d’une certaine manière) mais on ne veut pas qu’il lui arrive quelque chose. Même si cela semble inévitable, j’avoue avoir eu le cœur serré en voyant la situation devenir très compliquée.

Dans ce tome, les liens de la famille sont très mis en avant, avec une telle mère et une telle sœur, Jane n’est pas très secondée mais elle peut compter sur ses amis David et Christopher ainsi que Tolkien, toujours aussi présent même si c’est compliqué entre eux. Ils font tous des concessions pour le bien de la petite qui semble avoir un charme incroyable. L’effet bébé est miraculeux et peut changer bien des choses.

La mère et la sœur de Jane vont également changer de leur côté et cela fait un choc à Jane, on peut la comprendre mais cela lui permet d’ouvrir les yeux sur sa situation, ses rapports avec les membres de sa famille et cela grâce à une personne extérieure. Je n’en dirai pas plus pour ne pas spoiler, mais c’était intéressant de voir tout cela.

Jane travaillant pour un éditeur, on n’oublie pas non plus l’aspect livre, édition qui est très intéressant et qui m’a plu (comme c’est étonnant). Son travail et ses collègues auront forcément un impact sur sa vie personnelle avec la petite mais je n’en dirai pas plus pour ne pas spoiler. En tout cas, certains visages se dévoilent et c’est assez plaisant à découvrir.

En bref, Un très gros changement est un livre assez léger, sans prise de tête mais qui n’en reste pas moins agréable et touchant. Ce n’est pas un coup de cœur mais c’est parfait pour lire sur la plage et se détendre car même si parfois elle manque de discernement, Jane reste une jeune femme touchante a qui l’on souhaite aussi un peu de bonheur.

En partenariat avec

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

L'héritière de Bellecombe de Liz Carlyle

Les contes du chat perché de Marcel Aymé