Rendez-vous à Central Park de Sarah Morgan (Coup de foudre à Manhattan 2)

Quatrième de couverture

Si c’est l’amour inconditionnel que tu cherches, adopte un chien. 

Depuis le désastreux divorce de ses parents, Frankie a un avis arrêté sur l’amour : ce n’est pas pour elle. La vie qu’elle s’est construite à New York, entre son passionnant métier de botaniste et son indéfectible groupe d’amis, lui convient parfaitement. Et si Matt, le frère aîné de sa meilleure amie, est le portrait-robot de l’homme idéal – célibataire, fiable et furieusement sexy –, elle se contente très bien de leur relation platonique. Mais, quand ce dernier décide de briser ce fragile équilibre en lui proposant un rendez-vous, Frankie sait qu’elle a un choix à faire : affronter ses peurs ou laisser l’homme parfait sortir de sa vie.

Mon avis

Rendez-vous à Central Park est le 2e tome de Coup de foudre à Manhattan dont j’ai adoré le premier tome et je dois dire que cette suite est à la hauteur. J’avoue que j’étais très curieuse de découvrir l’histoire de Frankie parce qu’elle déteste tellement tout ce qui a attrait à l’amour, au mariage et aux sentiments que je me demandais bien comment elle pouvait y succomber quand même. Car oui, dans une romance, elle finira forcément amoureuse d’un super homme qu’on rêverait toutes d’avoir. Et en l’occurrence il s’agit ici de Matt, le frère aîné de Paige.

Je ne ferai pas de résumé de l’histoire, la 4e de couverture étant suffisamment explicite pour savoir de quoi il s’agit d’autant que les événements arrivent assez vite pour savoir de quoi il s’agit. L’écriture de l’auteur est toujours aussi agréable à lire et fluide de sorte qu’on rentre rapidement dans l’histoire qui est bonne et bien menée.

L’histoire est donc centrée sur Frankie, une des meilleures amies de Paige, celle qui ne croit pas en l’amour. Il faut dire qu’elle n’a pas eu ne vie facile avec le divorce de ses parents et les frasques de sa mère suite à cela. On comprend aisément pourquoi elle devient méfiante dès qu’il s’agit d’amour et tout ce qui s’en rapproche et qu’elle a du mal à croire que cela puisse durer toujours, elle n’a pas vraiment eu d’exemples dans sa vie pour rêver au grand Amour.

Comme pour le premier tome, Frankie connaît déjà l’amour de sa vie, c’est juste qu’elle l’ignore encore ou se voile totalement la face (ce qui serait plus proche de la vérité), car il est indéniable que les sentiments sont là, des deux côtés mais elle refuse d’admettre la vérité. Ce fut long et laborieux, Matt a bien ramé, bien pire que Jake qui déjà a eu beaucoup de mal avec Paige, mais là, il a dû prendre les rames et y aller fort… Mais Matt est patient et sait s’y prendre avec Frankie car il la connaît depuis longtemps. Même s’il va se rendre compte qu’on ne connaît jamais totalement une personne et va apprendre à la connaître t à la redécouvrir sous un autre jour à mesure qu’ils se côtoient.

Je dois dire que c’était plutôt agréable de le voir ramer même si en même temps ça faisait mal au cœur pour lui car il ne mérite pas un tel traitement. Mais la peur viscérale de Frankie fait qu’elle préfère repousser ses sentiments pour éviter d’y être confrontée et il lui faudra du temps, beaucoup de temps pour se rendre compte qu’elle risque de passer à côté de la perle rare.

On avait pu voir le tempérament de Matt dans le premier volume, c’est un grand frère protecteur, qui étouffait un peu trop Paige à son goût, mais on ne peut pas vraiment lui reprocher après tout ce qu’elle a vécu. Mais dans ce tome-ci, c’est un autre aspect de sa personnalité qu’on voit, celui d’amoureux qui fait preuve d’une extrême patience. Frankie est à prendre avec des pincettes en ce qui concerne l’amour et il saura l’attendre et l’apprivoiser petit à petit et lui faire comprendre qu’eux deux cela peut fonctionner malgré ses craintes et ses blocages.

Quant à Frankie, elle est une jeune femme attachante et sympathique et on a envie qu’elle ait un peu de bonheur dans sa vie. Aux côtés de Matt, elle va apprendre à apprivoiser ses sentiments, à les reconnaître et à voir la vie différemment. Avoir un autre point de vue permet de voir une situation dans son ensemble et la comprendre autrement. C’était nécessaire pour s’affranchir de certains de ses démons qui la hantaient depuis trop longtemps. On ne peut que l’apprécier, elle est franche, elle a du bagou, même si elle est aussi fragile par certains aspects. On va voir qu’elle a des failles, qu’elle cache beaucoup de choses en elle, ce qui la rend plus humaine. C’est un personnage que j’avais envie de connaître plus précisément et je ne suis pas déçue.

J’avoue que j’ai totalement craqué pour leur couple, ils sont faits pour être ensemble et c’est d’autant plus frustrant de voir que Frankie freine des quatre fers alors qu’ils sont si bien ensemble et que leur relation coule de source. Quand tout semble aller pour le mieux, qu’elle se laisse faire, tout va bien c’est à partir du moment où elle réfléchit ou qu’elle se retrouve trop près de sa mère que tout part à vau l’eau… Mais Matt et ses meilleures amies sauront lui ouvrir les yeux et lui faire prendre conscience qu’elle risque de passer à côté de l’amour de sa vie.

En bref, Rendez-vous à Central Park est un 2e tome absolument génial. J’ai adoré cette histoire qui est compliquée du fait des craintes de Frankie vis-à-vis de l’amour. Mais Matt est attentionné et patient et saura la faire changer d’avis et lui prouver qu’une vie à deux n’a rien d’effrayant et que tout ne se termine pas toujours mal. Une belle romance comme Sarah Morgan sait le faire en jouant avec nos émotions. Une série et un auteur à découvrir de toute urgence ! Et maintenant il me tarde de découvrir la 3e amie, Eva qui est une inconditionnelle romantique, à voir comment son histoire se déroulera, affaire à suivre dans Noël sur la 5e avenue !

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Quand les poules avaient des dents de Jean-Luc Marcastel (Les Chroniques de Pulpillac 1)

Apollon, désolantes passions de Louise Roullier

Dust Bowl de Fabien Fernandez

La nuit des ponotes hématophages de Jean-Luc Marcastel (Les Chroniques de Pulpillac 2)

La dernière fée de Bourbon de Ophélie Bruneau