La Voie des Rois, vol.1 de Brandon Sanderson (Les Archives de Roshar 1)

Quatrième de couverture

Roshar, monde de pierres et de tempêtes. Des siècles ont passé depuis la chute des Chevaliers Radieux, mais leurs avatars, des épées et des armures mystiques qui transforment des hommes ordinaires en guerriers invincibles, sont toujours là. Pour elles, les hommes s’entre-déchirent. Dans le paysage dévasté des Plaines Brisées, Kaladin, enrôlé de force, lutte dans une guerre insensée qui dure depuis dix ans, où plusieurs armées combattent séparément un unique ennemi. Dalinar Kholin, chef de l’une de ces armées, est fasciné par un texte ancien appelé La Voie des Rois. Hanté par des visions des temps anciens, il commence à douter de sa santé mentale. De l’autre côté de l’océan, la jeune et ambivalente Shallan apprend la magie, et découvre certains secrets des Chevaliers Radieux…

Mon avis

Je tiens tout d’abord à remercier les éditions Le Livre de Poche de m’avoir permis de lire ce livre que j’ai tout simplement adoré et je suis désormais très curieuse de lire la suite.

Je dois avouer qu’écrire cette chronique n’est pas évidente car il y aurait tellement de choses à dire mais je ne veux pas vous gâcher le plaisir de la découverte. Je vais donc tâcher de rester assez « brève », tout en sachant pertinemment que cette chronique sera malgré tout longue, on ne se refait pas, pour vous donner un aperçu de cet ouvrage qui mérite vraiment d’être lu. J’espère qu’à travers mes mots cela vous convaincra !

J’aurai mis un peu plus d’une semaine pour lire ce pavé, il faut dire que je l’ai commencé la semaine précédent la remise de mon mémoire, peut-être pas ce qu’il y a de mieux pour se plonger dans un tel livre et tel univers. Mais cela explique aussi pourquoi j’ai mis autant de temps à le lire, sans compter le fait que ce soit un pavé de presque 770 pages, écrit assez petit. Je n’avais pas la sensation d’avancer beaucoup à chaque fois mais en tout cas, je ne me suis pas ennuyée un instant. Cela se lit bien même s’il faut être concentré. En tout cas, j’étais très curieuse de découvrir ce qui allait arriver à nos différents personnages qui sont très différents des uns des autres, du fait de leur situation.

Avant toute chose, il faut s’avoir qu’il s’agit d’un tome introductif donc c’est vraiment le tout début d’une aventure. En effet, ce tome n’est que la première moitié du tome 1, d’où la mention « vol.1 », il est donc évident que niveau action, ce n’est pas totalement au rendez-vous puisqu’on nous présente essentiellement des personnages, un univers et une situation. Mais attention, ce n’est pas pour cela qu’il ne se passe rien, bien au contraire !

J’ai connu Brandon Sanderson avec sa série Alcatraz – je parle niveau lecture puisque je le connaissais déjà de nom mais sans pour autant avoir franchi le pas de le lire – et je dois dire qu’avec La Voie des Rois, cela me conforte dans l’idée de lire ses autres ouvrages car il a une imagination débordante. Dans un registre très différent d’Alcatraz, qui était plus jeunesse, dans la légèreté et l’humour, Brandon Sanderson nous livre ici un roman beaucoup plus mature, sérieux et sombre également. Je ne saurai dire lequel des deux est le meilleur car ils sont tous les deux excellents dans leur domaine. Bien que ce soit deux registres très différents, l’auteur aura su m’embarquer dans son univers et me happer totalement. J’espère qu’il en sera de même pour vous, si vous veniez à le lire.

L’histoire est constituée en différentes parties, où l’on va donc découvrir essentiellement trois personnages principaux à savoir Kaladin, Dalinar Kholin et Shallan qui, comme on va le découvrir, ont chacun un destin à suivre. Pour l’instant, chacun vit sa vie mais je suis sûre qu’ils finiront par se croiser d’un moment à l’autre. Des intermèdes sont insérés ici et là nous permettant ainsi de faire la rencontre d’autres personnages qui ont leur importance dans le récit par rapport à nos trois héros, mais aussi dans l’Histoire, avec un grand H, lié à l’univers créé par Sanderson. Je n’en dirai pas plus concernant cet aspect pour ne pas spoiler mais en tout cas, ils apparaissent de temps en temps et cela intrigue énormément. Cet auteur a l’art et la manière de raconter des histoires et de nous donner envie d’en savoir plus. Mais il nous frustre en prenant son temps et ça ne rend ce récit que meilleur à mes yeux.

