Piratée de Sarah Darer Littman

Quatrième de couverture

Que faire lorsque tous vos secrets se retrouvent brusquement exposés sur Internet ? C’est ce qui arrive à Sammy, une jeune fille de 17 ans, quand l’ordinateur de sa famille est piraté. Et c’est une catastrophe, un véritable cauchemar !
Maintenant, n’importe qui peut lire son journal intime, ses mails et voir ses photos perso. Le monde entier sait qu’elle est amoureuse du beau Jamie. Qu’elle a menti à ses parents et caché des choses à ses amies…
Difficile de continuer à aller au lycée et de faire comme si de rien n’était alors que la honte la submerge. Sammy n’a aucune idée de la manière dont elle va pouvoir s’en sortir. Sa vie est foutue ! À moins que, finalement, ce piratage ne lui ouvre des possibilités qu’elle n’imaginait même pas…
Tout le monde a des secrets. Jusqu’à ce qu’on vous les vole…

Mon avis

Piratée est un roman pour adolescent qui traite de sujets de société intéressants même si j’ai quelques petites choses à y redire. Néanmoins, c’est un roman qui m’aura plu dans l’ensemble parce qu’il pose beaucoup de questions et donne matière à réflexion, même si on n’en a pas toujours les réponses.

Je ne ferai pas de résumé de l’histoire, la 4e de couverture étant suffisamment explicite pour savoir de quoi il s’agit d’autant que les événements arrivent assez vite. La seule chose que je rajouterai c’est que si la famille a été piratée, c’est avant tout pour s’attaquer au père de Sammy, qui est directeur d’une banque. Dans un premier temps c’est la banque qui est piratée, dévoilant certains faits et propos qui vont causer de nombreux problèmes et ce n’est que par la suite, que la famille s’est retrouvée aussi au-devant de la scène, dévoilant tous leurs petits secrets.

Evidemment, avec sa vie totalement exposée aux yeux du monde, Sammy va devoir assumer la conséquence de ses actes ou plutôt de ses écrits et pensées intimes. Il est des choses qui ne sont pas bonnes à dire et à dévoiler au monde et ça, Sammy va l’apprendre durement. Mais en même temps, c’est toujours en cas de coup dur que l’on peut reconnaître ses vrais amis. Comme on dit, les vrais amis se comptent sur les doigts d’une main…

Au final, le piratage de la banque est un prétexte pour l’auteur pour ensuite s’attaquer à la famille et de dévoiler les petits secrets de chacun. Je trouve un peu dommage, que ce qui est dévoilé par le piratage de la banque passe un peu au second plan, alors même que ce qui est soulevé est intéressant et aurait mérité un traitement plus approfondi.

D’ailleurs, ce n’est pas faute d’avoir essayé d’avoir des éléments de réponses via Sammy qui se pose beaucoup de questions mais ça reste encore un peu trop en surface et l’explication est un peu trop légère pour moi. Néanmoins cela permet de réfléchir, sur bon nombre de choses donc c’est en cela que ce roman est intéressant. Face aux secrets et mensonges de chacun, on voit à quel point les liens d’une famille peuvent parfois tenir à peu de chose, la confiance parents-enfants ou enfants-parents peut vite être ébranlée. Ce piratage va permettre à Sammy de voir sa famille différemment, notamment ses parents car évidemment, tout le monde a des secrets, quelque chose à cacher mais certains sont plus graves que d’autres.

Beaucoup de questions sont abordés ici, le côté technologie avec ses failles, le fait d’avoir des secrets et en fonction de leur nature, si cela venait à être dévoilé au monde, il faut en assumer les conséquences. Il y a des réflexions qui sont vraiment intéressantes dans ce roman, néanmoins je trouve ça dommage que l’auteur n’ait pas été plus loin. Je trouve qu’on survole un peu trop certains aspects de l’histoire et la fin reste assez ouverte, ce que je trouve dommage au vu des événements. Il m’a manqué quelque chose pour que ce soit vraiment très bon pour moi. Mais c’est une lecture qui reste agréable.

Sammy est une adolescente auquel on peut s’attacher et s’identifier, même si par moment j’avoue qu’elle m’a un peu agacé. Il est vrai que le lycée, surtout aux USA (tel qu’on le voit dans les livres ou films), c’est vraiment compliqué où la popularité, etc. a son importance. Elle est par moment égoïste et sa seule inquiétude est le fait de pouvoir aller au bal de promo de fin d’année. Quand on voit à quel point sa famille se retrouve ébranlée à cause du piratage, que ce soit celui de la banque ou au sein même du foyer, j’avoue que cette préoccupation m’a énervé. Surtout quand elle continue de se faire des illusions sur Jamie qui a tout l’air d’un crétin.

Après, Sammy est une ado et je n’en suis plus une (depuis un bon moment maintenant), donc j’ai peut-être trop de détachement. Mais j’avoue, que je n’ai jamais été comme ça, donc je n’étais pas non plus « l’ado typique » tel qu’on le définit, les clichés ont aussi la vie dure. Et quand elle apprend certaines choses sur sa famille, j’avoue que là aussi, ça m’a un peu agacé la manière dont elle réagit, toujours en fonction de ce bal. OK, je peux comprendre l’argument qu’elle a besoin de changer d’air etc. mais je trouve que la manière dont s’est fait sonne faux, ou la rend juste égoïste. Personnellement, j’apprends un truc pareil, le bal de fin d’année me passe au-dessus de la tête (pour rester polie). Mais chacun sa vision des choses…

En bref, Piratée est un roman intéressant car il aborde des thèmes de société. Ce piratage va permettre à la famille de Sammy de dévoiler certains de leurs secrets, de montrer une autre image d’eux-mêmes, en bien comme en mal. Cela va délier les langues, voir qui sont les vrais amis, faire le tri et revoir aussi les priorités dans la vie. L’auteur pose des questions intéressantes ici et nous permet de réfléchir sur notre monde, même si parfois, je déplore le fait qu’on manque un peu de réponses et que cela n’ait pas été plus loin dans la réflexion.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Quand les poules avaient des dents de Jean-Luc Marcastel (Les Chroniques de Pulpillac 1)

Apollon, désolantes passions de Louise Roullier

Dust Bowl de Fabien Fernandez

La nuit des ponotes hématophages de Jean-Luc Marcastel (Les Chroniques de Pulpillac 2)

La dernière fée de Bourbon de Ophélie Bruneau