Comme je l’ai dit au début de cette chronique, il s’agit ici de la première moitié d’un tome, donc on a encore un certain nombre de choses à apprendre sur l’univers, les personnages et voir l’action se mettre davantage en place. Ici l’auteur nous présente surtout une situation et des personnages qui vivent des choses très différentes dans un même instant, avec des parcours de vie qui n’ont rien à voir. Mais j’ai tout de même trouvé l’intrigue générale intéressante, on commence à entrevoir les enjeux, notamment politique et à comprendre les logiques qui régissent ce monde.

On sent d’ores et déjà dans ce premier tome que le monde construit par Brandon Sanderson est riche et complexe mais qu’il est loin de nous avoir tout dévoilés ici. Je suis assez impressionnée par ce que j’ai pu voir et j’ai envie d’en savoir plus. J’avoue avoir eu un peu de mal au début de m’y retrouver entre les différents peuples, d’en comprendre les logiques, mais au fur et à mesure que l’on progresse, les éléments se mettent en place et s’éclaircissent. En tout cas, il faut être bien concentré pour suivre et comprendre les enjeux qui se déroulent sous nos yeux.

La politique est de mise et vous n’êtes pas sans ignorer – peut-être – que c’est un des aspects qui me plaît le plus dans la Fantasy, et quand la magie s’ajoute à cela, c’est évidemment le summum, ce qui est le cas ici. On ne la voit qu’en partie, notamment avec les visions de Dalinar mais je n’en dirai pas plus pour ne pas spoiler, mais c’est surtout auprès de Shallan qu’elle est la plus présente. Je suis très curieuse d’en apprendre plus et de voir jusqu’où elle peut aller.

Quant aux personnages, ils sont vraiment éclectiques, avec des personnalités fortes qui ne peuvent pas nous laisser indifférents. Il y a beaucoup de mystères autour d’eux, beaucoup de choses que l’on ignore encore sur leur passé. J’ai adoré voir la relation qu’entretient Dalinar avec ses fils et au sein de la royauté. Quant à Kaladin, on se demande ce qu’il fait là, ce qu’il a bien pu faire pour se retrouver dans cette situation mais il saura trouver, en quelque sorte, sa place dans sa « nouvelle vie » que l’on n’envie pas le moins du monde. Ce qui rassemble nos trois protagonistes malgré tout, c’est leur volonté de réussir, de vivre et d’aller de l’avant. Chacun croit en quelque chose, a un but et ils sont prêts à tout pour y parvenir. Shallan pour cela est admirable aussi même si je me suis posé beaucoup de questions à son propos. Mais on ne peut pas lui retirer son courage et sa force, tout comme Kaladin et Dalinar d’ailleurs qui se retrouvent dans une situation critique.

En bref, cette première moitié du premier tome de La Voie des Rois m’aura convaincu. J’ai beaucoup aimé ce livre même si ce n’est qu’une introduction car il aura su me captiver par cet univers si riche et complexe qui n’a pas fini de se dévoiler. L’intrigue semble prometteuse mais comme il ne s’agit que d’une moitié, difficile encore de totalement se faire une idée de ce que l’auteur veut nous montrer mais j’ai hâte de le savoir. Les personnages sont intéressants, éclectiques et ont une vraie personnalité. En tout cas, je suis contente d’avoir pu lire ce livre parce qu’il mérite vraiment d’être lu. N’hésitez pas à découvrir la plume et l’imagination débordante de Brandon Sanderson, vous serez conquis !

Commentaires

  1. Il a l'air pas mal dans sa globalité et pourrait me plaire :)

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Vous êtes bien sur la messagerie écrite de Melisande, veuillez laisser un message après le bip écrit car elle est partie lire !

***biiip***

Posts les plus consultés de ce blog

Piégés entre les murs de la nuit d’Hubert Ben Kemoun (Piégés 2)

Le coeur en braille de Pascal Ruter (Le coeur en braille 1)

Les contes du chat perché de Marcel Aymé